classic: Xenakis Iannis

Précison mathématique

(pm) – Iannis Xenakis (1922-2001), le plus scientifique des compositeurs classiques, a créé avec Pléï ades,oeuvre écrite uniquement pour instruments de percussion, un modèle de la composition polyrythmique qu’il maî trisait avec tant de bonheur. Vibraphones, marimbas, xylophones et le sixxen, instrument métallique que Xenakis fit construire spécialement pour cette oeuvre, font émerger une débauche de sons surprenants et passionnants, sons qui balayent l’auditeur dans leur tourbillon, l’entraî nant comme vers une catastrophe inévitable ou un univers tordu. Les percussions de Strasbourg donnent une interprétation subtile et émouvante de cette oeuvre unique où se rapprochent des gammes de la Grèce antique, du Proche-Orient, de l’Indonésie. mehr lesen / lire plus

jazz: Potter Chris

Gratitude

Talent confirmé

(jitz) – Avec ce premier CD pour un label renommé, le saxophoniste trentenaire Chris Potter joue définitivement dans la cour des grands, même s’il se montre encore très humble envers ses aî nés en dédiant chaque composition à un des maî tres du saxophone de l’histoire du jazz. On avait déjà pu apprécier son discours fluide et son imagination débordante en 1995, lors de deux concerts qu’il joua au Luxembourg, puisque le jazzclublëtzebuerg, en bon défricheur de talents, l’avait engagé à l’époque. Aujourd’hui, les critiques voient en Chris Potter le saxophoniste le plus prometteur de ce début de siècle. mehr lesen / lire plus

folk: Srinivas U.

Mandolin Magic

Mandoline indienne

Un musicien du sud de l’Inde jouant de la mandoline au lieu d’une cithare? C’est de quoi vous déconcerter. Mais à l’âge de 30 ans, le jeune prodige U. Srinivas a déjà un beau palmarès derrière soi, avec un premier disque en 1991 sur „Globestyle“ suivi d’une production „Realworld“. Sur ce nouveau compact Mandolin Magic paru sur le label italien „dunya-felmay“, U. Srinivas nous propose donc six longs morceaux de musique classique indienne du sud. La mandoline plane sur un accompagnement de percussions et de violon. L’apogée de ce disque extrêmement élaboré, mais tout aussi agréable à écouter pour des oreilles occidentales, consiste en un raga de presque 30′ où Srinivas déploie toute sa virtuosité et son génie. mehr lesen / lire plus

classic: Quatuor de Luxembourg

Tissée de joie

Avec son premier CD, le Quatuor de Luxembourg, composé de Osamu Yaguchi et Mihajlo Dudar (violons), Ilan Schneider (alto) et Vincent Gerin (violoncelle), réunit des compositeurs aussi différents que Haydn, Schulhoff, Civitareale et Chostakovitch. Si la rigueur de l’interprétation de Haydn surprend, le quatuor est admirable dans l’interprétation des „Méditations“ de Walter Civitareale (*1954), servant avec tendresse le talent du differdangeois de créer une musique tissée des joies, souffrances et espoirs de l’homme. Nul besoin de parler le luxo pour comprendre et interpréter un compositeur luxembourgeois! Dans le „Quatuor à cordes“ d’Erwin Schulhoff, qui baigne dans une opposition entre expressionnisme et néoclassicisme, l’alto d’Ilan Schneider résonne magiquement alors que le violon de Mihajlo Dudar est ensorcelant dans le „Quatuor No 8“ de Chostakovitch. mehr lesen / lire plus

jazz: Redman Joshua

Passage Of Time

Evolution constante

(jitz) – Jusqu’où ira-t-il, Joshua Redman? Lui qui avait commencé sa carrière comme jeune saxophoniste brillant et fringuant, au discours enjolivé qui pourrait plaire à toute belle-mère potentielle, a pris un virage assez brusque. Son disque précédent avait annoncé la couleur, et avec la récente production Passage of time, il devrait faire taire tous ses détracteurs. Son disque est conçu comme une longue suite dont les différents morceaux s’enchaî nent avec cohérence, avec des improvisations collectives, abstraites et étonnamment ouvertes. Les nombreuses tournées ont bien rôdé les musiciens de son quartette de sorte qu’ils retombent à chaque fois sur des bases stables, quelque soit le degré de liberté qu’ils ont atteint durant leurs escapades imprévisibles. mehr lesen / lire plus

