ÉLECTRO: Tout sauf monotone

Dans Monophona la chanteuse folk Claudine Muno s’associe au producteur de drum’n’bass Chook pour explorer de nouveaux rivages plus électroniques et surtout plus sombres.

Dans de nouveaux espaces : Chook et Claudine Muno forment désormais Monophona.

« Si Chook et moi sommes d’accord sur une chose dans notre musique, c’est que nous n’utiliserons jamais d’harmonies majeures », lance Claudine Muno en évoquant son dernier projet. Ainsi la musique de Monophona, dont le public a pu apprécier quelques « teasers » sur le site Facebook du groupe, restera donc dans les harmonies mineures, qui de toute façon sont les plus expressives. De douces nappes synthétiques, agrémentées de beats recherchés, y créent un cadre tout nouveau pour la voix de Claudine Muno, dont le caractère frêle et sombre ressort beaucoup plus que dans ses enregistrements précédents en tant que singer-songwriter.

Monophona, c’est avant tout une rencontre improbable entre deux artistes qui, dans leurs domaines respectifs, ont déjà atteints des sommets et n’ont plus à faire leurs preuves. Depuis des années Claudine Muno sillonne l’Europe avec ses « Luna Boots » et dispose d’un contrat à l’étranger, ce qui lui permet de rayonner au-delà des frontières étroites du grand-duché. La même chose vaut pour son nouveau « partner in crime », qui lui n’a même pas besoin de chercher un label, puisqu’il en possède un, et pas des moindres : Full Force Records a depuis longtemps atteint une renommée internationale dans la niche de la musique drum’n’bass (voir woxx 909).

Quant à savoir comment ces deux grands esprits se sont rencontrés, l’histoire est on ne peut plus banale et typiquement luxembourgeoise. « Nous sommes des collègues de travail au Neie Lycée », révèle Claudine Muno, « Nous savions tous les deux l’un de l’autre qu’on était impliqués dans la musique. Et un jour Chook m’a demandé si je ne pouvais pas mettre du chant sur une de ses compositions. Il voulait se réorienter dans sa musique, et je lui ai donc donné quelques enregistrements de voix qui traînaient dans mon tiroir. Il a essayé et le résultat était mieux que prévu, ce qui nous a motivé à continuer à travailler ensemble à poursuivre notre travail en commun ».

Cette collaboration, qui dure depuis janvier 2011, a fait naître un certain nombre de chansons, dont les auditeurs pourront se faire une idée lors du showcase qui aura lieu ce soir à l’Exit07 à Luxembourg-Ville.

Quant au futur de Monophona, rien n’est encore fixé. « Il serait trop tôt pour annoncer une tournée ou un album », tempère Muno, « Nous allons rejouer en automne et voir comment les choses vont se développer par après ». D’autant plus que les Luna Boots ne sont pas mis sur glace et continuent de travailler ensemble à de nouvelles compositions. Et le fait d’entamer ce voyage musical n’a tout de même pas changé l’approche à la musique que cultivait Claudine Muno : « Même si avant de commencer Monophona, je n’écoutais pas tellement de musique électro, je ne peux pas dire que ma façon d’écrire de la musique ou des textes, ou encore de chanter, ait fondamentalement changé. D’ailleurs, certaines chansons sont basées sur des idées qui datent de bien avant la naissance de la collaboration ».

En tout cas, les attentes du public sont conséquentes quant à cette formation que personne n’attendait vraiment et qui va faire l’effet d’une brise nouvelle au coeur de cet été, somme toute, pourri.

Monophona, ce vendredi 19 août à l’Exit07, à partir de 18h.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.