ROCK: Petites natures s’abstenir!

Une nuit, au détour d’un sombre croisement, le heavy metal des „Black Sabbath“ et le punk des „Stooges“ se sont rencontrés. La collision a donné Death from above 1979. Pour arriver à produire un volume sonore comparable, on s’attend à un groupe avec au moins trois guitaristes fortement électrisés. On n’est pourtant qu’en présence d’un duo, tout simplement … et canadien, soit dit en passant. Sebastien Grainger à la batterie et au chant et Jesse F. Keeler à la basse et au synthé ne font pas dans la dentelle. Un riff meurtrier chasse l’autre. La voix ne peut être que tiraillée pour pouvoir affronter le mur tonitruant que construisent les instruments. Le tout est sans doute ce que le „rock alternatif“ a produit de plus novateur ces dernières années… dans la catégorie brut et brutal. Quand on dit duo et fort, on pense évidemment aux „White Stripes“. Mais les mélodies inoubliables des Stripes sont ici remplacées par des riffs foutraques et rentre-dedans tout aussi mémorables. A découvrir debout, pour mieux tomber de haut.

Le début You’re a woman, I’m a machine de Death from above 1979 vient de ressortir affublé d’un deuxième CD de remix, live, inédits et vidéos clips.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.