SELMA HADROVIC-SCHAULS: Aidez-moi, j’ai un accent

Après « Sevdah de luxe », Selma Hadrovic-Schauls, née à Mostar en 1962, présente son nouveau travail : le CD « Aidez-moi, j’ai un accent ». Le lancement a eu lieu par des concerts à la Philharmonie et dans le cadre du 1er mai à Neumünster.

woxx : Depuis « Sevdah de luxe » en avril 2002 (1) jusqu’à « Aidez-moi, j’ai un accent », qu’est-ce qui a changé en vous ? Quelle est l’évolution depuis le travail précédant ?

Selma Hadrovic-Schauls : En 2002, suite au démembrement de l’ex-Yougoslavie, j’ai voulu présenter mon histoire en chantant comme je le faisais avec les amis de mon pays, pour soulager la douleur et garder les souvenirs. mehr lesen / lire plus

ROCK: Pas des poseurs

Avec la venue des Posies au d:qliq la semaine prochaine, on aura l’occasion de voir en live un des groupes alternatifs les plus influents des années 90.

Après 20 ans de service, les Posies
sont devenus une marque déposée…

20 ans déjà que ça dure ! Dur de garder la même pose pendant tout ce temps, dirait l’observateur. Mais les Posies ne sont et n’étaient jamais enclins à faire dans le superficiel. Au début, ce groupe de Seattle, qui fut pendant longtemps sous la houlette du label de Seattle Sub Pop – le même qui signa vers la fin des années 80 un petit groupe du nom de Nirvana, qui fit sa fortune mais aussi son déclin, même si chaque connaisseur admettra que sans ce label, des groupes comme Soundgarden, Mudhoney ou encore Pearl Jam n’auraient jamais percé – fut un groupe parmi tant d’autres déterminé à flotter sur la vague déclenchée par le boom de Seattle au début des années 90. mehr lesen / lire plus

POP-ROCK: All « Ex »’s

Loin d’être un tapis de pétrole, les gars d’Exsonvaldes, savent combiner mélancolie et cordes dures.

Ont un sens d’humour
comme une marée noire: Exsonvaldes.

Nous sommes fin 1999 quand le guitariste de Wildscream, un groupe de skatecore, rencontre les membres d’un groupe appelé Jamspawn. L’entente entre Antoine (guitare), Simon (guitare et chant), Guillaume (basse) – et Martin (batterie) est immédiate et voilà que ça ne durera pas longtemps pour qu’un nouveau groupe voit la lumière du jour: Exsonvaldes, ou tout juste ‚Exson‘, pour les habitués.

Les quatre musiciens répètent une fois par semaine, pour le plaisir de la chose, et se produisent sur une des scènes de la Fête de la Musique en 2000. mehr lesen / lire plus

POP: Die lässige Wut

Die Hamburger Musterschüler von Tocotronic pflegen seit 15 Jahren ihren kritischen und poetischen Diskursrock, ohne in Routine zu erstarren.

Kapitulation kann befreiend sein – und ein Anstoß zum Neuanfang. Kapitulation ist aber auch Unterwerfung. Im kommerziellen Sinne haben sich Tocotronic nie unterworfen – vor allem saßen sie keinen Moden auf. Vielmehr haben sie seit ihrer Gründung vor 15 Jahren immer wieder Kontrapunkte zum Zeitgeist gesetzt. Dass sie zusammen mit „Blumfeld“ und „Die Sterne“ die so genannte Hamburger Schule bildeten, geschah eher ungewollt. Wie mit vielem, was sie am Wegesrand ihrer Bandgeschichte fanden, gingen sie auch damit ironisch diskursiv um: Eines ihrer Lieder heißt bezeichnenderweise „Ich bin neu in der Hamburger Schule“. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE CLASSIQUE: Une étoile découverte par Isaac Stern

Dans le cadre des concerts des « Solistes Européens » le violoniste israélien Vadim Gluzman interprétera le lundi 7 avril 2008 le Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 61 de Ludwig van Beethoven

Vadim Gluzman et son Stradivarius.

Né en 1973 à Zhitomir (Ukraine) dans une famille de musiciens professionnels, Vadim Gluzman commence à étudier le violon dès sept ans. En 1990, âgé de 16 ans, il émigre en Israël où son talent est découvert par Isaac Stern, auquel le lie à partir de là une profonde amitié. Il reçoit en 1994 le prestigieux « Prix Henryk Szernik » et développe une riche carrière à travers les plus importantes salles de concerts, soit en soliste, soit en duo avec son épouse la pianiste Angela Yoffe. mehr lesen / lire plus

INDUSTRIAL POP: Ende neu?

