Afrique : Un trentaine de Luxembourgeois dans la zone de crise

Le 2 mars 2018, des hommes armés avaient ouvert le feu sur l’ambassade française située dans la capitale du Burkina Faso, faisant seize morts et de nombreux blessés. Comme l’ambassade du Luxembourg se trouve à proximité du lieu drame, la députée Nancy Arendt (CSV) s’est montrée inquiète du sort des ressortissants luxembourgeois dans cette région, ceci malgré le fait que le Premier Ministre avait rassuré qu’aucun citoyen luxembourgeois n’a été blessé par cette attaque.

(© Epa)

Dans une question parlementaire adressée au ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire elle demande plusieurs renseignements à ce sujet, sachant qu’ « à côté du Burkina Faso, d’autres pays africains, également partenaires du Luxembourg dans le contexte de sa politique de coopération au développement, ont déjà été cibles d’attentats de groupements terroristes, en particulier le Mali et le Niger, ou en sont menacés, comme le Sénégal ».

Elle voulait savoir combien de personnes d’origine luxembourgeoise sont engagées actuellement dans les pays visés par des attaques terroristes, si des moyens renforcés ont été déployés afin de protéger nos concitoyens contre d’éventuelles attaques terroristes et s’il était envisageable de retirer du personnel engagé sur place en cas de menace élevée d’attentat. Romain Schneider (LSAP), indique dans sa réponse datée au 30 mars que son ministère recense actuellement dix ressortissants luxembourgeois au Burkina Faso, 14 au Mali, et cinq au Niger. Ces chiffres comprennent des agents du Ministère des Affaires étrangères, de LuxDev et leurs familles ainsi que des policiers et militaires déployés dans le cadre des mission UE – rien n’étant indiqué sur d’éventuels collaborateurs d’ONGD ou de sociétés privées engagées dans la région.

Il énumère à la même occasion un certain nombre de mesures qui « ont déjà été entreprises ces dernières années pour renforcer la sécurité des missions diplomatiques luxembourgeoises à l’étranger, en étroite coordination avec les ministères et administrations compétents » . Il s’agirait notamment d’audits, de renforcements de la sécurité physique des locaux, de sensibilisation des agents et formations en matière de sécurité, d’amélioration des moyens de communication. En plus, les missions déployées par le Luxembourg participent aux réseaux d’échange d’informations au niveau local entre États Membres de l’Union européenne.

Dans sa réunion du 9 mars le Conseil de gouvernement a en outre décidé de mettre à disposition les ressources requises pour renforcer la sécurisation de nos missions. En cas de menace tangible, la présence diplomatique des pays européens serait examinée conjointement dans des groupes de travail réunis par l’Union européenne, explique Romain Schneider. Par ailleurs, des instances de coordination en matière consulaire existent au niveau européen afin de coordonner, cas échéant, l’évacuation de citoyens européens.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.