Cattenom nous stresse

Comment rayer de la carte le Luxembourg ? Un clip mis en ligne par Greenpeace montre que ce n’est pas si difficile. Comme il y a dix ans à New York, il suffirait de diriger un grand avion de ligne sur la centrale de Cattenom… Certes, le nombrilisme et le côté « mauvais goût » du clip de l’ONG luxembourgeoise sont critiquables, mais le message est clair : les stress tests ne rendent pas suffisamment compte de certains types d’« accidents ». Pour étayer ce reproche, Greenpeace se réfère au rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) sur l’inspection de huit centrales. Si l’ONG estime qu’« aucun des sites inspectés par l’ASN ne peut être qualifié de sûr », elle qualifie Cattenom de « plus mauvais » avec 33 demandes d’actions correctives. De manière générale, la situation serait alarmante : Aucun des sites ne prendrait correctement en compte le risque sismique, et les « plans particuliers d’intervention » se limiteraient quasiment à la zone dans un rayon de dix kilomètres autour de la centrale. Notons que la critique de Greenpeace accable EDF, mais reconnaît une certaine crédibilité à l’ASN, en charge des stress tests du parc nucléaire français.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.