EXPOSITION: Utopie(s) et catastrophe

La galerie Zidoun & Bossuyt propose en ce moment la première exposition monographique de l’artiste américain Yeni Mao – un créateur aussi polyvalent que surprenant.

L’installation « 1725 Sozak, No. 43 »

Une vidéo montrant une maquette d’un bateau qui brûle. Une voix qui, en anglais, communique une position en utilisant les mots « Whiskey Papa ». La vidéo fait partie de l’exposition « Whiskey Papa » du jeune artiste américain Yeni Mao à la galerie Zidoun & Bossuyt. Plus précisément, elle fait partie du projet « Batavia ». Batavia, c’était le nom de la capitale des Indes néerlandaises entre 1799 et 1942, qui aujourd’hui est la capitale de l’Indonésie indépendante rebaptisée Jakarta. C’est aussi le nom d’un navire néerlandais ayant fait naufrage au large des côtes australiennes en 1629. Navire qui, on l’aura compris, sert de modèle pour la maquette qui brûle.

Yeni Mao, d’origine chinoise, est né en Ontario au Canada en 1971. Il a fait ses études au School of Art Institute de Chicago. Après des séjours temporaires en Suède et à Taiwan, il s’est installé à Manhattan, où il habite et travaille. Après diverses expositions collectives entre autres à New York, Oslo ou encore Pékin, l’expo « Whiskey Papa » est la première exposition individuelle de l’artiste en Europe. Elle est divisée en trois parties : une série de collages de photos intitulée « Jungle », une installation portant le nom très technique de « 1725 Sokak, No. 43 » et le projet « Batavia », dont fait partie « Whiskey Papa ».

« Jungle » a été conçu à Miami et contient aussi bien des images publiques que des photographies réalisées par l’artiste lui-même. En interposant différents clichés de plantes, pour la plupart pris dans des zones urbaines comme Miami, il donne l’impression au visiteur de se retrouver devant une véritable jungle. Les photos ainsi agencées font penser à des fenêtres, faisant ainsi référence aux moyens de communication modernes comme Internet.

« 1725 Sokak, No. 43 » a été réalisée à Izmir, en Turquie et se présente sous la forme d’une installation architecturale cubique. Yeni Mao a utilisé la technique du photogramme, de l’image photographique obtenue sans appareil photo, en plaçant des objets sur une surface photosensible et en l’exposant directement à une source de lumière. Il a travaillé avec quatre vendeurs dont les magasins sont situés dans la même ruelle à Izmir et qui lui ont prêté leurs outils de travail afin de les utiliser dans le procédé du photogramme.

Le projet « Batavia », lui, est composé de la vidéo qui donne son nom à l’exposition et de deux impressions photographiques pour lesquelles des parties de la maquette de bateau brûlé ont été utilisées. La vidéo utilise des enregistrements d’une conversation entre le contrôle du trafic aérien de l’aéroport d’Amsterdam et le pilote du vol 1862 d’El Al juste avant le crash de l’avion. En 1992, cet avion, rempli de matériel destiné à la production d’armes chimiques, s’était écrasé sur Bijlmermeer, quartier populaire d’Amsterdam. Le crash avait provoqué la mort d’au moins 43 personnes, pour la plupart des immigrés clandestins, selon les chiffres officiels. Avec cette vidéo, l’artiste met en avant le contraste entre les attentes et rêves de ces immigrés et la réalité qui, souvent, est dure et décevante, ou débouche sur une catastrophe comme à Amsterdam. C’est de cet épisode que Mao tire le titre « Whiskey Papa », une expression faisant partie de l’alphabet militaire et utilisée dans l’aviation.

« Whiskey Papa » arrive à convaincre. Yeni Mao est un artiste polyvalent, utilisant différentes techniques et approches. Un artiste qui pose des questions qui perturbent, qui interroge et va plus loin, qui met en avant le contraste entre attente et déception, entre utopie(s) et catastrophe, entre rêve et réalité. A recommander.

Jusqu’au 8 mars à la galerie Zidoun & Bossuyt.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.