Duncan Roberts: „Luxembourg, mon home“

A l’occasion du „7th Cinénygma Luxembourg International Film Festival“, rencontre avec l’un des membres clé de l’a.s.b.l. organisatrice, Duncan Roberts, également rédacteur en chef du magazine en langue anglaise, „Luxembourg News“.

Comment un Anglais peut-il se sentir bien au Luxembourg? Mode d’emploi selon Duncan Roberts.

En échangeant la Tamise contre la Pétrusse, Duncan Roberts est sûr d’avoir fait le bon choix. Après cinq ans à Londres, où il était gérant de deux magasins de disques, l’Anglais arrive au Luxembourg en juin 1990. Ce mordu de musique et de cinéma, né à Manchester, est marié à une Allemande, avec laquelle il a deux enfants jumeaux. mehr lesen / lire plus

Femmes et radio: Liberté d’expression dans la limite des places disponibles

Dans le réseau „InterKonneXiones“, les femmes des radios libres essayent de déconstruire, par une réflexion autocritique, les stéréotypes racistes et sexistes des médias de leurs pays.

„Nous devons encore trouver la véritable utilité du réseau“, est une des analyse de Lola García concernant la situation actuelle du forum d’échange et de discussions qu’est „Femmes créant des espaces de communication“.

IKX a été fondé en 1992, en tant que réaction à l’information produite par le journalisme conventionnel: sensationnaliste, sexiste, raciste, basée sur la domination du Sud par le Nord.

„Femmes créant des espaces de communication“ est un réseau de journalistes féminines des radios libres et indépendantes. mehr lesen / lire plus

JULIA LEON: Creuser dans le folklore pour mieux connaître son histoire

Julia León préserve la tradition de la musique séfarade. Le woxx a parlé avec la chanteuse de ses influences folkloriques. En concert à Luxembourg le 1er mars.

„Nous faisons la musique avec nos moyens, comme ils ont dû le faire aussi.“ Julia León présentera une musique du monde d’un autre siècle à Luxembourg.

Séfarade (Sefarad) est un mot hébreu signifiant „Espagne“. Son pluriel, sfaradim, désigne les descendants des Juifs de la péninsule ibérique. A l’époque de la domination islamique sur l’Espagne, (du VIIIe au milieu du XIIIe siècle), une importante communauté juive y vivait. En dehors des périodes de persécutions et de conversions forcées, les Juifs étaient tolérés et participèrent ainsi à une véritable symbiose culturelle et religieuse avec les Musulmans et les Chrétiens. mehr lesen / lire plus

Kayser Jang: L’empereur sans frontières

Pour les uns, Jang Kayser est un homme mince qui circule dans la Kulturfabrik, d’un pas rapide, l’air inquiet. On y voit l’organisateur impénétrable, inexpugnable …

Il aime les rencontres, pas seulement autour d’une bonne cigarette. Jang Kayser s’investit dans l’organisation de projets culturels sans frontières.

(photo: Christian Mosar

ORGANISATEUR DE RENCONTRES

Pour les autres, il fait partie du panorama social et culturel luxembourgeois depuis plus de vingt ans. Discret, il aime bien écouter les histoires d’autrui, créer des espaces où la mémoire prend la parole. L’année de sa naissance Staline est mort, Elisabeth II est couronnée, „En attendant Godot“ est jouée pour la première fois, à Cannes Philippe Schneider présente le court métrage „Le Luxembourg et son industrie“ et Jacques Tati „Les vacances de Monsieur Hulot“. mehr lesen / lire plus

MAIN DANS LA MAIN: Solidarité sans barreaux

J’aurais été bien content si quelqu’un m’avait aidé à mon arrivée …“ Au moment où dix personnes en rétention administrative sont, selon le „Lëtzebuerger Flüchtlingsrot“, en grève de la faim, ces propos d’un détenu du groupe d’entraide „Main dans la main“ prennent toute leur actualité.

„Hôtel cinq étoiles“, „chantier de talents artistiques“, „dépôt d’ordures“ … Les avis sur la prison sont très divers. La seule chose dont on peut être sûr, c’est que vivre au CPL n’est pas vraiment divin. A un moment où la façade de la prison intéresse l’opinion publique, il semble opportun de présenter un projet, né à l’intérieur de ces murs. mehr lesen / lire plus

MARCHAND: Le parfum de Noël

Si vous aimez les parfums et les encens, vous le connaissez probablement. En discutant avec Richard, vous entendrez chanter l’accent du midi français, qui met un peu de soleil et de chaleur dans le marché de Noël de la Place d’Armes.

