On rigole bien au commissariat !

(da) – C’est la radio 100,7 qui a publié l’information mardi : un participant de la marche des sans-papiers, arrêté après la confrontation entre manifestants et police au Kirchberg, aurait été victime de violences au commissariat rue Glesener. L’Inspection générale de la police aurait ouvert une enquête. Le jeune homme, originaire du Tchad, se serait vu saisir à la gorge par un policier pendant qu’un autre lui aurait violemment tordu le bras jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Le tout aurait été filmé avec un portable et accompagné de rires des policiers. Selon nos informations, l’homme, traumatisé et blessé, aurait été amené à l’hôpital de garde, la Zithaklinik, par d’autres activistes après avoir été remis en liberté. Là, on aurait refusé de l’examiner, prétendant qu’il n’était pas en possession de documents officiels. Finalement, un médecin, contacté par les activistes, aurait accepté de le voir. Dans son certificat médical, ce médecin a constaté plusieurs blessures, dont des lésions aux deux tempes, des plaies aux bras et aux jambes et une dent cassée. Et ce n’est pas le seul reproche fait aux policiers : une autre manifestante a déclaré avoir été victime de harcèlement sexuel au commissariat. Décidément, il ne fait pas bon être manifestant et sans-papiers au Luxembourg.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.