FESTIVAL: Strassen surfe sur la nouvelle vague

Après le Streetfestival d’Esch-sur-Alzette le weekend dernier, ce weekend aura lieu à Strassen la 4e édition du Stroossefestival à Strassen.

Le highlight de Strassen en 2008: Nouvelle Vague.

Artistes de rue, acrobates, jongleurs et musiciens, de provenance nationale et internationale, se donneront rendez-vous sur la place Grande-Duchesse Charlotte de cette petite localité du centre pour présenter une quarantaine de spectacles et numéros au cours de deux journées bien remplies. Parmi un grand nombre de prestations, nous pourrons admirer deux spectacles comiques des artistes de l’école de cirque Zaltimbanq ou encore l’intriguant mélange entre sciences et arts que vont nous proposer trois « alchimistes » de chimie.lu. mehr lesen / lire plus

ELEKTRO-ROCK: Rock das 21. Jahrhundert!

Für viele noch ein unbeschriebenes Blatt, in der Musikwelt schon längst eine bekannte Größe: The Faint aus Nebraska fordern Musikredakteure zu Wortneuschöpfungen heraus und beweisen wie einfach es sein kann, Genregrenzen zu überschreiten.

Nur nicht ohnmächtig werden: The Faint bleiben auch während des Konzertes mit den Füßen auf dem Boden.

Man hört und liest Bezeichnungen wie Neowave oder Elektropunk, Vergleiche wie „Daft Punk meets Marylin Manson“ werden bemüht und dennoch bleibt es schwer sich vorzustellen, was einen bei dieser fünfköpfigen Band aus dem Mittleren Westen Amerikas erwartet. Die Bandgeschichte von The Faint ist – stilistisch gesehen – eher bewegt. Das Debüt vor über zehn Jahren ging noch unter dem Namen Norman Bailer als Lofi-Folk-Band vonstatten. mehr lesen / lire plus

FESTIVAL: Un lac de métal

Pour celles et ceux qui l’aiment fort et brutal, le festival de Losheim am See est devenu le rendez-vous obligatoire de la Grande Région.

C’est Satan qui les envoie et non pas votre maquilleur local : Behemoth.

Difficile de dire pourquoi tant de festivals de la Grande Région se déroulent près de différents lacs. Peut-être qu’à force d’en organiser dans des ruines industrielles, les organisateurs ont repris le goût de la nature. En tout cas, le festival de Losheim se situe près d’un lac artificiel – « Baggersee » en allemand – et promet aux métalleuses et métalleux du coin une programmation des plus dures. mehr lesen / lire plus

CONCERT: La cigarette d’après, je préfère la fumer toute seule.

Lorsqu’on voit le groupe Jennifer Rostock sur scène, c’est tout d’abord la chanteuse qui saute aux yeux. De longs cheveux noirs, le visage percé de toutes parts et une voix tranchante et multiple qui rappelle celle de la jeune Nena.

Jennifer Weist, la chanteuse du groupe Jennifer Rostock.
En trournée à Treves ce jeudi.

Le groupe s’est fait connaître début 2008 par un premier single à succès, « Kopf oder Zahl » (« pile ou face »). Jennifer Rostock est composé de cinq membres : la chanteuse Jennifer Weist (et non « Rostock », comme on pourrait le penser), le guitariste Alex, le keyboarder Joe, le bassiste Christoph et le batteur Baku. mehr lesen / lire plus

ROCK: Alte Freunde

Schon bevor das erste Konzert gespielt war, wurde die amerikanische Alternative-Rockband „The Raconteurs“ in Insiderkreisen als das nächste musikalische Überding gehandelt.

Wissen wie’s geht:
The Raconteurs

Kein Wunder, denn mit einem Line-Up, das so talentierte und gleichzeitig erfolgreiche Musiker wie Jack White (White Stripes), Brendan Benson (Solo-Künstler), Jack Lawrence und Patrick Keeler (beide von The Greenhornes) aufweist, sind die Erwartungen von Anfang an hoch. Und der Erfolg lässt auch nicht lange auf sich warten. Innerhalb von kürzester Zeit ist die Vinyl-Single „Steady As She Goes“ vergriffen. Das darauffolgende Studio Album „Broken Boy Soldiers“ erscheint 2006 und wird sofort für zwei Grammys nominiert. mehr lesen / lire plus

THEATRE DE RUE: Eupen en folie

En été – si on ne se trouve pas à l’autre bout du monde – un saut chez les voisins peut aider à surmonter l’ennui : le festival de théâtre de rue à Eupen en est une occasion.

