Peste brune à Pétange

L’annonce de la ministre de la famille et de la coopération, Marie-Josée Jacobs, d’enfin soumettre les communes à des quotas afin de garantir un accueil digne de ce nom aux réfugiés a soulevé un tollé dans la commune de Pétange, qui sera une des premières à accueillir un contingent de quelques 62 réfugiés, d’origine serbe en majorité. Et peu importe qu’il s’agisse de familles avec enfants, qu’ils soient sous surveillance permanente, que de toute façon leur séjour ne durera que six mois. Certains Pétangeois sont montés sur leurs grands chevaux pour s’opposer à l’installation de réfugiés près d’une école primaire. Toujours selon l’adage de comptoir bien connu : « Je ne suis pas raciste, mais ces étrangers-là, ils ne sont pas de chez nous ». Pourtant, prétendre maintenant que tous les habitants de Pétange seraient des racistes est faux. D’ailleurs, le comité des parents local s’est distancié de la manif de mardi, qui aurait rassemblé une centaine de personnes. La chose est plus grave encore, car la peur de certains habitants de la commune a été instrumentalisée par des figures éminentes de la scène d’extrême droite luxembourgeoise, qui viennent du « parti » des « Lëtzebuerger
Patrioten », fraîchement créé cette année. Sur les réseaux sociaux comme sur place, c’étaient eux qui agitaient les paroles les plus haineuses et dégueulasses et qui finalement ont fait de cette petite manif le triste « succès » qu’on connaît. Et bien sûr, c’est Joé Thein de l’ADR, le très droitier membre du conseil communal de Pétange, qui en a fait ses choux gras sur son blog. Ainsi, personne ne pourra prétendre à l’avenir qu’il n’y aurait pas de liens entre l’ADR et l’extrême droite au Luxembourg.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.