PARIS-DAKAR: De la liberté… des 4×4

Avec l’annulation du Paris-Dakar, c’est toute une vision du monde occidental qui est ébranlée. Et il était temps qu’elle le soit.

« Le Dakar est un symbole et rien ne peut détruire un symbole », peut-on lire sur la page web du grand raid. Et c’est vrai : les symboles ont la vie dure. Mais cela ne les empêche pas de changer de signification ou de tomber en désuétude. Ainsi, qui s’inclinerait encore devant les insignes de César ?

L’annulation de l’édition 2008 – qui risque fort de se reproduire en 2009, sauf si Al-Quaida disparait dans les douze prochains mois – n’est pas dénuée d’ironie : Alors que chaque année, d’innocent-e-s Africain-e-s sont victimes d’accidents horribles, les responsables du Paris-Dakar n’ont réagi que parce que la vie des participant-e-s était en danger. Ergo : La vie d’un-e Africain-e normal-e vaut moins que celle d’une tête brûlée occidentale. Cette affirmation est de fait l’essence même du Paris-Dakar : Voir l’Afrique comme un gigantesque terrain de jeu, peuplé de barbares bizarres – qu’on peut amadouer avec quelques sous – et pleine d’aventures exotiques. Une vision qui date des temps coloniaux. Et qui aurait dû être mise à jour depuis longtemps.

Que signifie – ou signifiait – le Paris-Dakar, en tant que symbole ? Outre la pollution et les accidents mortels, donc un certain culte du danger et de l’insouciance, le grand raid est surtout un show technologique. Comme s’il s’agissait de démontrer encore et encore l’avance industrielle de l’Occident, même si les populations des pays traversés par les colonnes automobiles connaissent très bien leur environnement et pour la plupart du temps le respectent. Le Paris-Dakar est – ou était – un geste irrespectueux pour les pays du Tiers Monde, et il ne manquera pas à grand monde. En ce sens, revendiquer la liberté humaine en se référant au grand raid serait parfaitement idiot, car la liberté des 4×4 n’est pas celle de l’humanité entière.

Pourtant, le moment n’est pas propice aux jubilations. Que ce soient les islamistes qui ont stoppé les beaufs sur roues n’est pas de bonne augure. Car ils opposent à l’Occident décadent – et le Paris-Dakar est décadent – leurs valeurs moyennâgeuses. Le mal est vaincu par le pire, pourrait-on dire.

Reste que les organisateurs ne souffriront pas trop de cette annulation. L’Amaury Sports Organization (Aso) organise presque tous les grands événements sportifs de France : du Tour en passant par le plus gros tournoi de golf au marathon de Paris. Et peut-être que l’Aso trouvera une alternative : faire un raid Paris-Seine-Saint-Denis. Les populations se ressemblent – surtout si on passe à vitesse grand V – et l’aventure est garantie.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.