Les médicaments mis à nu

(lm)
– Faut-il jouer la transparence en matière de médicaments ? A côté des
réticences intéressées de l’industrie pharmaceutique, il est indéniable
que cela peut encourager l’automédication – potentiellement dangereuse –
et l’abus de médicaments. A l’âge de Google, cet argument a perdu en
pertinence. Mais il a fallu le scandale du Mediator, médicament qui a
causé des centaines de morts en France, pour faire pencher la balance du
côté de la transparence. Désormais, sur le site medicaments.gouv.fr, on
a accès à une banque de données sur 12.000 produits commercialisés dans
l’Hexagone. Le site se veut pédagogique : en introduisant le nom de
« Temesta », on obtient, en plus de la composition et de la notice
d’emploi, un lien vers la page « Consommation des benzodiazépines : Bien
respecter les règles de bon usage pour limiter les risques dont celui
de démence ». Le site contient également des tableaux indiquant les
génériques pouvant être substitués à certains « médicaments de
référence ». Hélas, pour retrouver les équivalents de médicaments
commercialisés au Luxembourg mais pas en France, il faudra toujours …
passer par une recherche Google.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.