latin: Chao Manu

Proxima estacion … esperanza

Ciao Chao

(roga) – Il fallait s’attendre qu’après le succès phénoménal de „Clandestino“, le chanteur galicien-français Manu Chao ne quitte pas sa ligne. Le nouveau Proxima estacion … esperanza est également un enchaî nement de titres latinos avec un bruitage délirant que Manu a rapporté de ses voyages. La petite guitare semi-acoustique de Manu palpite, les rythmes vous font sursauter et danser, les incarts vocaux brésiliens ou algériens augmentent le caractère exotique. Le message pour la „no logo generation“ contenu dans les paroles reste très superficiel, même si l’ironie macabre du „Vacaloca“ est bien trouvée.

Si la legèreté de l’être musical de Manu Chao reste encore soutenable pour cette fois, le prochain compact devra toutefois innover quelque peu. mehr lesen / lire plus

chansons: Couturier Thibaud

Gasconnades

Calembours

Repéré aux Rencontres d’Astaffort d’octobre 1995, Thibaud Couturier a, selon Francis Cabrel, „un style qui sort de la norme actuelle, qui se distingue par la qualité et qui mérite une large audience“. Le compliment est de taille et suffit à lui seul à expliquer pourquoi ce „chanteur d’amour et d’humour qui écrit des chansons françaises à la main“ collectionne depuis quatre ans les premiers prix des concours de chanson auxquels il participe. Son deuxième album, Gasconnades …, vient tout juste de sortir et on y retrouve avec plaisir, tant sur le plan musical que sur celui de l’écriture proprement dite, une inspiration et une verve malicieuses qui classent Thibaud Couturier parmi les artistes les plus originaux du moment. mehr lesen / lire plus

jazz: Rollins Sonny

This is what I do

La routine du colosse

Sonny Rollins, une des dernières légendes vivantes du jazz, a toujours le feu aux fesses. A soixante-dix ans passés, il est tout sauf un papy improvisateur. Ses concerts restent des modèles d’énergie et de générosité, et ses disques continuent de sortir à un rythme régulier. Sa production récente reste dans la lignée de ses derniers enregistrements: des mélodies toutes simples, réduites à l’essentiel, et des rythmes de calypso qui mettent du soleil dans vos baffles. Certes, les doigts de Sonny n’ont plus la vélocité d’antan, mais son souffle reste toujours gros comme ça et reconnaissable entre tous. mehr lesen / lire plus

folk: Williams Lucinda

Essence, Lost Highway

J.J. Williams

(roga) – Près de 20 ans à l’ombre des grandes du folk, enfin le „Grammy“ pour la fabuleuse chanteuse Lucinda Williams avec „Car wheels on a gravel road“ en 1998. Le tout nouveau compact de Lucinda revient sur l’essence du folk américain. Sur ce sobre et magnifique Essence cette maî tresse de la chanson simple, intense et un peu triste se profile en J.J. Cale féminin. Peu de rythmes électriques, mais des balades folk éthérées, sur les thèmes éternels des „lost highways“ – d’ailleurs nom du label -, des rencontres éphémères, des amours en suspens. Entre le blues de Memphis, le folk des années 60 et la chanson d’auteure, Lucinda reste l’une des toutes premières divas. mehr lesen / lire plus

rock: Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra

Unza Unza Time

Unza, et encore une fois Unza

Depuis les années 80, le groupe „No smoking“de Sarajewo est un phénomène de „punk anarchy“ créé dans le laboratoire de Dr. Nelle Karajlic, chanteur du groupe actuel Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra. La présence du célèbre metteur en scène comme guitariste augmente évidemment la notoriété d’une formation dont la géniale variété de styles et de gags, combinée à un haut degré de professionnalité, est à la hauteur des films „culte“ d’Emir. Leur compact Unza Unza Time est une oeuvre délirante de Balkan-Rock avec des influences musicales innombrables et surtout un contenu satirique hautement dosé. mehr lesen / lire plus