Einen passenderen Bandnamen für ein Rockhal-Konzert kann man sich nicht mal einfallen lassen: Die Einstürzenden Neubauten, ergraut aber immer noch entzürnt kommen am 8. April nach Esch.

Der Mick Jagger der intellektuellen Geräuschemacher: Blixa Bargeld.

Am 1. April 1980 trommelte Punk-urgestein Blixa Bargeld einige seiner Freunde zusammen, um mit ihnen im Berliner Schuppen „Moon“ die Bühne in ein musikalisch-dadaistisches Feuerwerk zu verwandeln. Bargeld und seine Kollegen gehörten damals der dadaistischen Musikströmung „Die genialen Dilettanten“ an und hatten sich schon einen gewissen Namen in der lokalen Underground-Szene erkämpft. Mit ihrer Performance im „Moon“ trafen sie den Nerv der Zeit, verschwanden dann aber wieder diskret von der Bildfläche. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE DU MONDE: Panafricaine 2.0

Venue de Côte d’Ivoire, Dobet Gnahoré enchantera le public arlonnais ce samedi à la Maison de la culture.

La voix d’une Afrique nouvelle.

En parcourant la biographie de Dobet Gnahoré, on se rend vite compte que la légende des artistes africain-e-s qui surgirait du rien et qui se ferait connaître grâce au bâton magique de l’homme blanc a vécu. La chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne appartient à la nouvelle génération d’artistes, à celle qui peut s’appuyer sur une certaine filiation. En effet, son père Boni Gnahoré était déjà maître percussioniste, et pas pour n’importe qui : il exerçait son art pour la compagnie de Ki Yi Mbock sous la houlette de Werewere Liking. mehr lesen / lire plus

DJ: Schatten-DJ und Schneide Chemiker

Die zwei DJ-Größen DJ Shadow und Cut Chemist aus Kalifornien präsentieren im Atelier die Früchte ihrer kreativen Arbeitsgemeinschaft in Form ungewöhnlicher Mash-Ups. Ausschließlich bewaffnet mit 45er Vinylplatten vermischen sie Genres und Epochen zu einem spannenden musikalischen Cocktail.

Ungewöhnliche Beats
von extravaganten Musikern.

Josh Davis, besser bekannt als DJ Shadow, ist für Kenner der Beat und Breakszene kein unbeschriebenes Blatt. Zusammen mit DJ Krush spielte er Ende der 90er Jahre eine entscheidende Rolle bei der Geburt des Trip-Hops. Mit seinem Debütalbum „Endtroducing“ setzte Davis 1996 einen musikalischen Meilenstein; die Einflüsse von Old-School, Hip-Hop sowie Jazz und Funk wusste er zu einem originellen und individuellen Stil zu kombinieren. mehr lesen / lire plus

POP: Knebel und Knarre

The Scarlet Street Resistance eine junge und ambitionierte Band aus Großbritannien, gibt ein wahrscheinlich einzigartiges Konzert im Restaurant der Rockhal.

Auch eine Methode sich bei seinen Bandkollegen Gehör zu schaffen.

Tokio Hotel, Backstreet Boys, Dj Bobo und Kylie Minogue: Das sind die Aushängeschilder des Rockhal-Frühlings. Doch nicht alle Musikfans hierzulande kucken Viva und MTV, und über Geschmack lässt sich bekanntlich streiten. Natürlich weiß das auch das Centre des Musiques Amplifiées, und verstärkt das vorgesehene Programm mit einem neuen Konzept: Das Rockhalicious. Das frühere Rockhalcafé, wurde mit Hilfe von Damien Klein und seinem Badboy-Kochteam zum trendigen Restaurant mit Club-Atmosphäre umgestaltet und seit Anfang dieses Jahres finden dort zwei Showcases im Monat statt, bei dem junge, aufsteigende Bands ihr Werk vor neuem Publikum vorstellen können. mehr lesen / lire plus

PUNK: Les chariots en délire

La Kulturfabrik démontre qu’elle ne suit pas les chemins ultra-commerciaux de ses acolytes Rockhal ou Atelier en programmant un des groupes phares du ska/punk américain : Mad Caddies.

Non, vous ne les rencontrerez pas au supermarché, mais à la Kulturfabrik, le 2 mars.

