Clic à gauche sur Gorz

RK) – Rénover la gauche, voilà la grande affaire du moment. Rénover dans le sens de faire revenir des valeurs vaguement progressistes au beurre du capitalisme et du marché tout-puissant. C’est le moment où se rappelle à nous l’un des véritables rénovateurs de la gauche. Le 24 septembre, André Gorz s’est donné la mort à l’âge de 84 ans, en compagnie de sa femme Dorine. Le Nouvel Observateur, dont il a été un des fondateurs, lui dédie un dossier mis en ligne sous http://bibliobs.nouvelobs.com/andre-gorz. La démarche de Gorz a été celle d’un examen critique de l’héritage marxiste, tout comme y appellent aujourd’hui les « centristes » au sein de la gauche. Mais au contraire de ceux-ci, il a persisté dans une critique radicale du système capitaliste, notamment des mécanismes d’aliénation. Après avoir publié – en 1980(!) – ses « Adieux au prolétariat », il s’est consacré à l’étude des problématiques écologiques et de la révolution informationnelle. Une oeuvre à redécouvrir.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.