Cattenom: Nous voilà rassurés

(ml) – Pas de panique, la situation est totalement maîtrisée. Si bien que l’on pourrait croire que l’incendie, le 7 juin, d’un transformateur dans la partie non nucléaire de la centrale de Cattenom n’était qu’un signal de fumée destiné à faire venir les journalistes le 12, à la conférence de presse du directeur, Guy Catrix, sur… l’emploi. « Et après, on pourra revenir deux minutes sur l’incendie de la semaine dernière. » Pourquoi pas, oui. Mais avant : EDF recrute. A Cattenom, 89 embauches sont prévues pour 2013, dont 20 pour cent de femmes. A défaut de les voir dans l’entreprise, on pourrait peut-être en représenter quelques-unes en petite tenue sur les réacteurs, ça illustrerait le thème de la transparence si cher à monsieur Catrix tout en améliorant la cote de popularité de la centrale. En effet, suite au départ de feu qui a entraîné l’arrêt du réacteur 1, celle-ci en a encore pris un coup. Pourtant, il n’y a aucune raison de s’alarmer selon le directeur : il pourrait s’agir d’un court-circuit – les causes exactes ne sont pas encore définies – mais l’incident ne serait en aucun cas dû à une quelconque vétusté du site. De même pour l’anomalie détectée dans un transformateur du réacteur 3, qui pourrait provoquer l’arrêt de celui-ci dans les jours qui viennent si elle n’est pas tirée au clair. En outre, les 47 événements déclarés à l’Autorité de sûreté nucléaire en 2012 seraient pour la plupart des incidents minimes, reportés par souci de transparence justement, plus que par réel danger. Pourquoi donc s’inquiéter ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.