Cattenom: Sanem, commune branchée

« La dernière opposition pour
connecter le réseau luxembourgeois au français est tombée », regrette
Greenpeace dans un communiqué. Le 7 décembre, le bourgmestre de Sanem a
autorisé la construction de la ligne de haute tension de la société
Sotel qui facilitera l’importation d’énergie nucléaire. Il est vrai que
dès juin, la Cour administrative avait tranché en faveur de Sotel –
jusque-là, la commune avait refusé le permis de construire. Non sans
raison, car la ligne traverse des zones de protection et passe à côté
d’habitations, avec des effets de rayonnement mal évalués. A l’époque,
Greenpeace avait épinglé la « sentence politique » par laquelle les
juges se seraient mis au service des intérêts des entreprises plutôt que
des citoyens (woxx 1168). Désormais l’ONG peste contre la commune qui
« figure d’un côté parmi les 65 communes qui s’opposent au nucléaire et
demandent la fermeture de Cattenom et d’un autre côté autorise
maintenant l’importation massive d’électricité nucléaire ». Rappelons
tout de même que l’autre commune concernée par la construction de la
ligne, Differdange, n’a même pas tenté de s’y opposer – bien qu’elle
figure également parmi les 65 communes et que les Verts y siègent aussi
au conseil échevinal.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.