Retards cumulés

« L’Asti peut toujours honorer ses engagements financiers, entre autres grâce à la solidarité de ses donateurs et au versement (tardif) de certaines sommes dues par le Commissariat de Gouvernement aux Etrangers (CGE) » – c’est ainsi que l’Asti vient de corriger dans un communiqué les rumeurs alarmantes, qui disaient qu’elle risquait la faillite. Tel n’est pas le cas – mais la situation est paradoxale : l’Asti affirme qu’elle détient une cagnotte de 150.000 euros de réserve – or, ces moyens seraient bloqués pour avancer les montants de ses projets conventionnés. Ces montants, que le CGE doit à l’Asti (en vertu des conventions), tardent à être versés. L’Asti entretient par exemple avec le CGE une convention finançant le projet « go4lunch », qui offre à des demandeurs d’asile des formations en vue de la confection, de la vente et de la livraison de sandwichs et salades. Ainsi le CGE aurait eu – selon l’Asti – des problèmes de remise de rapports nationaux aux instances européennes, ce qui aurait engendré le non versement pour solde des sommes avancées par l’Asti depuis 2001. Bureaucratie, quand tu nous tiens ! 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.