FESTIVAL CINEAST: Sixième clap

Depuis six ans, le paysage cinématographique luxembourgeois s’est enrichi d’un nouveau festival, le CinEast – représentant le cinéma de l’Est en général. L’occasion pour le woxx de présenter cette édition.

« Sofia’s Last Ambulance », primé à Leipzig est un des points forts du festival CinEast 2013.

L’immigration au Luxembourg, comme ailleurs, ne passe pas uniquement par la cuisine, mais aussi par le cinéma. Peut-être parce qu’il s’agit là aussi d’un bien culturel facilement partageable et agréable à consommer. Toujours est-il que les festivals de films « étrangers » se succèdent au cours de l’année : il y a le Brésil, l’Italie, l’Irlande, la Grande-Bretagne et il y a aussi les pays de l’Est.

Mais au contraire d’autres festivals – pas tous heureusement – le festival CinEast ne se résume pas uniquement au cinéma, mais s’est développé au cours des années en une suite d’événements qui englobent aussi les spectacles musicaux, comme les rencontres avec des invité-e-s de marque ou encore tout simplement des fêtes. Pour Hynek Dedecius, le directeur artistique du festival, c’est une évidence : « Le festival CinEast se veut également une plateforme de rencontre et d’échanges entre les différentes communautés. » C’est pourquoi il s’inscrit dans une logique d’échange et non seulement de présentation pure et simple.

Mais pour arriver au festival d’aujourd’hui, qui non seulement se déroule dans plusieurs cinémas mais aussi dans divers autres locaux à Luxembourg, comme le Melusina ou encore le Sang&Klang, un long chemin a été parcouru : « Le festival est né en 2008 sous le nom `Festival du film d’Europe centrale‘ à l’initiative d’un groupe de cinéphiles des pays de l’Est installés au Luxembourg. Initialement dédié à la présentation des oeuvres cinématographiques des quatre pays du `groupe de Visegrad‘ (Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie), le festival a considérablement grandi au cours des années suivantes en intégrant d’autres pays de l’ancien bloc communiste tout en se développant dans de nombreuses directions. Depuis 2010, c’est sous le nom `CinEast‘ que le festival est connu du public luxembourgeois. »

Pour Hynek Dedecius, l’évolution a été graduelle et le nombre de spectateurs croissant montre que le festival CinEast a trouvé son public : « Le festival a connu un très grand succès depuis sa première édition en 2008 – 2.300 spectateurs – qui s’est déroulée au Centre culturel de rencontre abbaye de Neumünster, avec une fréquentation moyenne autour de 120 personnes par projection, ce qui était surprenant même pour les organisateurs. Depuis la deuxième édition en 2009, le festival a lieu également à la Cinémathèque et aujourd’hui, il y a une dizaine de cinémas impliqués – Utopia, mais aussi Ariston à Esch et l’Ancien Cinéma à Vianden et jusqu’à Rumelange, Mondorf et pour la première fois cette année Metz, au cinéma Cameo. Le nombre de spectateurs n’a cessé de croître : 6.300 en 2012. Ce qui témoigne d’un réel intérêt du public luxembourgeois pour la cinématographie des anciens `pays de l’Est‘. »

Et l’édition 2013 réserve déjà quelques succulentes surprises avec notamment des films primés dans de nombreux festivals internationaux : ainsi, « Child’s Pose » du réalisateur roumain Calin Peter Netzer, a remporté l’Ours d’Or à la Berlinale cette année, tout comme « Circles » du réalisateur serbe Srdan Golubovic, primé en 2012 au festival américain du film indépendant de Sundance ou encore « Sofia’s Last Ambulance », présenté à Cannes en 2012 et primé d’une Colombe d’argent au festival DOK à Leipzig.

Le cinéma, c’est comme la cuisine : agréable à partager.

Mais ce n’est pas tout : « Avec une cinquantaine de longs métrages et autant de courts métrages de 15 pays, souvent primés aux festivals internationaux, le festival présente une offre très diversifiée : des drames ambitieux voire expérimentaux côtoient des comédies avec un humour souvent décalé. Des animations pour enfants jusqu’aux films d’horreur, en passant par des fresques biographiques ou des comédies musicales – il y a moyen de trouver chaussure à son pied », fait savoir Hynek Dedecius.

D’autant plus que la programmation d’événements autour du festival est aussi extraordinaire cette année, où il y en aura pour tous les goûts et toutes les couleurs : « Cette année ne déroge pas à la règle : le 12 octobre au Melusina, le quatuor vocal tchèque Yellow Sisters sera suivi par une Balkan party animée par DJ Boris Viande de Paris. Le 16 octobre à la Cinémathèque le groupe polonais Male Instrumenty présentera un concert cinématique avec un accompagnement live pour des courts métrages de Georges Méliès et leurs propres compositions. Le 19 octobre retour au Melusina avec la « Baltic Night » et le groupe rock estonien Tanel Padar & The Sun. Enfin pour la soirée de clôture le 26 octobre au Sang&Klang, nous aurons le plaisir d’accueillir Milenita, la star bulgare de la pop et du R’n’B. »

Parmi les invités de marque, on peut citer entre autres le réalisateur slovène Metod Pevec, l’acteur croate Leon Lucev, la chanteuse et réalisatrice polonaise Maria Sadowska et Kristina Buozyte – connue pour avoir réalisée « Vanishing Waves », le meilleur film fantastique européen de 2012. Mais ce n’est pas encore tout : des soirées de thématiques (baptisées « Science Romance » et « Call an Ambulance »), une projection très spéciale du « Walesa » d’Andrzej Warda ainsi que des marathons de courts métrages sont également prévus.

Et pour les insatiables d’images, le festival a organisé aussi deux expostions prolongeant le cycle thématique du festival « Histoires de femmes », l’une ayant lieu au Centre culturel de rencontre abbaye de Neumünster et l’autre à l’Ancien Cinéma de Vianden. Et pour la fin, et la faim, des buffets dinatoires avec des spécialités de l’Europe de l’Est seront organisés le 17 et le 22 octobre à la brasserie de l’abbaye de Neumünster.

Donc, si vous voulez commencer la saison froide par un plongeon dans les cultures de l’Europe de l’Est, c’est à partir du 9 octobre un peu partout au Luxembourg.

Plus d’informations : www.cineast.lu


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.