EXPOSITION COLLECTIVE: Large panel

« NY-LUX » – ce qui peut faire penser à un itinéraire de vol est le titre de la récente exposition du Mudam. Il s’agit d’un passage en revue des sept artistes lauréats de l’Edward Steichen Award. Si le dixième anniversaire de ce dernier est l’occasion de faire un bilan, l’exposition n’est pas tournée vers le passé.

L’exposition collective « NY – LUX » place la scène artistique luxembourgeoise au coeur du cosmopolitisme.

Du 14 février au 9 juin, les oeuvres récentes de Bertille Bak, Etienne Boulanger, Jeff Desom, Sophie Jung, Maria Loboda, Claudia Passeri et Su-Mei Tse, sous le commissariat d’Enrico Lunghi, sont exposées au Mudam. Le prix « Edward Steichen » a été créé en 2003 afin de placer la scène artistique luxembourgeoise dans un contexte international – une première pour le Luxembourg. Biennal, il est destiné aux jeunes artistes (de 25 à 35 ans) afin de donner une chance à leur art et à leur carrière émergente, car le gagnant se voit offrir un séjour de trois à six mois à l’ISCP (International Studio and Curatorial Programme), une résidence d’artistes renommée à New York. Ainsi les rencontres avec un milieu artistique plus vaste, professionnel et très varié est à leur portée. La quarantaine d’oeuvres exposées s’inscrivent dans une volonté de dialogue entre la scène artistique luxembourgeoise et américaine. C’est également l’occasion de mettre l’accent sur la richesse et la diversité de cette scène luxembourgeoise et de la Grande Région, finalement assez peu connue dans le monde. Le jury, composé de trois directeurs de musée ou commissaires, un de la Grande Région, un Américain et un Européen, a sélectionné au fil des ans des artistes devenus incontournables de la scène artistique luxembourgeoise et internationale.

La force et l’attrait de cette exposition reposent non seulement sur la diversité des oeuvres mais surtout sur leur contemporanéité. Su-Mei Tse, première lauréate de l’Edward Steichen Award, propose ses dernières créations ; une vidéo, une sculpture et une installation, qui s’inscrivent dans une pratique autour du son, le prisme à travers lequel elle aborde le monde. La représentation du monde d’Etienne Boulanger est moins poétique. Très affinés mais crus, les clichés qui composent l’installation « Shots » mettent en valeur les espaces marginaux, interstitiels, qui se dérobent volontiers aux regards inattentifs. Bertille Bak, dans un intérêt semblable, a une approche plutôt ethnologique. Ses sujets, qui sont souvent des communautés, participent à la réalisation de ses oeuvres qui prennent la forme de petits films quasi documentaires et d’objets extraits de ses réalisations.

Maria Loboda joue avec des références précises aux univers codés. Elle aime à poser des énigmes que seul un spectateur attentif peut résoudre, utilisant autant la sculpture que l’image, pour elle « le médium est le message ». A l’inverse, le concept de Claudia Passeri repose sur le fait que l’image mentale est préexistante au médium. La remise en question des images passe par une dématérialisation radicale, la puissance de ses oeuvres n’est pas visuelle mais évocatrice. Les vidéos, installations, sculptures et performances de Sophie Jung traduisent une approche plus conceptuelle et subjective. L’attrait de son travail réside dans un jeu de questions-réponses visuelles et acoustiques. La pratique de Jeff Desom témoigne de sa grande maîtrise des outils cinématographiques. « Rear Window Loop » est un panorama évolutif condensé du célèbre film d’Hitchcock « Rear Window ». L’exposition propose également d’autres travaux qui prennent cette fois la forme de courts métrages.

Les différentes salles qui constituent l’exposition créent un espace privatif afin de laisser place à l’épanouissement du spectateur. Les domaines respectifs distincts nous font profiter du large panel artistique que Luxembourg peut offrir.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.