PUNKROCK: Punk un jour, punk toujours

Des vétérans de la scène punk américaine vont faire danser les poupées à l’Atelier ce vendredi, une occasion de commencer l’année en sautillant.

Ils n’ont peut-être pas besoin d’un nom, mais des flingues peuvent toujours aider : No Use For A Name.

La musique de No Use For A Name a cette vertu de ramener son auditeur en arrière au beau milieu des années 90. Une époque, qui, pour une bonne partie des personnes nées dans les années 80, nous ramène à l’insouciance de notre adolescence entre crises d’acné et premiers chagrins d’amour, où les hauts des hits-parades étaient squattés par un Green Day encore vert (pardonnez l’expression), Blink 182 et toute une clique de punk-rockers californiens aux tempi épileptiques et aux sonorités sucrées et ensoleillées.

No Use For A Name ne déroge pas à la règle. Formés en 1987 à Sunnydale en Californie par le chanteur-guitariste Tony Sly, le guitariste Chris Dodge, le bassiste Steve Papoutsis et le batteur Rory Koff, le groupe est aujourd’hui l’un des plus respectés du circuit punk international même si, malgré un songwriting d’une qualité indéniable, les petits gars de Californie n’ont pas réussi à se hisser au niveau de notoriété d’un Nofx ou bien encore de Blink 182 et ce sûrement à cause des changements de line-up incessants. En 1990, ils sortent leur premier album « Incognito », suivi une année après par « Don’t Miss the Train », mais c’est en 1993 que leur carrière prend un nouvel essor avec la signature de la joyeuse bande sur Fat Wreck Chords, le label culte de Fat Mike de Nofx. Une collaboration qui dure maintenant depuis plus de 15 années, leur dernier opus « The Feel Good Record of the Year » étant sorti l’année dernière sur le label du Gros Mike.

Malgré les changements de personnel fréquents (pour anecdote : leur avant-dernier guitariste Chris Shifflet est parti rejoindre les superstars de Foo Fighters alors que leur guitariste actuel Dave Nassie faisait partie du groupe culte Suicidal Tendencies) la formule No Use For A Name reste quasiment inchangée depuis près de vingt ans. Bien sûr les années passées ont subtilement fait ralentir la cadence, mais le groupe conserve sa fraîcheur somme toute juvénile avec ses petites pépites punk-pop sur fond d’histoires d’amour et de mélodies suaves et rafraîchissantes.

Durant toute leur tournée européenne, le quatuor de San José sera accompagné d’une autre formation issue du label Fat Wreck Chords : Only Crime. Malgré un total de deux albums au compteur, Only Crime est loin d’être une formation de jeunes débutants. Cet All-star band du punk-rock regroupe en son sein le chanteur Russ Rankin issu de Good Riddance, le guitariste Aaron Dalbec qui a officié au sein de Converge et de Bane et le batteur Bill Stevenson producteur émérite de toute la scène punk américaine actuelle, ayant fait ses armes dans Descendents, All ou bien encore Black Flag, rien que ça ! Le line-up est complété par Matt Hoffman à la guitare et Dan Kelly à la basse. Leur style musical est bien différent, ici on se trouve dans des eaux plus troubles plus proches du hardcore tout en conservant cette fraîcheur mélodique symptomatique du punk originaire de chez l’oncle Sam comme en atteste leur dernier opus en date « Virulence ».

La partie sera entamée par les locaux de Versus You, la référence luxembourgeoise de punk-rock du moment, les quatre gars du groupe ayant réussi a remplir l’Atelier lors de leur Release-Party l’année dernière et ce grâce à de solides compositions alliant hargne punk-rock et subtilité pop, des prestations live d’une solidité à toute épreuve et la rotation en boucle de leur single « Hotel Room » sur plusieurs radios nationales. Sûrement une des formations locales les plus aptes à s’exporter en dehors des étroites frontières luxembourgeoises.

Voilà un concert que les amateurs du genre ne voudront sûrement pas louper avant la venue de Mindless Self-Indugence, Enter Shikari.

Plus d’infos :
www.myspace.com/nouseforaname
www.myspace.com/onlycrime
www.myspace.com/vsyou
www.atelier.lu

No Use For A Name/Only Crime/Versus You, à l’Atelier, ce vendredi 16 janvier.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.