Le minimum, c’est trop

A intervalles réguliers, la Chambre augmente le Salaire social minimum (SSM) : un projet de loi à cet effet est déposé et, si adopté, devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2013. Concrètement, c’est une hausse de 1,5 pour cent qui est prévue, portant le SSM non-qualifié à 1874,19 euros et le SSM qualifié à 2.249,03 euros. Des chiffres à faire pâlir les salarié-e-s de nos pays voisins, mais qui, en valeur relative, se situent sous le seuil de pauvreté grand-ducal – c’est-à-dire inférieur à 60 pour cent du salaire médian. Néanmoins, dans un avis commun, la Chambre de Commerce et celle des Métiers, « tirent la sonnette d’alarme face à cette nouvelle hausse du coût du travail ». L’argument principal avancé par ces chambres, évident dans une logique capitalistique, est que cette augmentation du coût de la main-d’oeuvre non-qualifiée porterait les entreprises luxembourgeoises à embaucher davantage de main-d’oeuvre dans les régions frontalières, réputées plus qualifiées. Le chantage des chambres patronales envers le gouvernement est à peine masqué : si vous augmentez les salaires, vous obtiendrez davantage de chômage. Néanmoins, elles demandent que l’Etat prenne en charge la formation et le différentiel de productivité des salariés non-qualifiés. Et pourquoi pas tout le salaire, tant qu’on y est ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.