Richard (Schneider par son côté paternel alsacien et Nicolás par son côté maternel espagnol) vient au Luxembourg depuis août 1979. C’est grâce à un vendeur hollandais – rencontré sur un marché de la Côte d’Azur où il était déjà vendeur avec son
copain Jean-Michel -, qu’il a appris l’existence d’une grande foire au Luxembourg: la „Schueberfouer“. Il est venu et a rencontré „Monsieur Capesius, un grand monsieur, avec beaucoup de classe“, qui avait son bureau au Centre Hamilius et qui assignait
les places aux vendeurs.
mehr lesen / lire plus

CLAE: Savoir d’où l’on vient …

Milenko Keserovic et Franco Barilozzi, respectivement vice-président et secrétaire général du CLAE (Comité de Liaison et d’Action des Etrangers), nous parlent d’identité, d’intégration, de leurs convictions et de leurs espoirs en un avenir ouvert à toutes les cultures.

woxx: Pouvez-vous raconter votre biographie luxembourgeoise?

Franco Barilozzi: Je suis arrivé à l’âge de 9 ans, en 1966, avec ma mère. Mon père y était déjà. Vers 18 ou 19 ans, à la fin de l’école, des amis m’ont amené dans un milieu où l’on discutait politique, intégration, revendications … Et je me suis engagé. Pendant six ans, à côté de mon travail de technicien, j’ai milité dans une section d’un syndicat italien. mehr lesen / lire plus

BAILAOR: „Le flamenco est comme un virus!

Deux grands de la danse flamenco contemporaine se produiront ce samedi à Luxembourg. Tandis que Mercedes Ruiz était au Japon, où elle a donné des cours de danse, nous avons parlé avec Andrés Peña, le „bailaor“.

Andrés Peña s’inspire beaucoup des grandes figures classiques du flamenco, comme el Farruco représenté ici.

(Photo dans „La Rage et la Grâce“ de René Robert, Editions Alternatives, 2001)

woxx: Comment décririez-vous votre parcours?

Andrés Peña: J’ai commencé à danser parce que j’aimais ça, mais je n’imaginais pas que j’arriverais à en vivre. Vers l’âge de 10, 11 ans, je me suis inscrit à l’école de danse de mon quartier et ensuite à celle d’Angelita Gómez. mehr lesen / lire plus

FANFARE: Schammo François

A l’occasion de la fête nationale, le woxx a interviewé le directeur de la Fanfare Royale Grand-Ducale, François Schammo.

„Je ne peux qu’être très honoré.“

François Schammo est devenu directeur de la Fanfare Royale Grand-Ducale à 20 ans.

(photo: Christian Mosar)

Musique métier, musique passion

Enfant de Luxembourgeois et d’Italienne Né en 1978, François Schammo – ancien élève de Carlo Pettinger au Conservatoire et, actuellement, inscrit à la „Staatliche Hochschule für Musik“ en Allemagne – est, de plus, depuis septembre 1999, directeur de la „Fanfare Royale Grand-Ducale de Luxembourg – Grund – Fetschenhof – Cents – Pulvermuhl“, qui fête cette année son 150e anniversaire. mehr lesen / lire plus

NATHALIE ZLATNIK: „Si je faisais de l’art contemporain, je photographierais ma vulve …“

Une femme blonde, grande, née en mai 58, qui, au début, peut faire songer à Marlène Dietrich, mais qui ne tarde pas à montrer son style et son caractère tout à fait personnels, s’exhibe dans la vitrine de „Louis Vuitton“, au centre ville, dans le cadre de la manifestation „Or-ne-ment“.

Nous connaissions surtout Nathalie Zlatnik comme peintre avec des dons certains pour le dessin et le portrait. Un trait déterminé et net. La simplicité et la force de ses regards. Autour d’une tasse de café et entourées par de nombreux objets variés, dont une magnifique collection de chaussures, nous avons parlé de son travail, de son évolution, de la/sa vie, en somme. mehr lesen / lire plus

Bruno Baltzer: EYETALKS AT ALFA

Né en Provence, la terre des olives, Bruno Baltzer s’est installé au Luxembourg en 1995. Polyvalent et curieux, il aime bien regarder les gens dans les yeux.

