Marx : cours flottant

Es ist Sommer, so steht es zumindest im Kalender. Und ob das Wetter nun mitspielt oder nicht, das Sommerloch ist real und die Spalten der woxx drohen in ihm zu verschwinden. Um dem entgegenzuwirken, veröffentlichen wir an dieser Stelle Tipps zu Restaurants und Kneipen, in denen es sich gut auf den Herbst warten lässt.

Même Marx n’est plus ce qu’il était – non, nous ne parlons pas du premier des marxistes, mais de son homonyme, bar de tradition dans le quartier de Hollerich. Depuis que son créateur s’est retiré il y a quelques années, le bel espace situé au centre du nightlife hollerichois est passé d’une main à l’autre, perdant à chaque coup un peu de son élégance et de son attrait. Alors que les Rives de Clausen ont pris la relève par rapport à Hollerich, en tant que « place to be » dans la capitale, le Marx, sans véritable stratégie, a lentement perdu sa clientèle bobo, jadis si fidèle. On ne peut pas dire qu’avec le dernier « relooking » en date, sous la main de Hobscheid père et fils, les choses aient fondamentalement changé. A côté des fauteuils design, on a installé des vieux bancs d’école (ça semble être à la mode) et départagé la salle avec un rideau. Ca fait plutôt bric-à-brac que cozy, et on sent qu’il n’y a pas de véritable stratégie derrière ces innovations. Dans le coin lounge, on a encore ajouté des canapés, comme si les gérants avaient horreur du vide – qui règne néanmoins en ces jours d’été où les BCBG sont partis à la plage. Ce qui a au moins comme conséquence positive que le public se diversifie : ce n’est pas la mainmise du prolétariat, mais néanmoins une certaine démocratisation à laquelle on assiste, même si les prix des boissons ne suivent pas nécessairement cette tendance. Quelques autres plus : la tradition encore assez récente des sushis (succulents) et des barbecues continue, et on semble même avoir élargi la carte culinaire. Et la terrasse reste une des plus belles de la ville. La perte du Triple A du quartier a encore un autre effet inattendu : ceux et celles qui viennent en voiture trouveront beaucoup plus aisément une place de stationnement. Mais on n’en a même pas besoin, car depuis le nouveau concept mobilité de la ville, les liaisons par bus sont devenues vraiment nombreuses. A voir si les bars de Hollerich, et le Marx plus spécialement, sauront se remettre en valeur.

Marx Bar,
42-44, rue de Hollerich,
www.marxbar.lu
Heures d’overture :
lu – ve 17h – 1h,
sa 19h – 1h,
fermé le dimanche.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.