POP: Caribouillage

Daniel Snaith et son projet de pop-rock psychédélique Caribou reviennent en force au Luxembourg pour un concert au Exit afin de présenter sa dernière perle « Swim ».

N’est définitivement pas une espèce en voie de disparition : Caribou.

Derrière ce sobriquet – le caribou étant un animal immortalisé en chanson par les Pixies quelques deux décennies plus tôt – se cache le Canadien multi-instrumentaliste Daniel Snaith. Un artiste qui s’est lancé au début de la décennie sous le nom de Manitoba. Nom qu’il sera obligé de changer en 2006 après un procès qui l’oppose au chanteur Richard Blum du groupe punk The Dictators qui a fait de Richard « Handsome Dick » Manitoba son nom de scène, même si rappelons-le, Manitoba est le nom d’une province canadienne. Malheureusement, Daniel Snaith le perd ce procès alors qu’il commence tout juste a se faire connaître par un plus large public.

Après une enfance en Ontario, puis à Toronto, Snaith quitte le Canada pour l’Angleterre afin d’y suivre ses études de mathématiques couronnées par un doctorat, tout en triturant des machines et donner naissance aux premiers albums et EPs de Manitoba. Batteur et percussionniste de formation, Snaith se lance dans une musique aux accents rythmiques, aux sonorités électroniques et aux bidouillages quasi enfantins rappelant le meilleur du Japonais Cornelius ou bien encore des excellents Four Tet – et réunit le tout sur l’album « Up In Flames » qui sortira en 2003 sur le label indépendant Domino. Ce disque est l’occasion d’un premier moment de gloire qui sera plus tard interrompu par son procès contre Richard Blum
et l’écriture de sa thèse nommée « Overconvergent Siegel Modular Symbols » .

Mais Snaith ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et revient quelques trois années plus tard avec un nouveau nom : Caribou. Muni d’un nouveau son plus épuré et plus aérien rappelant le psychédélisme des Beach Boys dans leur période acides, le tout agrémenté de ses premiers amours pour l’électro. Sort alors en 2005, son premier album sous le nom de Caribou « The Milk of Human Kindness », suivi quelques deux années plus tard par « Andorra » qui posent a eux deux, les fondements du nouveau son de Snaith : des sonorités électroniques sublimées par sa voix fluette agrémentée de réverbérations spatiales et une musique surtout plus contemplative et mélancolique que ce à quoi il nous avait habitué avec le joyeux bordel à la Manitoba.

« Swim » sorti cette année ne déroge pas à la règle, mais semble encore plus se contenter d’une simplicité quasi-écolière et d’une rigueur quasi-mathématique. Les sons sont plus bruts, plus froids et laissent le spleen de Snaith se matérialiser comme une sorte de bande-son apocalyptique aux relents parfois presque cold-wave. Ce qui prouve encore une fois que Snaith, qu’importe le nom qu’il ait choisi, est un artiste aux multiples facettes, alternant sa passion pour les chiffres et la musique, mais préférant se répandre de manière aléatoire vers ce qu’il lui semble agréable. Chose dans laquelle il excelle en configuration live où Snaith est accompagné de musiciens pour des prestations live tout en énergie. Car les performances de Caribou sont de véritables périples presque interminables où Snaith traverse les continents pour propager sa bonne parole ou plutôt sa bonne musique.

Ce samedi, 13.11 à 21.30 à l’Exit07.

Plus d’infos :
www.myspace.com/cariboumanitoba
http://caribou.fm


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.