L’´il, ornement du visage, vitrine de l’âme, parle. Lisez donc ce que celui de Bruno Baltzer a à vous dire.

(photographie eyetalks)

Mon oeil, ton oeil, etc.

woxx: Pourquoi l’´il?

Bruno Baltzer: Je vis à travers mon ´il. C’est mon oeil qui va parler à travers la photo. L’´il est plus que l’organe d’un sens, qui nous permet de nous situer dans l’espace, de reconnaître et de distinguer les choses. Un regard c’est comme une connexion entre deux appareils informatiques, une caméra digitale et un ordinateur. mehr lesen / lire plus

Manifesta 4: INTERVIEW: Enrico Lunghi

Du 25 mai au 25 août Francfort accueille la Manifesta 4, biennale européenne d’art contemporain. L’occasion pour nous de rencontrer Enrico Lunghi, historien de l’art et directeur artistique du Casino-Luxembourg, et de faire le point sur l’art contemporain au Luxembourg.

Content de la réputation internationale du Casino, Enrico Lunghi est plein d’assurance concernant les perspectives d’avenir.

Photo: Christian Mosar

Cette liberté que possède l’art …“

Woxx: En 1998, le Luxembourg a accueilli la Manifesta 2. Que signifie un tel événement pour les organisateurs et qu’a-t-il apporté plus précisément au Casino?

Enrico Lunghi: Monter une exposition comme Manifesta est un défi pour les organisateurs: ils sont, entre autres, confrontés à des critères qui dépassent le cadre local et régional; ils sont „jugés“ selon les critères internationaux, du point de vue artistique et organisatorial. mehr lesen / lire plus

REGARD SUR LA BEDE ESPAGNOLE: Originalité et ouverture

La bédé espagnole, même si elle est peu connue, a son identité et son histoire propre. Pour en savoir plus, rendez-vous ce week-end au Cercle municipal.

Ce samedi il y aura mille choses à faire, comme voir le festival d’Eurovision, faire la lessive si on revient du congé de pentecôte, aller à la côte belge ou faire un tour au vernissage, au Cercle municipal, de l’exposition „Un regard sur la bédé espagnole“. Commençons par cette dernière proposition, au risque de vous faire oublier les autres. Pour les amateurs de bédé parmi les lecteurs et lectrices, ou les personnes intéressées par la culture espagnole, ce sera l’occasion de rencontrer des dessinateurs venus exprès d’Espagne, ainsi que d’autres aficionados à cette aventure qui, en Espagne, prend d’habitude le nom de sa publication pionnière, TBO (écrivez „tebeo“ et prononcez „tébéo“). mehr lesen / lire plus

MARCO UHRES DU FOLK CLUPP: „Demain c’est l’Anno Tubak Revival“

Marco Uhres est connu comme brocanteur, amateur de musique folklorique et animateur à Radio Ara. Il est aussi président du Folk Clupp, qui, cette année, fête ses 25 ans.

Qui ne reconnaî trait pas la voix douce et grave de Marco Uhres, après l’avoir entendue à la radio, et qui ne se souviendrait pas de lui, après un passage au marché aux puces ou lors d’une soirée au Sang & Klang? Depuis 1984, Marco Uhres est président du Folk Clupp, créé en 1977. Discret, paisible et barbu, il nous a ouvert ses portes: „Je n’ai rien à cacher“.

woxx: Qu’est-ce qui t’a amené à t’engager si activement au Folk Clupp? mehr lesen / lire plus

Dany & Jerry – Jerry & Dany: ART EN SYMBIOSE

L’une commence la réponse, l’autre la termine ou vice-versa. Comme dans l’interview, Dany Prum et Jerry Frantz se complètent tellement dans leur travail qu’ils ne semblent former qu’une seule entité.

Ame-soeurs dans leur travail, Dany Prum et Jerry Frantz s’entendent à merveille et se complètent dans leur passion artistique.
Photo: Christian Mosar

Dany Prum (Luxembourg, 1965) travaille comme artiste plasticienne depuis la sortie de l’école, il y a douze ans, et Jerry Frantz (Esch/Alzette, 1955) depuis environ dix ans. Ils oeuvrent ensemble depuis 1999. D’où vient cette symbiose? Avant de se rencontrer, Dany aimait bien ce que Jerry faisait et pour lui c’était pareil avec le travail de Dany. mehr lesen / lire plus