Le Srel, l’islam et les activistes

L’audition de l’ancien agent des services secrets (Srel) Frank Schneider par la commission d’enquête parlementaire vendredi dernier était certainement une des plus intéressantes jusqu’à présent. Celui qui a quitté le service en 2008 pour fonder sa société privée d’intelligence économique Sandstone, s’est montré plus loquace que ses prédécesseurs. A la question du député Serge Urbany concernant l’observation de la communauté musulmane, Schroeder a ainsi confié qu’elle se trouvait sous étroite observation : « Toute la panoplie des moyens dont dispose un tel service a été mise en oeuvre ». Cette panoplie concerne le filage, l’observation, mais aussi l’infiltration. Urbany voulut également savoir si ces opérations étaient en relation avec la présence de mosquées. Schneider, après un temps de réflexion, confirma cette assertion en nuançant qu’elles ne concernaient pas immédiatement les mosquées mais bien « certaines personnes en sortant ». Il concéda également que la définition du « terrorisme » était trop floue et que cela posait problème. Finalement, il condamna la surveillance des activistes qui s’opposent aux transports « Castor », allant jusqu’à leur témoigner de la sympathie et affirmant que lui aussi pourrait s’imaginer s’enchaîner à des rails. On en vient à se demander si le Srel ne serait pas infiltré par des gauchistes.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.