Raoul Peck
 : Engagement total


Explorant en images les mots forts et profonds de James Baldwin, le documentaire « I Am Not Your Negro », déjà diffusé sur Arte il y a quelques semaines, est un exemple réussi de cinéma engagé qui ne néglige pas la forme pour le fond.

James Baldwin (au milieu) apporte la puissance de ses écrits à « I Am Not Your Negro ». (Photo : © Dan Budnick)

Le documentaire à charge et la qualité cinématographique peuvent-ils faire bon ménage ? Lorsque Quentin Tarantino, en remettant la Palme d’or à Michael Moore en 2004 pour « Fahrenheit 9/11 », avait affirmé sans sourciller que le jury avait récompensé les qualités formelles du film et pas particulièrement son message, on avait pu en douter. mehr lesen / lire plus

Jordan Peele: Weiße Hölle

Der Independent-Horrorfilm „Get Out“ macht sich einen Höllenspaß daraus, Klischees umzudrehen und übt nebenbei Kritik an der politischen Korrektheit.

Wenn die Schwiegereltern anfangen, so zu starren, gilt es schnell die Kurve zu kriegen.

Chris und Rose sind das Traumpaar der gerade zu Ende gegangenen Ära Obama: Er ist ein schwarzer, inspirierter Street-Fotograf mit trauriger Kindheit, der um seinen Zugang zum Kunstmarkt kämpft. Sie dagegen ein verhätscheltes Kind der weißen oberen Mittelschicht: Vater Neurochirurg, Mutter Psychiaterin. Sie leben in einer hippen Umgebung in der Großstadt; das Leben ist angenehm, wenn auch manchmal etwas prekär. Als Rose ihren Liebsten dann zu ihren zurückgezogen in einer Luxusvilla auf dem Land lebenden Eltern einladen will, hat sie ein wenig Mühe, ihn zu überreden. mehr lesen / lire plus

Raúl Arévalo
 : Vengeance frisquette


« Tarde para la ira » (« La colère d’un homme patient » en version française) est le film à succès espagnol de l’année passée. Première mise en scène de l’acteur Raúl Arévalo, il mélange film noir, road movie bien machiste et critique sociale.

Parfois, l’homme en colère est un peu trop patient…

Curro n’est pas le mec le plus intelligent, ni le plus rapide et surtout pas le plus courageux. Comment expliquer autrement que lors du braquage d’une bijouterie madrilène, il ne se retrouve que dans le rôle du chauffeur ? Malheureusement pour lui, après une fuite qui tourne mal, il est le seul à se faire choper par la Guardia Civil – et à prendre huit ans de tôle, aussi pour ne pas avoir dénoncé ses complices. mehr lesen / lire plus

Daniel Espinosa : Voir Mars et mourir

Pâle série B qui surfe sur la vague des films situés dans l’espace, « Life » exploite jusqu’à l’usure toutes les ficelles connues du genre sans jamais le renouveler.

Pas de tout repos, l’exploration spatiale…

Toujours au service de ses lectrices et lecteurs, le woxx a de la suite dans les idées : après avoir largement couvert dans nos précédents numéros les efforts du grand-duché pour se positionner dans la course à l’espace, nous ne pouvions rater la sortie de « Life », dernier film en date qui transporte le spectateur en dehors de l’atmosphère terrestre. Pas certain d’ailleurs qu’après la séance, on aura encore envie de s’enthousiasmer sur la conquête spatiale luxembourgeoise…

De retour de Mars, les astronautes de la Station spatiale internationale parviennent à ramener à la vie une cellule dormante trouvée sur la planète rouge. mehr lesen / lire plus

Kristina Grozeva/Petar Valchanov
 : Le pèze qui pèse


Déjà présenté au Luxembourg City Film Festival « Slava » arrive enfin dans nos salles. L’occasion de découvrir non seulement le cinéma bulgare mais aussi l’humour doux-amer du duo de réalisateurs.

