Le gaveur gavé

Comme tous les ans, à l’approche des fêtes de Noël, une spécialité française a la côte: le foie gras. Les un-e-s en parlent parce qu’ils trouvent dégoûtant de déguster le foie malade d’un animal torturé, les autres ne tarissent pas de louanges à l’égard du génie français pour cette invention subtile. Au moins un des woxxies appartient à la deuxième catégorie. Assis à la table familiale, lors du traditionnel dîner, les yeux du woxxie n’attendent que la vue de la pâte brune et rosâtre, des dés gélatinés au porto, des toasts blancs et de la bouteille de vendanges tardives en provenance d’Alsace. Mais voilà que cette année 2007 est aussi une première en quelque sorte. Le foie gras de maman est un excellent cru cette année, c’est pourquoi il en redemande. Une fois, deux, même trois fois. Et après la fin du repas, le woxxie ressent une étrange sensation : il a un certain trop plein dans le ventre et ses tripes lui annoncent quelques mauvais quarts d’heure à passer sur les sanitaires de ses parents. Pour la première fois, il se sent … gavé lui-même. Eh non, cette fois-ci il ne demandera pas à ramener les restes du faste chez lui.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.