Klassik: Nadine Kauffmann

Nadine Kauffmann se produira ce dimanche 27 avril à 17 heures en l’église de Roodt/Syre, en duo avec le pianiste David Ianni, dans le cadre du festival Musek am Syrdall.

Dompteuse de sax

(jitz) – La persévérance de Nadine Kauffmann aura porté ses fruits. Après maints problèmes, elle a enfin présenté son CD dont le projet était en gestation depuis longtemps. Enregistré à Riga avec le très bon Orchestre Philharmonique de Lettonie sous la baguette du luxembourgeois Carlo Jans – qui y officie comme chef invité principal – ce CD est consacré à des compositions pour saxophone datant de la première moitié du siècle dernier, dont le célèbre concerto d’Alexandre Glazounov ainsi que le concertino da camera de Jacques Ibert, deux pièces incontournables du répertoire du saxophoniste classique. mehr lesen / lire plus

Jazz: Rosario Giuliani

Forza Dodo

(jitz) – Deuxième CD du saxophoniste italien Rosario Giuliani, et confirmation d’un talent exceptionnel! Peu de saxophonistes s’expriment actuellement avec autant d’énergie et de tripes. Bien que son discours soit assez classique, avec l’esthétique non cachée du bebop, Rosario Giuliani parvient à créer des tensions rarement entendues depuis l’ère de Charlie Parker. Entouré d’une équipe à cent pour cent italienne, ce saxophoniste alto démontre que le jazz de pointe n’est plus réservé aux seuls résidents de New York. Il se révèle encore être un fin compositeur, signant deux tiers des titres du CD. Il aura mis dix ans pour franchir les Alpes, quelques mois pour convaincre en France. mehr lesen / lire plus

Jazz: Herbie Hancock, Michael Brecker et Roy Hargrove

Directions in music

Dreamteam

(jitz) – Les grandes vedettes assemblées dans des super-groupes éphémères, déçoivent souvent puisqu’elles ont tendance à se neutraliser plutôt que de canaliser leurs forces vers une seule direction commune. Une de ces formations de rêve en tournée l’été passé, a toutefois échappé à cette règle, Herbie Hancock, Michael Brecker et Roy Hargrove s’étaient unis pour une relecture de la musique de John Coltrane et de Miles Davis. Un CD enregistré en public documente qu’ils ont réussi l’essentiel, créer une sonorité homogène imbibée de l’esprit d’ouverture qui caractérise la musique des deux maî tres, avec la même gestion de l’espace et des vides, tout en y joignant des touches personnelles. mehr lesen / lire plus

Jazz: Bert Joris

Belgobop

(jitz) – Dans la série de CDs „The finest in belgian jazz“, produite sous l’égide de Bruges, ville culturelle européenne 2002, on a déniché ce petit bijou enregistré live par le trompettiste Bert Joris. Depuis des années, il fait partie du quartette de Philippe Catherine, et on avait déjà l’opportunité de savourer sa vélocité et sa poésie lors d’un concert du guitariste, organisé dans le cadre du festival du Printemps musical. A la tête de sa propre formation, Bert Joris affiche une forte personnalité en s’inspirant à la fois de Miles Davis pour le sens de l’espace et de Chet Baker pour le chuchotement mélancolique, mais avec des facultés techniques bien contemporaines. mehr lesen / lire plus

The Twelve Tribes: Shofar chauffé

(jitz) – Quelle polyvalence chez le clarinettiste new-yorkais David Krakauer: parfait interprète de Brahms et de Mozart, il privilégie toutefois la musique juive traditionnelle qu’il revisite de manière assez radicale. Il ne recule devant rien, quitte à s’attirer les foudres des puristes et autres intégristes musicaux. Il croise le boulgar (une danse kletzmer) avec le blues, il mêle des génériques de séries télévisées américaines avec des rythmes de danses traditionnelles, il combine les pulsations d’un DJ aux cris déchirés de sa clarinette et il réunit le son du shofar, l’instrument rituel hébraï que en corne et celui de la guitare électrique. mehr lesen / lire plus

