Arcelormittal évite les nationalisations

Les socialistes français commencent petit à petit à montrer leur vrai visage, ou mieux dit, leur double langage : d’un côté, le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg et même le président François Hollande, ont joué publiquement avec l’idée de nationaliser le site de Florange, juste pour mieux accepter un nouveau marché avec Lakshmi Mittal. Certes, celui-ci a donné des garanties d’investissement pour le site et un maintien dans l’emploi, mais la question de la confiance qu’on peut encore avoir face à un homme industriel qui a brisé ses promesses tant de fois, demeure. D’autant plus qu’un autre projet dans lequel beaucoup d’espoirs étaient placés vient d’être annulé. Il s’agit du projet Ulcos, qui aurait prévu le stockage sous-terrain du CO2 émis par les hauts-fourneaux. L’abandon de ce projet serait lié à des difficultés techniques, sans qu’on puisse en savoir plus. Pendant longtemps, l’annonce de ce projet a été perçue comme une garantie qu’au moins un des hauts-fourneaux serait réallumé. Tant pis pour cela. Mais d’un autre côté, qu’attend-on d’une firme qui s’est laissée pousser dans sa politique industrielle par la banque Goldman-Sachs, l’architecte de la crise financière, comme l’a révélé le site français Mediapart il y a quelques jours ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.