rock: My Vitriol Quartett

Finelines

Aus dem Bauch heraus

(nicope) – „The next big thing“ bekommt man des öfteren aus Großbritannien angeboten. Im Fall vom Quartett My Vitriol könnte sich diese abgedroschene Phrase ausnahmsweise bewahrheiten. Deren Debüt Finelines strotzt förmlich vor Intensität und vermischt gekonnt britische und amerikanische Einflüsse des härteren alternativen Rock. Wie ein Wirbelwind schießen die Kompositionen der jungen Engländer einem in die Ohren. Irgendwie kann man es sich nicht verkneifen an die „Smashing Pumpkins“, „Nirvana“ oder „Sonic Youth“ zu denken, wenn man diese Musik hört – das jedoch im positiven Sinn! Harte Gitarrenriffs und melodisch-melancholischer Gesang sind die Zutaten dieser höchst explosiven Mischung. mehr lesen / lire plus

jazz: Turner Mark

Ballad Sessions

Soft sax session

(jitz) – Normalement, les musiciens de jazz, et plus spécialement les saxophonistes, sortent un album consacré à l’art de la ballade lorsqu’ils ont tiré leurs meilleures cartouches et bien démontré leurs capacités techniques. Le jeunot Mark Turner s’y met déjà, sa trentaine à peine entamée. On l’avait découvert aux côtés du guitariste surdoué Kurt Rosenwinkel où il s’exprime avec un langage résolument différent de celui de ses compagnons de route. Sur ce disque, il nous dévoile qu’il a greffé sa vélocité bien contemporaine sur les influences des grands maî tres d’avant-guerre, Lester Young et Coleman Hawkins. mehr lesen / lire plus

instrumental: Adda Nyanyo

The Transformer

Percussion addict

(roga) – Un disque de percussion proposé par un soliste, même s’il est du Ghana, terre de prédilection de cet art musical, peut déboucher sur un ennui répétitif uniquement apprécié par des professionnels. Ce jeune percussionniste, Ghanéen vivant en Allemagne, a choisi pour son deuxième compact The Transformer de miser sur une riche variété d’instruments et de styles, qui font de cette production une source d’idées musicales étonnante. Nyanyo Addo utilise des instruments égyptiens, sudafricains et latinos pour enrichir son échiquier rythmique. En fin de disque, il présente trois remixes assurés par des DJ locaux, qui ajoutent une touche de trance à un disque riche en imagination et en capacité artistique. mehr lesen / lire plus

chansons: Vitali Eleni

Vitalité grecque

Ne dites pas que les disques d’interprètes grecques sont inaccessibles au Luxembourg! Allez demander votre disquaire, p.ex. „Hot Wax“, pour des imports des grandes marques. Tenez, voici un exemple récent. La formidable chanteuse grecque d’inspiration tzigane Eleni Vitali publie un disque de 19 chansons enregistrées en public. Sauf „Warner Music“ tout est illisible pour des occidentaux, mais impressionne d’abord par la voix la plus bluesy de toutes les grandes chanteuses grecques. Les chansons du disque oscillent entre des balades acoustiques, des chants populaires et des titres musclés inspirés de rock et de blues. Une vraie diva au charisme irrésistible, à écouter sur Radio ARA, en début d’émission Malinyé ce dimanche de 11h30 à 13h. mehr lesen / lire plus

classic: Nyman Michael

Where the Bee Dances

Déranger les oreilles

(pm) – Les créations de Michael Nyman (né en 1944), indiquent ce que pourrait être la musique classique de 21e siècle. Que les gardiens du sérail s’abstiennent! Le compositeur britannique est un rebelle. Son concerto pour saxophone „Where the Bee Dances“, composé pour sa propre „Band“, superbement interprété par Simon Haram au saxophone, sur un CD que Naxos vient de sortir, dérangera les oreilles „sensibles“. Nous le trouvons admirable. Le concerto pour piano, adapté de la musique du film „The Piano“ de Jane Campion, fut écrit pour le Festival de Lille en 1993. Mélange de musique expérimentale et de mélodies folkloriques, il est magistralement interptété par John Lehnehan au piano, alors que l’Ulster Orchestra, sous la direction de Takuo Yuasa, assure avec brio la partie orchestrale. mehr lesen / lire plus