ADR : Pas de révolution identitaire

Aux regards hébétés que d’aucun-e-s jetaient sur leurs smartphones dans la rue dimanche dernier se joignaient des « ouf ! » – l’ADR et ses acolytes du Wee 2050 n’ont pas réussi à déclencher une vague brune sur le pays.

Est-ce le fait que la société civile et les médias ont suffisamment agité l’épouvantail d’une marée droitière et autoritaire sur le pays en amont des élections qui explique le résultat de l’ADR ? En tout cas, les médias semblent être pour certain-e-s candidat-e-s une des raisons du non-triomphe de leurs idées, comme ils et elles l’ont répété devant plusieurs… médias.

Nonobstant, l’ADR peut se compter parmi les partis vainqueurs des législatives 2018 : contrairement à l’autre parti de droite, il ne perd pas, mais gagne un siège au Nord. Certes, cela ne suffit pas pour accéder au statut (et aux récompenses financières) de fraction, comme cela avait été le cas par le passé, comme en 1999 quand le parti comptait même 7 députés – mais cela devrait l’aider à faire oublier qu’en entrant de plain-pied dans le « playbook » des populistes de droite qui pourrissent l’Union européenne, il s’est juste trompé de cheval.

Même si le membre du Wee 2050 le plus médiatiquement exposé, Fred Keup, a réussi à réunir 8.865 voix et se place troisième dans la circonscription Sud (son copain Tom Weidig, connu pour ses minimisations du régime nazi, arrive avec 6.641 voix en cinquième position), il ne semble pas que la sauce identitaire ait vraiment pris. En tout, les candidat-e-s du Wee 2050 totalisent 32.311 voix, soit moins d’un pour cent des suffrages exprimés. On est donc loin des 80 pour cent de la population dont ils et elles se revendiquaient. S’y ajoute que le candidat nouvellement élu, Jeff Engelen, vient de la circon-scription Nord – là où aucun membre du Wee 2050 n’était sur les listes. En fait, Engelen, qui est aussi conseiller communal à Wincrange, est un des fondateurs de l’ADR – et n’appartient donc pas à la mouvance qui a aidé à pousser le parti de plus en plus à droite.

Moins d’un pour cent pour le Wee 2050

À la question de savoir comment le Wee 2050 et l’ADR vont maintenant avancer, le député Fernand Kartheiser a répondu au woxx : « Le Wee 2050 doit décider lui-même de son avenir. La collaboration que nous avions pour les élections est terminée. Si le Wee a d’autres propositions à faire à l’ADR, nous en déciderons en temps utile. Fred Keup a annoncé sa volonté de devenir membre de l’ADR, ce que je salue expressément. » Donc, au-delà de la personnalité Keup, le parti n’est plus très chaud pour s’accommoder des idées et des méthodes parfois totalement diffamatoires des militant-e-s du Wee 2050.

S’il semble avoir appris cette leçon, l’ADR en est pourtant encore loin d’une vraie autocritique. Si l’ADR n’a pas pu s’insérer dans une coalition gouvernementale, c’est la faute du CSV qui a catégoriquement refusé se s’allier à lui et en a payé le prix électoral : « À mes yeux, le CSV devient de plus en plus imprévisible », analyse Kartheiser. « Monsieur Wilmes a déjà dit que le C dans CSV signifierait ‘Centrum’. En tant qu’éventuel nouveau président du parti, ce sera difficile pour lui pour différencier le CSV de la coalition Gambia. » Pour Kartheiser, il est impossible de se prononcer définitivement sur une collaboration avec les conservateurs, même s’il est d’avis que l’ADR devrait être en principe pour.

Par contre, une autre idée semble avoir fait son chemin : celle d’éventuellement former une fraction technique avec les Pirates, ce qui serait possible vu qu’ensemble, les deux partis ont six députés. Kartheiser l’admet : « On y a pensé. Mais rien n’a été décidé, ni dans une direction ni dans l’autre. »


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.