TIM BURTON: Big Fish

Après s’être accommodé, huit longues années durant, de projets proposés par les studios, comme „Planet of the Apes“, Tim Burton revient au cinéma d’exception qui est le sien avec „Big Fish“.

Il y eut „Edward Scissorhands“ aux mains d’argent, puis celui à la caméra douteuse du plus mauvais réalisateur de tous les temps, l’attachant „Ed Wood“. Voici le troisième Edward mis en scène par Tim Burton: cette fois-ci, le réalisateur nous fait quitter la noirceur habituelle de ses films précédents et nous fait entrer dans la lumière d’un véritable conte de fée. Loin des fantômes déjantés de Beetlejuice, loin des créatures surnaturelles ou des humains décapités, il nous plonge ici dans la réalité toute relative d’un mythomane au seuil de la mort. mehr lesen / lire plus

ALASTAIR FOTHERGILL: La Planète Bleue

Etonnant voyage au coeur de l’infinie richesse du monde marin, „La Planète Bleue“ nous invite à découvrir un univers étonnant, en passant de la naissance des crabes à la lutte des bancs de sardines contre les prédateurs de la mer et des airs, aux jeux cruels des orques, aux ballets des dauphins … Voilà un document généraliste aux images superbes, mais sans autre prétention.

A l’Utopia. mehr lesen / lire plus

CHRISTOPHE BLAIN: Isaac le Pirate

A l’occasion des fêtes de fin d’année, l’éditeur Dargaud a décidé de faire plaisir aux bédéphiles admirateurs de Christophe Blain avec la sortie, en série limitée, de l’intégrale du premier cycle d'“Isaac, le Pirate“.

„Isaac, le pirate – 1er cycle“, édition spéciale noir et blanc (série poisson pilote), éditions Dargaud, ISBN: 2205055380.

Souvenez-vous, le premier tome, paru en janvier 2001, avait fait grand bruit, faisant de Christophe Blain un des représentants de la nouvelle génération des auteurs de bande dessinée. Une génération qui se veut incisive, originale et totalement décomplexée. L’auteur concrétisa d’ailleurs tous les espoirs placés en lui en emportant l'“Alph-Art“ au festival de la bd à Angoulême en 2002. mehr lesen / lire plus

PETER JACKSON: Le seigneur des anneaux suite et fin

Après l’immense déception causée par „Matrix Révolutions“, une trilogie en chasse une autre et pour celle-ci, on ne boudera pas son plaisir.

Le petit Frodon doit détruire l’Anneau maléfique. Ce qui le rend plutôt pensif.

Pour le „Return of the King“, Peter Jackson a su, contrairement aux frères Wachowski, ajouter de la substance, alors que la belle impression laissée par le premier „Matrix“ s’effilochait à un rythme aussi soutenu que se succédèrent les deux derniers épisodes.

„Le retour du roi“ balaye, s’il en était besoin, les réserves suscitées par „Les deux tours „, considéré de l’avis même de Peter Jackson comme un épisode intermédiaire dans la folle épopée imaginée par Tolkien. mehr lesen / lire plus

TRILOGIE MATRIX: Puisque ce qui a commencé doit finir …

Ce titre est l’axiome présent sur toute la communication faite autour du dernier volet de la trilogie des Matrix. On est tenté de le remplacer par: „Les plus courtes sont les meilleures.“

Evidemment, ce serait faire injure à la pensée distillée au compte-gouttes par les frères Wachowski, géniaux créateurs de la matrice. En fait, en sortie simultanée sur toute la planète, à peine six mois après le deuxième épisode „Matrix reloaded“, „Matrix Révolutions“ ne pouvait choisir meilleure entrée en matière pour focaliser les regards des fans et des curieux. D’autant plus qu’à part la presse quotidienne, conviée la veille de la sortie officielle, aucun des magazines spécialisés ne pouvaient jeter un regard critique sur cette suite aux juteuses promesses commerciales. mehr lesen / lire plus

CLAUDE DUTY: Bienvenue au gîte

Des gens de la ville décidant de vivre à la campagne, cela donne une bonne tranche de rire, pas très bio, dans „Bienvenue au gîte“, le tout sans conservateurs.

Un couple persuadé que manger bio donne accès au véritable sens de la vie. Marina Foïs et Philippe Harel découvrant leur rêverie bucolique

Imaginez un couple de Parisiens, convaincus d’être très original dans leur projet de racheter un gîte à Frassinousse, un obscur village du Sud, afin d’y cultiver leur tout nouveau retour aux choses vraies. Imaginez encore Marina Foïs (des inénarrables „Robins des Bois“) dans le rôle de Caroline, l’exécutive woman parisienne et Philippe Harel dans celui de Bertrand, son flegmatique compagnon. mehr lesen / lire plus

Charles Herman Wurmfeld: Legally Blonde

Une heure et demie de film sur une blonde bimbo appelée Elle Woods, californienne de surcroî t, cela tient de la performance!

Retrouvera-t-il sa maman saine et sauve? Voilà la question haletante que propose d’élucider „Legally Blonde 2“.

Souvenez-vous, la blonde décolorée nous avait laissé au sortir de la prestigieuse université d’Harvard à la fin du premier opus. Pour savoir comment elle a fait pour y entrer, prière de s’en référer au début de l’épisode dont on vous épargne ici le résumé …

Voilà donc notre bombe californienne propulsée dans l’univers impitoyable du marché du travail américain. On pourrait craindre le pire pour cette greluche, mais non. mehr lesen / lire plus

Didier Bourdon: 7 ans de mariage

C’est bien connu; après sept années de vie commune, il y a souvent comme un essoufflement dans les couples.
Didier Bourdon a choisi d’approfondir le sujet avec moins de sérieux encore que la presse féminine dans
„7 ans de mariage“.