Cocktails volants: une occasion à saisir…

La Belgique germanophone est presque toujours mise à l’écart dans les grandes discussions nationales qui risquent de déchirer notre pays voisin. Mais cela ne veut pas dire que les belges germanophones n’ont pas d’identité culturelle. Loin de là. Une preuve en est la 14e édition du festival de théâtre de rue « HAASte Töne ? ».

Le nom un peu incongru vient du fait que la majorité du festival se passera dans la rue Haas, qui passe pour être particulièrement pittoresque. mehr lesen / lire plus

ELEKTRONISCHE MUSIK: Rock im Kraut

Es gibt sie noch, die Krautrocker! Aber statt Retro-Sounds von vorgestern scheint sich in Luxemburg die jüngere Generation für die fliegenden Synthie-Teppiche zu interessieren.

Die Webseite mit der Ankündigung für die „Ambient Sessions“ die diesen Samstag im Berdorfer Amphitheater stattfinden werden, sieht aus als wäre sie im vorigen Jahrtausend erstellt worden. Was auch gut möglich ist, denn es gibt kaum eine Radiosendung die länger im Äther herumschwirrt als „Silent Runnings“ von und mit Gaston Klares auf Radio Ara. Jeden Sonntag Abend kann man sich mit langen Synthieloops und komischen Klängen den Frust, am nächsten Tag wieder im Büro erscheinen zu müssen, einfach wegzaubern lassen. mehr lesen / lire plus

FESTIVAL: Lac électrique

Depuis 25, ans l’E-Lake Festival contribue à chasser l’ennui des jeunes de l’est du pays.

Garant de la folie ordinaire depuis 25 ans : l’E-Lake Festival

En 1983, un certain ras-le-bol a dû gagner les rangs du club des jeunes de la ville d’Echternach. Sur la page internet de l’événement que maintenant le pays entier connaît, il est question d’une réaction à la « pauvreté de l’offre culturelle ». Les jeunes de la ville organisèrent donc une première fois une fête en plein air avec camping qui dura trois jours. 400 personnes furent comptées à cette occasion. Ce qui n’était pas mal pour un premier jet, mais avec des chiffres qui culminent autour des 20.000 depuis quelques années, il y avait encore du chemin à faire. mehr lesen / lire plus

ROCK: Deux morts et quatre albums

Nés des cendres des mythiques `At The Drive In`, `The Mars Volta` expérimentent les frontières du rock et poussent très loin.

Ramènent le rock progressif dans le présent : The Mars Volta.

Ecouter un des albums de The Mars Volta peut être un supplice. Du moins pour celles et ceux qui n’aiment pas la complexité dans la musique : ça part dans toutes les directions, styles musicaux et techniques différentes s’enlacent pour s’opposer à nouveau juste après et le tout couronné par la voix stridente de Cédric Bixler-Zavala. Une voix d’ailleurs qu’on aime ou déteste, c’est selon. En tout cas, sur certains passages, Monsieur Bixler-Zavala sonne comme un gosse qui vient d’avaler une overdose d’hélium. mehr lesen / lire plus

ELECTROPOP: Na ja

Zu viel Glam, zu viel Gestöhne und zu wenig Inhalt. Kaum überzeugend war das Electro-Duo Goldfrapp in letzter Zeit. Das neue Album verspricht jedoch eine Kehrtwende.

Ein bisschen Kuscheln mit einer riesigen Papiereule kann nicht schaden: Statt reinem Glam-Disco-Geschmachte will Goldfrapp wieder etwas nachdenklicher werden.

In hohen weißen Pumps mit einem Stück Toilettenpapier am Absatz klebend, stöckelt die Sängerin Alison Goldfrapp in einem kurzen weißen Hosenanzug auf eine leere Bühne. Und singt vor eingeblendeten Filmausschnitten verschimmelter Essensreste und synchron tanzenden Männern in weißen Unterhosen „I wanna ride on a white horse“. So das Musikvideo und der banale Refrain zum gleichnamigen Song des Albums „Supernature“. mehr lesen / lire plus

CULTURE ET IMMIGRATION: Fêtons nos différences

Au sein du Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster (CCRN), ce dimanche 6 juillet, vous aurez l’occasion d’assister à un événement qui vous emmènera en direction du sud, bien au-delà des frontières luxembourgeoises.

