FESTIVAL: Et de sept?

Le printemps est de retour et tout comme l’acné juvénile, le festival Out of the Crowd repointe le bout de son nez à la Kulturfabrik pour une septième édition.

Si, si, ils bougeront sur scène : 65 Days of Static, seront la tête d’affiche de la septième édition du Out Of the Crowd-Festival, ce samedi 17 avril.

Et c’est reparti pour un tour, cette année le festival Out of the Crowd fête sa septième édition, pas mal pour un événement qui, parti de quelques bouts de ficelles et d’une bonne dose de motivation, prend chaque année de plus en plus d’ampleur au niveau luxembourgeois – mais également sur le territoire de la grande région.

Musicalement, le festival opte pour une programmation éclectique visant autant la découverte que des têtes plus ou moins connues du public alternatif. Cette année, la tête d’affiche n’est autre que 65daysofstatic, groupe de Sheffield ayant réussi à s’imposer dans le paysage surchargé du post-rock aux côtés des têtes de proues du mouvement que sont Mogwai et Explosions In the Sky. Leur astuce afin de ne pas tomber dans le côté rébarbatif du genre est d’inclure de nombreux éléments électroniques qui rendent ainsi à leur musique un côté relativement mécanique. Mais sans oublier la puissance et la rage qui les anime lors de leur prestations scéniques.

L’autre tête d’affiche est encore un tout jeune poulain : Royal Bang. Tout droit des Etats-Unis, ceux-ci semblent être en bon chemin pour se forger une place au soleil dans la scène dance-rock qui pullule en ce moment avec les très bons Passion Pit et MGMT. Pourtant, le côté punk plus prononcé donne à leur musique un panache pour le moins impressionnant. Ils seront précédés par l’une des révélations de la scène britannique actuelle, à savoir le trio Tubelord qui propose un pop-rock à la fois puissant et raffiné où harmonies vocales et subtilités rythmiques ont rarement fait si bon ménage pour un résultat des plus étonnants.

L’affiche est également complétée par les britanniques de Vessels que l’on a pu apercevoir entre les murs de la Kufa l’année dernière. Ils proposent une musique instrumentale débridée et décomplexée comme si Sigur Ros avaient pris des cours de polyrythmie et jonglaient avec les riffs. Leurs confrères de Kong les rejoindront plus tard – ceux-ci versent dans une musique noise à souhait que n’auraient pas renié les américains de Hot Snakes ou Jesus Lizard. Deux formations d’outre-mer seront également présentes, à commencer par Patterns qui mettront certainement le « Dancefloor » de la Kulturfabrik à feu et à sang grâce à leur punk aux fortes saveurs disco et aux sonorités proches de l’afro-beat qui rappelle la meilleure période du label Dischord. L’autre formation teutone porte le doux nom de Airpeople et fera voyager les spectateurs dans un monde instrumental à la fois puissant et aérien comme si Don Caballero avait oublié son côté prétentieux.

Comme chaque année, le festival présente également des groupes locaux, mais cette fois-ci, la sélection s’est étendue à une plus grande échelle vu que les strasbourgeois d’Electric Electric seront de la partie avec leur rock instrumental tordu. Les deux formations luxembourgeoises sont quant à elles de toutes nouvelles machines de combat vu qu’Angel At My Table, groupe de pop-punk a donné son premier concert la semaine dernière et que Heartbeat Parade, qui comprend en son sein des anciens membres du groupe culte dEFDUMp, donnera son tout premier concert lors du festival. Ici, il ne sera pas question de Hardcore mais de rock instrumental toutefois assez burné rappellant Russian Circles ou bien encore les furieux de Mastodon.

Une affiche qui s’annonce l’une des plus éclectiques que le collectif Schalltot et la Kulturfabrik aient jamais mis en place avec en plus des stands de CD, de la nourriture végétarienne ainsi qu’un atelier de sérigraphie. Il serait dommage de passer ce weekend assis devant la télévision vu que la concurrence dans les autres salles du pays fait bien pâle figure en ce samedi d’avril.

Plus d’infos : www.kulturfabrik.lu
http://outofthecrowdfestival.blogspot.com


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.