Young Traditions: L’Europe en folk

Ce qui en musique classique est routine, ne fait que démarrer en musique traditionnelle: la collaboration entre jeunes musicien-ne-s d’Europe.

L'“Eyfo“, le „European Youth Orchestra“ se produira le 2 et 3 mai à Dudelange.

(roga) – Les musiques traditionnelles, ou musiques folk, constituent par définition la souche de toutes les musiques ultérieures, fussent-elles classiques, jazz, rock ou autres. Repoussées par la montée fulgurante d’autres genres populaires, surtout le rock et la pop, les musiques dites traditionnelles étaient menacées d’être évincées de la scène et enterrées dans la muséologie folklorique. Dans les années 70 et 80, on assistait certes à une renaissance spectaculaire du folk, notamment par le biais du folk-rock d’inspiration celtique et par l’acceptation plus générale desdites musiques du monde. C’était la période de la naissance du „Folk Clupp“ chez nous et des initiatives similaires dans toutes les régions du monde.

Hélas, les héros de la première heure du renouveau folk sont passés à l’âge de la sagesse et on pouvait se demander sérieusement si les musiques traditionnelles pouvaient encore avoir quelque avenir dans cette Europe de plus en plus soumise au diktat de l’industrie culturelle globalisée.

Dans les pays scandinaves et en Grande-Bretagne, les pouvoirs publics ou des fondations privées ont fait des efforts pour transférer le savoir traditionnel aux nouvelles générations. Il n’est donc pas surprenant que de ces deux contextes bien protégés sont issus les nouvelles personnalités et les nouveaux groupes de référence.

Rien à envier aux anciens

Puisque dans d’autres genres musicaux, des orchestres transnationaux composés de jeunes musicien-ne-s sont déjà actifs depuis belle lurette, l’idée de créer un orchestre européen de jeunes artistes du folk n’était que logique. Mais il fallut attendre l’initiative de Maurizio Martinotti pour que ce rêve devienne réalité. Martinotti n’est pas un de ces jeunes talents du renouveau du folk à l’aube du millénaire, mais l’une des figures de proue de la musique traditionnelle en Italie en tant que membre fondateur du groupe phare „La Ciapa Rusa“. Mais c’est lui qui, via ses activités au sein du „Réseau européen de musiques et danses traditionnelles“, a su nouer les premiers contacts en vue de la création de ce jeune orchestre. Le flambeau a été repris en l’occurrence par Pär Moberg, jeune musicien suédois aux talents et activités multiples. Le „European Youth Folk Orchestra“ ou „Eyfo“ est actuellement constitué de onze jeunes musicien-ne-s venant de neuf pays européens. Pär Moberg est responsable de la direction et des arrangements, les autres protagonistes sont: Ase Teigland (Norvège), Johannes Uhlmann (Allemagne), Anna-Kristina Widell (Suède), Marco Domenicetti (Italie), David O’Connell (Irlande), Piia Kleemola (Finlande), Anna Tabbush et Holly Sheldrake (Grande-Bretagne), Jerôme Liogier (France) et Pablo Martin (Espagne).

Le premier compact „enfants terribles“ est sorti en 2002 chez „FolkClub Ethnosuoni“. Il s’agit d’un excellent enregistrement en direct, réalisé lors de concerts à Vercelli et Lecco en été 2002. L’on ne peut que recommander le concert à toutes les personnes intéressées à une interprétation certes fidèle, mais très dynamique et innovatrice, de sons traditionnels par de jeunes musicien-ne-s qui n’ont rien à envier à leurs anciens. Notons qu’en première partie du concert de ce vendredi se produira le duo wallon „Matoufèt“. Un deuxième concert ce samedi présentera un groupe flamand absolument d’avant-garde – „Ambrozijn“ – dont la musique est teintée d’éléments rock et jazz. La soirée se terminera sur un bal folk animé par le groupe luxembourgeois bien connu „Carvine“.

Les concerts de Dudelange s’inscrivent dans un important congrès international qui se tient à Echternach les 2 et 3 mai. Avec le soutien du programme européen „Culture 2000“ de la Commission européenne, les membres du „Réseau européen des musiques et danses traditionnelles“ définiront les stratégies pour les prochaines années. L'“Eyfo“ montre que les efforts ne sont pas vains.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.