Cargolux : Vieilles erreurs ?

(lc) – Non, cette fois-ci Luc Frieden ne s’est pas mis dans la ligne de mire, mais a laissé le dossier de la reprise des parts de l’Etat dans la compagnie nationale de fret aérien à son collègue responsable du dossier, le ministre du Développement durable Claude Wiseler. Pourtant, la façon dont se sont déroulées les négociations avec les Chinois de HNCA (Henan Civil Aviation Development & Investment) ont rappelé de mauvais souvenirs – vu qu’elle manquaient encore une fois totalement de transparence. Même la direction de Cargolux n’aurait pas été entièrement informée. Assez d’éléments pour activer les sonnettes d’alarme chez les syndicats, l’OGBL en tête. Et une entrevue avec le ministre Wiseler – en compagnie du président de Cargolux Paul Helminger – n’a pas totalement fait disparaître les soupçons des syndicalistes. Certes, le ministre leur a garanti qu’il n’y aurait pas de délocalisation, ni de dégradation des conditions de travail. Pourtant l’OGBL reste sceptique et se demande à juste titre que si telles sont les conditions, alors pourquoi donner 35 pour cent – une minorité de blocage – à HNCA, et il demande des garanties écrites. De l’autre côté, les syndicats LCGB et FCTP-Syprolux sont beaucoup moins sceptiques à l’égard de « leur » ministre membre du CSV – et se réjouissent de l’arrivée d’un nouveau partenaire.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.