JAZZ/BLUES: Petite maison dans la prairie

30 ans que ça swingue. Le festival de jazz de Gouvy est devenu un des incontournables de la Grande Région.

Un des « grands » de l’édition 2009 : Tom Harrell.

Il était une fois en 1969 au fin fond des Ardennes belges, un passionné de musique, plus précisément un mordu du jazz et du blues. Mais vu que les forêts ardennaises ne sont pas vraiment le temple de la musique noire américaine et que New York est à des milliers de kilomètres, le jeune Claude Lentz décide de les faire venir chez lui, à la ferme de la Madelonne, à Sterpigny près de Gouvy et pas loin de la frontière luxembourgeoise. À cette époque, les festivals de jazz ne sont pas légion en Belgique – il y avait le festival de Comblain-la-Tour depuis 1959, mais il n’existait plus depuis 1966. L’engouement que vont susciter les soirées passées à la ferme de la Madelonne est une franche success story, ne serait-ce qu’à cause de sa longévité.

Il n’y a qu’à parcourir le livre d’or du festival pour constater que les grands des grands et les légendes vivantes – la plupart mortes entretemps – se sont arrêtées dans ce petit village belge : Dizzy Gillespie, Duke Ellington et son orchestre, Bill Evans, Don Cherry, Art Ensemble of Chicago, Art Blakey, Archie Shepp, Manu Dibango, Dannie Richmond (le batteur mythique de Charles Mingus), Jack Dejohnette, Ravi Coltrane, Paolo Fresu, Didier Lock-wood – pour ne citer que les noms les plus connus. Mais ce ne sont pas seulement des musiciens de jazz pur et dur qui ont été à l’honneur du festival, des formations rock come Canned Heat et autres exceptions confirment la règle : celle qui dit que le festival de Gouvy est un des meilleurs de son genre en Europe.

Apparemment, la ferme de la Madelonne est devenue un rendez-vous fixe pour les agences en charge de la programmation de musiciens de jazz. Et de blues aussi, car depuis 1993 s’ajoute une troisième journée au traditionnel weekend, consacrée uniquement au blues.

L’édition 2009 sera particulièrement festive, car la trentaine pour un festival, cela n’arrive pas tous les jours – même si techniquement parlant, ce n’est que la 28e édition, le Gouvy Jazz and Blues Festival n’ayant pas eu lieu en 1982, ni en 1983.

La programmation se veut donc éclectique, et tout commence avec de la pop swing et du french touch, sous la forme du groupe français Pink Turtle, qui ouvre le bal. Mais la soirée réserve encore d’autres surprises comme le saxophoniste Sylvain Beuf et son sextette et surtout l’américain Tom Harrell qui présentera son nouvel album « Prana Dance ». Parallèlement à ce programme sous le chapiteau, dans le club on peut se délecter des sons klezmer de la formation liégeoise Klezmic Zirkus, ou se perdre dans les souvenirs associés à la musique de Charles Trenet avec l’hommage que lui consacre le Trio Swing. La soirée se terminera par une rencontre européenne, le East/West European Quintet, composé de musiciens français et polonais.

La deuxième journée réserve elle aussi quelques points forts avec entre autres le Russe Dmitri Baevski et son international jazz quartet, suivi par le Catalan Ignasi Terraza et son trio, qui seront rejoints par le saxophoniste américain Jesse Davis. Pour terminer la soirée en beauté, le Kenny Baron trio nous fera vibrer avec son style de piano incomparable et finalement on admirera Gilad Atzmon, légende vivante, accompagné par le Sigamoas String Quartet. Dans le club, ce sera à Chrystel Wautier, Robert Jeanne et le Krzysztof Urbanski MidWest Quartet de nourrir la flamme. Pour celles et ceux qui n’en auraient toujours pas assez, ou qui souffriraient d’un petit coup de blues en pensant qu’ils doivent rentrer, rien de mieux que de rester encore le dimanche pour se taper la journée consacrer au blues. Au menu entre autres Guitar Ray and The Blues Gamblers – qui malgré leur nom sont italiens – ainsi que le légendaire Sonny Rhodes des States, et enfin le jeune Carvin Jones. En tout cas, ce festival contredit tous ceux qui se plaignent qu’en août il ne se passerait rien.

« Gouvy Jazz and Blues Festival », ce vendredi, samedi et dimanche à la ferme de la Madelonne.

Plus d’infos : http://www.gouvy.eu/madelonne/festival.html


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.