KEVIN SMITH: Amour toujours

Le réalisateur Kevin Smith, réputé pour ses films hors du commun (Clerks) et parfois provocateurs (Dogma), nous signe avec „Jersey Girl“ un long métrage un peu plus léger que d’habitude.

Ollie Trinke, joué ici par Ben Affleck, est un brillant publiciste qui vit une relation passionnée avec sa femme Gertrude, incarnée par Jennifer Lopez elle-même. Comme si leur prestation dans Gigli, un bide total, ne leur avait pas servi de leçon, nous voilà donc repartis pour une nouvelle saga du couple Affleck-J.lo. Tout le monde il est beau, tout le monde il est joli jusqu’à ce que Gertrude décède en accouchant de leur fille. Dévasté, Ollie confie le bébé à son père qui vit dans le New Jersey et reprend rapidement le chemin du bureau. Contraint à se rendre à une conférence de presse avec le bébé, Ollie disjoncte complètement et se fait virer. Sept ans plus tard, il travaille en tant que ramasseur d’ordures.

C’est alors qu’il fait la connaissance de la jolie Maya (Liv Tyler). La suite, on la connaî t avant même qu’elle se déroule. Les deux tombent bien évidemment amoureux l’un de l’autre, mais Ollie préfère consacrer tout son temps libre à sa fille. Maya lui donne cependant la force d’accepter ce qu’il est, et qu’il fut depuis toujours, un gars simple.

Ce n’est pas la première fois que Kevin Smith travaille en collaboration avec Ben Affleck. Bien au contraire, Ben Affleck apparaî t dans Chasing Amy ou bien encore dans Dogma, où il nous fournit un jeu d’acteur bien au-delà de ce qu’il nous offre dans Jersey Girl. Il en est de même pour Liv Tyler qui, comparée à Jennifer Lopez, donne au tout un peu plus de fraî cheur, mais qui n’arrive néanmoins pas vraiment à convaincre. Ceci nous montre une fois de plus qu’une poignée d’acteurs connus ne suffit pas à faire un bon film. D’ailleurs au-delà des acteurs, c’est le film tout entier qui déçoit. Kevin Smith lui-même admet que ce n’est ni son film le plus comique ni le plus original mais tout simplement le plus personnel. Selon lui, le film raconte non seulement une histoire d’amour entre lui, sa femme et sa fille, mais également celle entre lui et son père décédé récemment et auquel il a dédié ce film.

Voilà peut-être tout le problème du film, dans lequel Kevin Smith tente désespérément, mais sans réel succès à provoquer les émotions du public: il utilise tous les clichés possibles pour arriver à ses fins. De plus, il semble que tout sens d’ironie et de sarcasme, qui caractérise pourtant si bien Kevin Smith, lui ait échappé durant l’écriture du film. Admettons qu’à certains moments, on serait tenté à rire avec le reste de la salle si l’on n’avait pas déjà entendu toutes les répliques montrées dans la bande d’annonce.

Kevin Smith quant à lui semble pourtant satisfait de son long-métrage. Dans une série de commentaires qu’il a tenu à propos du film, il a répondu à certaines voix critiques le traitant de lèche-cul hollywoodien qu’il se fout complètement de leur avis parce que lui il aime trop ce film.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.