Leur nom est programme : fous et légèrement politiques. Les Mad Caddies sont les dignes représentants d’une scène punk US qui ne se laisse pas charrier par les vagues de hype, mais demeure une institution malgré soi. A leurs débuts en 1995, les Mad Caddies étaient un groupe punk plutôt comme tous les autres : originaire de Californie, les membres alternaient le surf, les répètes et les saouleries. mehr lesen / lire plus

ROCK: Grande légende

Il a changé la face de la musique pop pour toujours sans pour autant trop se la péter : Frank Black, le chanteur des mythiques Pixies revient au Luxembourg.

Un homme en accord(s) avec lui-même.

L’anecdote est connue sous diverses formes de tous les fans de rock indépendant : Au moment de choisir le premier single de l’album qui devrait être leur consécration, Kurt Cobain, le leader de Nirvana, aurait hésité à prendre « Smells Like Teen Spirit », malgré son aptitude à devenir un tube intersidéral. La raison ? Très simple : le leader de Nirvana craignait que ce morceau ressemblât trop aux chansons des Pixies, un groupe qui l’avait beaucoup inspiré dans ses jeunes années. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE CLASSIQUE: Le Quatuor de Saxophones de Luxembourg

Le mardi 19 février 2008 à 20.00 heures le Quatuor de Saxophones de Luxembourg (Goethals, Sealy, Schneider, Origer) rendra hommage à un instrument que nous entendons trop rarement dans nos concerts dits classiques.

Le premier membre du Quatuor de Saxophones de Luxembourg est Guy Goethals, qui est aux commandes du saxophone soprano de l’ensemble. II est lauréat du concours Tenuto jeunes virtuoses de la télévision belge et est professeur au Conservatoire de Luxembourg. Leana Sealy est née à Dublin, mais a surtout vécu au Luxembourg. Toute jeune elle étudie au Conservatoire de Luxembourg. Elle obtient un Prix Supérieur en saxophone classique (alto) au Conservatoire Royal de Bruxelles et un Prix Supérieur en Jazz (chant) au Conservatoire de Luxembourg. mehr lesen / lire plus

MUSIQUE CLASSIQUE: Trois oeuvres-référence du 20e siècle

Succédant à Christoph von Dohnànyi comme chef du Philharmonia Orchestra pour la saison 2008/2009, Esa-Pekka Salonen est, avec le réputé orchestre londonien l`invité de la Philharmonie, ce 12 février 2008.

Créé en 1945 par le producteur de disques Walter Legge, pour les enregistrements de son groupe EMI, le Philharmonia a connu une histoire mouvementée au cours des saisons. D`abord dès 1946, quand dans le cadre de la dénazification autrichienne, Legge engage le jeune Herbert von Karajan, à l`époque le rival de Furtwängler, pour prendre la tête de l`orchestre. C`est avec le Philharmonia que Karajan forma son répertoire, faisant évoluer son style de jeunesse vers la maturité et la direction souple et voluptueuse qui marquera le reste de sa vie. mehr lesen / lire plus

INDIE ROCK: Bien huilés

Une douzaine d’années d’existence et toujours pas prêts à rendre l’âme : Babyoil, une des premières formations de rock indépendant du pays présente son deuxième album ce vendredi à la Kufa.

Certains fans de la première heure se souviennent sûrement de Babyoil pendant les années 90. Effectivement, difficile de passer à côté d’un groupe avec deux chanteuses sublimes encadrant une formation rock qui ne rechigne pas à utiliser un violon pour étoffer ses atmosphères obscures, douces et violentes à la fois. Une vraie découverte dans le paysage musical de l’époque, qui se concentrait plus sur le punk et le hardcore, dans lequel les expérimentations étaient rares – si on exclut la scène industrial et avant-garde. mehr lesen / lire plus

ROCK: Un cocktail d’enfer

Singapore Sling sont la preuve vivante que les Islandais ne croient pas seulement aux elfes, mais pratiquent aussi le rock’n’roll.

A six sur scène, cela peut manquer d’air…

« Non, ce n’est pas à cause du cocktail qu’on a choisi le nom ! ». Même sans les connaître, on peut être sûr que les membres de Singapore Sling ont dû répondre des milliers de fois à cette question. Pour clarifier les choses d’emblée : il y a bien trois Singapore Sling. L’un est un groupe islandais – et le sujet de cet article -, l’autre un cocktail qui réunit gin, brandy, cointreau, bénédictine, grenadine, jus d’ananas et jus de citron, inventé en 1905 à Singapour, et le troisième, enfin, est un film grec du metteur en scène Nikos Nikolaidis, datant de 1990 et réputé pour quelques scènes sulfureuses montrant entre autres des actes de nécrophilie. mehr lesen / lire plus