Une société luxembourgeoise pas très nette

(dv) – Une des spécialités « industrielles » du Luxembourg est l’accueil de sociétés dont très souvent la présence physique sur le territoire se limite à une boîte postale. Et dans ces boîtes se cachent souvent de vrais, de gros filous. C’est par exemple le cas de l’Agricultural Company Sierra Leone Ltd. (SAC), qui est une filiale de SOCFIN, une société enregistrée au Luxembourg et contrôlée par le Français Vincent Bolloré (ami de Sarkozy) et le Belge Hubert Fabri. Au Sierra Leone, ces hommes d’affaires ne font pas dans la dentelle. C’est l’ASTM (Action Solidarité Tiers Monde) qui, par voie de communiqué de presse, a rendu public cette semaine les forfaitures de cette société. En 2011, la SAC avait signé un bail avec le gouvernement sierra-léonais, dans le cadre d’un projet de plantation de palmiers à huile, qui lui cédait pour 50 ans 6.500 hectares de terres agricoles utilisées par plus de 9.000 agriculteurs de 24 villages différents. Cette superficie peut même être augmentée de 5.000 hectares supplémentaires. Au Sierra Leone, une ONG, Green Scenery, a publié un rapport mettant en lumière l’absence de compensations, la corruption et les pressions exercées sur les propriétaires. Désormais, la SAC s’en prend également à l’ONG en lui intentant des procès afin qu’elle se taise. Pourquoi le Luxembourg doit-il seulement accueillir toute la racaille du monde ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.