Le réquisitoire anti-TTIP de Carole Dieschbourg

(rg) – Selon un communiqué du ministère de l’Environnement, la ministre Carole Dieschbourg aurait « demandé des précisions à la commissaire européenne Malmström » concernant le TTIP. À vrai dire, le courrier qu’elle a envoyé fin avril, dont le principe semble bien avoir obtenu l’aval du conseil des ministres, ressemble plutôt à une critique radicale de cet accord qu’à une timide demande de compléments d’information. Cette lettre fait suite à une proposition formulée par la commissaire européenne elle-même lors de sa visite au Luxembourg le 26 février : Cecilia Malmström avait suggéré de lui soumettre par écrit les réflexions relatives au projet de traité transatlantique dont avait fait état la ministre verte. Carole Dieschbourg veut notamment connaître « les dispositions concrètes du projet de traité qui apportent une garantie pour la sauvegarde des normes environnementales européennes, ces dernières étant en général plus ambitieuses que celles applicables aux États-Unis ». La ministre se demande aussi si le principe de précaution, à la base des politiques européennes, restera « d’application face aux pressions des États-Unis notamment en matière d’OGM, de gaz de schiste et d’hygiène alimentaire ». Aussi fait-elle sienne la crainte d’un « désengagement de la Commission européenne et des États membres en matière d’initiatives liées à la politique environnementale et la subordination des considérations environnementales aux intérêts purement commerciaux ». Elle doute par ailleurs de l’aptitude des petits États membres à suivre de près les négociations permanentes avec les États-Unis en matière de normes environnementales. Une dernière question porte sur les « bénéfices réels du projet de traité sur le revenu des citoyennes et des citoyens européens ainsi que les petites et moyennes entreprises européennes ». Comme la presse a récemment fait état des nuances que la commissaire aurait apportées à ses propos à cet égard, Carole Dieschbourg lui demande des précisions basées sur des estimations fiables et récentes.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.