Jazz: René Thomas

Meeting Mister Thomas

Paris qui battait la mesure

(jitz) – Cette belle série de 100 CDs à prix réduit documente que Paris était bien, entre 1945 et 65, la capitale européenne du jazz (époque révolue, même si en France on ne l’admet que du bout des lèvres). Les artistes américains de passage ou qui s’établissaient à Paris avaient évidemment une influence considérable sur les musiciens français. Ainsi, on retrouve dans cette collection les noms de Miles Davis, Dizzy Gillespie ou Oscar Peterson à côté des français Stéphane Grappelli, Claude Bolling ou Michel Legrand, mais aussi quelques musiciens belges, liégeois de surcroît. mehr lesen / lire plus

Jazz: Branford Marsalis

Footsteps of our fathers

Pointures trop larges?

(jitz) – A l’instar de son petit frère Wynton, le saxophoniste Branford Marsalis affectionne l’interprétation des grands thèmes de l’histoire du jazz. Sur son CD récent Footsteps of our fathers, il s’attaque à deux gros morceaux des années 50 et 60: la „Freedom Suite“ de Sonny Rollins et le mythique „A Love Supreme“ de John Coltrane. Si la relecture de Rollins ne dépasse pas le stade de la copie conforme – ce n’est déjà pas mal -, il parvient à se débarrasser de la spiritualité inhérente à l’oeuvre de Coltrane, avec une version de „A Love Supreme“ énergétique, assez agressive et sans concessions. mehr lesen / lire plus

JAZZ: Brad Mehldau

Après cinq enregistrements en trio, Brad Mehldau avait apparemment envie d’une formule musicale alternative. Sur son CD récent, qui n’est pas destiné aux puristes, le pianiste utilise certains mécanismes de la musque pop, puisqu’il rétrécit les formes et soigne à l’exagération le seul paramètre musical du timbre (sound, en luxembourgeois). Il pare sa musique de clarinettes, flûtes et hautbois, fait usage du piano préparé, ajoute des effets électroniques et s’essaie aussi – sans convaincre – au vibraphone. Le tout résulte en des miniatures étriquées aux climats de lenteur chargée, mais qui ne font pas oublier les richesses mélodiques et harmoniques et les escapades libertaires de ses enregistrements en trio. mehr lesen / lire plus

Jazz: Charlie Haden

American Dreams

Révolutionnaire assagi

(jitz) – C’est joli, rose bonbon et bien sucré, tout comme si l’ex-révolutionnaire voudrait se cuirasser contre les atrocités de ce monde par un épais sirop musical douceâtre. Car Charlie Haden était, il y a 30 ans, en première ligne du front des musiciens engagés pour des causes sociales et politiques. C’était le temps du „Liberation Music Orchestra“ et de la guerre du Vietnam. Aujourd’hui, alors que sa patrie est friande de nouvelles guerres, Charlie Haden interprète sans aucune connotation ironique, le patriotique „America the beautiful“. D’un point de vue musical, ce CD de ballades est bien ficelé – facile, avec des musiciens comme Brad Mehldau, Michael Brecker et Brian Blade -, mais cet excès d’harmonie provenant de la part d’un contestataire d’antan est tout de même assez surprenant. mehr lesen / lire plus

Jazz: E.S.T

Strange Place for Snow

Lueurs nordiques

(jitz) – Depuis l’avènement du romantique Brad Mehldau, la formule piano-contrebasse-batterie jouit d’une popularité méritée et les bons trios foisonnent un peu partout. L’originalité n’est cependant pas toujours au rendez-vous. A défaut d’une révolution, le pianiste suédois Esbjörn Svensson, entouré du contrebassiste Dan Berglund et du batteur Magnus Öström, se distingue par ce petit truc personnel, si difficile à peaufiner. Il mêle l’esthétique d’un jazz assez classique aux grisailles cafardeuses et aux pulsations répétitives chères aux musiciens scandinaves, et les quelques touches clairsemées de sonorités synthétiques, couplées aux percussions, aussi retenues que subtiles, contribuent à la création d’un climat de pénombre pesante. mehr lesen / lire plus