Contre toute attente elle prendra goût à la plongée sensuelle … Catherine Frot, montrant sa jambe, rehausse le niveau de „7 ans de mariage“ par son jeu irréprochable.

Le film s’ouvre sur le couple que forme Alain (Didier Bourdon) et Audrey (Catherine Frot), en plein sauvetage raté des apparences. Plutôt bourgeois, Alain et Audrey font leur possible pour ne pas s’exaspérer plus que d’ordinaire afin de ne pas perturber leur petite fille de huit ans. mehr lesen / lire plus

Les frères Wachowski: Matrix Reloaded

Keanu Reeves, alias Néo, en train d’en faire des tonnes, comme cela se doit pour „Matrix Reloaded“.

System failure

„Matrix Reloaded „, le deuxième volet de la trilogie autour de Néo, Morphéus et compagnie, déçoit. En effet, une longue chorégraphie de combats somptueux ne suffit pas à meubler un peu moins de deux heures de film.

Depuis quelque temps, pas moyen de prendre le métro à Bruxelles sans croiser une immense tête de mouche, entendez un de ses visages émaciés affublés de lunettes noires dernier cri. Il en existe quatre modèles: celles de Néo, celles de Trinity, celles de Morphéus et celles du méchant (pas les plus moches d’ailleurs). mehr lesen / lire plus

George Clooney: Confession of a dangerous mind

Possède un esprit original: le réalisateur George Clooney.

Pour son premier film en tant que réalisateur, l’acteur George Clooney prouve qu’il possède à l’évidence un esprit original à défaut d’être dangereux, comme celui de Chuck Barris dont il adapte les mémoires avec l’aide du scénariste Charlie Kaufman („Dans la peau de John Malkovich“).

Im Utopolis

Séverine Rossewy mehr lesen / lire plus

P. T. Anderson: Punch Drunk Love

Avec „Punch Drunk Love“ le régisseur P.T. Anderson s’est fait une faveur: pour éviter l’ennui et pour se divertir lui-même, il bouscule les règles des genres auxquels il s’intéresse.

Lena (Emily Watson, enfin dans une comédie) qui fait irruption dans la vie de Barry.

Quand la comédie sentimentale se prend un électrochoc

Comment réussir une comédie romantique avec Adam Sandler, cet acteur qui est au cinéma américain ce que Bernard Menez est au cinéma français et Emily Watson, dont le talent est inversement proportionnel à celui de Sandler.

Seul P.T. Anderson pouvait se coller à cet improbable assemblage avec autant de brio que de malice, pulvérisant joyeusement les règles engluées de la comédie romantique. mehr lesen / lire plus

Festival international du film fantastique à Bruxelles: Bouh!

Et c’est reparti pour le „BIFFF“, 21e édition sanglante du festival international du film fantastique, de science-fiction et du thriller de Bruxelles. Au programme, plus de 100 films et des invités aussi prestigieux: Jodorowsky, Vernes, Boyle, …

Pour les fanas d’hémoglobine, les mordus de zombies et autres mutants, il n’y a qu’au „BIFFF“, qu’on se le dise, que l’on peut visionner des films affublés de titres aussi grotesques que „Zombie Plague: Mutant Zone“ ou, la cerise sur le gâteau, „Neutron Contro los Automates de la muerte“, dans le cadre d’une rétrospective mexicaine. Outre le culte, il y a aussi les poids lourds. mehr lesen / lire plus

Rob Marshall: CHICAGO

Une ville de légende où les femmes assassinent leur mari, font de la prison – ce qui a le chic d’en faire des stars – se jalousent l’une l’autre jusqu’à se faire des coups bas pour qui fera la première page du lendemain.

John C. Reilly joue peut être un personnage désespérant d’insignifiance dans „Chicago“, mais il est au moins en bonne compagnie. (photo: David James / Miramax Films)

Pluie de paillettes

Le dernier film de Rob Marshall est, du point de vue féminin, tout à fait jubilatoire tant les femmes y font le spectacle, y mènent la danse, non sans l’intervention de quelques princes (pas toujours) charmant. mehr lesen / lire plus

Curtis Hanson: 8 Mile

„8 Mile“, est le nom de la voie rapide séparant les banlieues blanches des quartiers noirs de Detroit, un des berceaux
du rap US.

Mère alcoolo et rappeur désabusé: Kim Basinger et Eminem forment un duo très convainquant dans
„8 Mile“. (Photo: Eli Reed)

EMINEM AU CINEMA

Concentré de rage en rimes

Le titre du dernier film de Curtis Hanson sonne aussi comme le testament d’une ville économiquement exsangue, baptisée par ses propres habitants „Murder City“. Avec, dans le rôle du rappeur blanc seul contre tous, l’ultra célèbre Marshall Mathers, alias Eminem.

Faire un film sur le rap, mouvement controversé et puissamment associé à une génération, comme le fut le rock en son temps, n’était pas la chose la plus simple à faire. mehr lesen / lire plus

Jackson Petert: La communauté de l’Anneau

La suite attendue de
„La communauté de l’Anneau“.

CINEMA DE L’ANNEAU

Au quart de tour

C’est un peu comme s’il y avait eu un entracte, pour pouvoir remplir son sachet de pop-corn. Seulement, cette pause aura duré toute une année, sans que l’envie de connaître la suite de la „Communauté de l’Anneau“ ne s’émousse pour autant. Pour Petert Jackson il n’était pas question de commencer „Les deux tours“, le deuxième épisode de la trilogie d’après les romans de Tolkien, par un prologue. Et ce sous peine de faire téléfilm, et de donner un côté bon marché au propos, selon les propres mots du réalisateur australien. mehr lesen / lire plus