La diversité sous toutes ses formes.

Lors de la Fête des Ateliers des Cultures, de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine y seront représentés. Il s’agit de la fête de clôture d’une vaste action dirigée par l’Asti (l’Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés), ASTM (Action Solidarité Tiers Monde) et le centre culturel lui-même. Suivant l’engagement d’ouvrir les consciences luxembourgeoises aux problèmes de développement et de migration, de nombreux ateliers ont été proposés, de mars à juillet, principalement aux jeunes, mais aussi aux adultes, qui auront ici l’occasion de présenter le fruit de leur labeur. mehr lesen / lire plus

SINGER/SONGWRITER: Rythme et rasta

John Butler, le virtuose australien de la guitare acoustique, vient pour faire groover l’Atelier.

De l’underground au mainstream…
pour finalement atterrir sur les
planches de l’Atelier.

L’avantage chez John Butler, c’est qu’avec lui les choses sont claires : il n’y a pas lieu à se demander à quel courant il peut bien appartenir aujourd’hui, inutile de feuilleter les magazines branchés pour retrouver ses dernières lubies vestimentaires ou la presse people pour le voir embrasser tel ou tel starlette à la mode. C’est un musicien, un guitariste, un songwriter et fin de l’histoire. Dans un business où chaque saison apporte son lot de groupes branchées plus intéressés par la déconstruction de la musique que par sa composition, un John Butler réduit la musique à ce qu’elle a de plus essentiel : une suite d’accords sur une guitare sèche, des paroles, un groove. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE CLASSIQUE: L’Occident et l’Orient se rencontrent à Echternach

Un dialogue des cultures qui reprend des chants des temps presque antidiluviens, telle est un des points forts de l’édition 2008 du festival d’Echternach.

Attendent leurs collègues qui chanteront «Oommm»:
la Schola Gregoriana Pragensis.

Samedi 21 juin 2008 à 20h30 heures aura lieu à la Basilique d’Echternach un dialogue musical et interculturel qui promet d’être saisissant. La Schola Gregoriana Pragensis, après son concert grandiose en 2007, revient avec un choeur de moines bouddhistes du Japon, le Gyosan-ryü Tendai Shõmyõ, pour un concert appelé « Nahe Stimmen aus der Ferne ».

On peut certainement considérer le chant grégorien comme la base de la musique européenne. mehr lesen / lire plus

FÊTE DE LA MUSIQUE: La planète swingue

La Fête de la musique est devenue une tradition qu’on ne met plus en question. Pourtant, son histoire est intéressante à plus d’un point.

Création originale de l’artiste autrichien Tomi Ungerer pour la troisième édition de la Fête de la musique.
(source: http://fetedelamusique.culture.fr)

La fête de la musique est française, c’est au moins ce que vous dira la majorité des gens. Première erreur: même si elle a eu lieu pour la première fois en France, l’idée originale vient d’un… Américain! Joel Cohen de son nom et musicien, compositeur et journaliste de profession, travaillait à Radio France- Musique vers le milieu des années 70. mehr lesen / lire plus

THEATER: Tanz gegen den Alltag

Zwischen Tango und Kindererziehung versucht eine alleinerziehende Mutter ihr Leben in der Balance zu halten.

Mit Humor den Schwierigkeiten des Lebens begegnen: Autorin und Schauspielerin Fabienne Biever.

Kaum ein Magazin, kaum eine Talkrunde kommt zurzeit an diesem Thema vorbei: Kindererziehung, wie macht man’s richtig, wie macht man’s falsch und wie zum Teufel soll man Job, Nachwuchs und Selbstverwirklichung unter einen Hut kriegen? Schauspielerin und Autorin Fabienne Biever kennt diesen Zwiespalt nur zu gut, ist sie doch selbst alleinerziehende Mutter von zwei Kindern und freischaffende Künstlerin.

Davon handelt auch ihr erstes eigenes Stück „Mama Bumba, mein Hintern, der Tango und ich“, das an diesem Freitag im Bonneweger Kasemattentheater Premiere feiert. mehr lesen / lire plus