Jazz: Aka Moon

Invisible Moon

Cérébral et débridé

(jitz) -Le trio belge Aka Moon est une des seules formations de jazz au monde qui parvient à drainer des foules considérables et à satisfaire en même temps les puristes les plus assidus. Leur recette: une musique dotée d’une énergie démoniaque, des grooves apparemment irrésistibles, basés sur des métriques irrégulières et compliquées en diable. On veut bien danser, mais on ne parvient presque jamais à marquer le temps. Leurs enregistrements sont certes moins frénétiques que leurs concerts, mais ils documentent bien les facultés techniques hallucinantes de ces musiciens d’exception. Sur leur CD récent Invisible Moon, Fabrizio Cassol, saxophone, Michel Hatzigeorgiou, basse, et Stéphane Galland, batterie, s’entourent d’une belle brochette d’invités qui pimentent la sauce sans en enlever les saveurs de base. mehr lesen / lire plus

JAZZ: Moines bénis de bebop

Petit festival deviendra-t-il grand? L’affiche du festival „Jazz à Clervaux“ a des arguments pour séduire.

Le formidable saxophoniste Erwin Vann devrait déjà bien connaître le Luxembourg. Tout comme bien d’autres musicien-ne-s qui se produiront au „Jazz à Clervaux“.

(jitz) – Le jazz semble être devenu une musique d’été. Alors que durant presque toute l’année les musiciens de jazz se trouvent confinés dans des clubs enfumés et des caveaux étroits, la belle saison leur offre bien des opportunités pour se produire à l’air pur devant un public élargi. Les festivals d’été connaissent depuis une dizaine d’années un succès grandissant un peu partout en Europe. mehr lesen / lire plus

Hammes Ernie: Au-delà du top do

Tournée mondiale avec l’orchestre de Maynard Ferguson, tournée des festivals d’été avec le bigband de Carla Bley: le trompettiste luxembourgeois Ernie Hammes vient d’entrer dans la cour des grands du jazz.

TROMPETTE ET RENOMMEE

Comment aborder une rencontre-interview avec un compère musical que l’on a senti arriver et qui maintenant salue gentiment de bien loin, de bien haut? S’y lancer avec comme catalyseur une bouteille d’un bon cru fait perdre en objectivité, sans doute, mais gagner en intimité… Surtout que l’épicurisme d’Ernie Hammes ne se limite pas à son amour pour le jazz et pour la trompette. „Dès que j’ai une soirée de libre lors des tournées, je pars à la recherche d’un bon restaurant. mehr lesen / lire plus

JAZZ: Joe Lovano

Lovano belcanto

(jitz) – Quelle drôle d’idée que de relire le répertoire du grand ténor Enrique Caruso avec une esthétique de jazz! On connaît bien l’éclectisme du saxophoniste américain Joe Lovano qui a d’ailleurs toujours affiché ses origines siciliennes, mais de là à se mettre à improviser sur des airs d’opéra et des chansons napolitaines, il y a du chemin à faire! Et pourtant, la mayonnaise prend. C’est que Joe Lovano ne tombe jamais dans le pathétique exubérant, il fait luire ces mélodies dans les demi-teintes en éliminant les effets faciles et clinquants. Ainsi, un air ringard comme Vestia la Gubbia (de l’opéra I Pagliacci) se pare d’un peu de blues, la Tarantella Sincera se met à swinguer doucement et le sempiternel Santa Lucia se métamorphose en un calypso aux accents libertaires. mehr lesen / lire plus

Jazz: Abdullah Ibrahim

Ekapa Lodumo

Abdullah Ibrahim. Ekapa Lodumo. Enja Tip-888840 2

Abdullah cuivré

(jitz) – Ce CD récent, que le pianiste sud-africain Abdullah Ibrahim a enregistré avec le bigband du NDR, se présente comme une antithèse à sa prestation en solo au Centre des Arts Pluriels à Ettelbruck, jeudi 25 avril passé. Alors que, seul, face au clavier, Abdullah Ibrahim plonge dans les profondeurs de son âme pour une musique méditative et spirituelle, son écriture pour grand ensemble se révèle extravertie, festive et même dansante. Les influences rythmiques restent bien africaines et les mélodies gardent cette beauté simple, voire naïve. Mais l’énergie d’exécution est toute autre. mehr lesen / lire plus