Tsanko Petrov est un honnête homme, mais aussi un laissé-pour-compte. Bègue de naissance, son aptitude à communiquer avec autrui le met en dehors de la société. Cheminot dans la province bulgare, il se réfugie chez les animaux, surtout ses lapins, pour donner et prendre un peu de chaleur. Alors, lorsqu’il découvre un jour des sacs emplis de billets de banque lors d’une inspection des rails, il n’hésite pas à appeler la police. mehr lesen / lire plus

Arnaud des Pallières : Nœud biographique


« Orpheline » se veut peut-être plus compliqué qu’il ne l’est vraiment. N’empêche qu’on ne peut pas sortir de la salle sans être ému par l’histoire qu’il raconte.

L’« Orpheline » au stade d’adolescente.

Pour commencer, Karine Rosinsky, l’héroïne du film, n’est pas orpheline. Mais elle aimerait bien l’être vu la violence que lui inflige son père, ferrailleur de métier. Traumatisée dès l’enfance par la mort de deux de ses meilleurs amis, l’adolescente est d’autant plus fugueuse. Elle rencontre des hommes, plus ou moins louches, qu’elle séduit contre un peu d’air libre. Arrivée à la majorité, elle essaie de monter les échelons sociaux en travaillant en tant que caissière dans un stade de courses hippiques. mehr lesen / lire plus

Rupert Sanders
: Geistlos

Mit „Ghost in the Shell“ wagt sich Hollywood an einen großen Klassiker japanischer Animekunst heran – und scheitert erwartungsgemäß.

Schöne Bilder aber flache Geschichte …

Der Film „Ghost in the Shell“ von Rupert Sanders läuft derzeit in den Luxemburger Kinos und sorgt für reichlich Diskussion in sehr unterschiedlichen Communities. Das ist wenig verwunderlich, denn die Verfilmungsgrundlage, der japanische Kultmanga „Mobile Armored Riot Police“, hat, auch wegen seines philosophischen Anspruchs, eine breite Fangemeinde hinter sich. Noch schwieriger gestaltet sich die Aufgabe allerdings deshalb, weil bereits eine gelungene Anime-Verfilmung existiert – von Mamoru Oshii, die 1995 die Messlatte vieler treuer Fans sehr hoch gelegt hat. mehr lesen / lire plus

Nicolas Bedos
 : Folies germanopratines


Ç’aurait bien pu être un énième nanar dans la série des comédies franchouillardes foireuses qui inondent les écrans ces dernières années. Mais, surprise, « Monsieur et madame Adelman » est un film rafraîchissant et émouvant, malgré quelques longueurs.

Au début, quand tout est encore amour.

Ç’aurait bien pu être un énième nanar dans la série des comédies franchouillardes foireuses qui inondent les écrans ces dernières années. Mais, surprise, « Monsieur et madame Adelman » est un film rafraîchissant et émouvant, malgré quelques longueurs.

Plusieurs avertissements s’imposent avant de nous lancer dans cette critique de « Monsieur et madame Adelman » : si vous n’êtes pas familier du milieu littéraire français, si vous êtes allergique aussi bien au chauvinisme culturel hexagonal qu’à tout ce qui pourrait s’apparenter à la gauche caviar, alors vous feriez mieux de passer votre chemin. mehr lesen / lire plus

Aki Kaurismäki
 : Un nouveau souffle


Avec « Toivon tuolla puollen », le réalisateur culte s’offre un renouveau cinématographique en abordant le thème des réfugiés. Mais toujours dans sa Finlande rêvée, coincée quelque part entre les années 1950 et la peinture réaliste.

Khaled Ali (Sherwan Haji) et Waldemar Wikström (Sakari Kuosmanen), deux destins croisés, deux histoires semblables et pourtant dissemblables.

Les jurés de la Berlinale ne s’y sont pas trompés : en attribuant à Aki Kaurismäki l’Ours d’argent du meilleur réalisateur, ils ont récompensé l’effort de renouvellement que le cinéaste de bientôt 60 ans a entrepris avec ce nouveau long métrage. Car si sa recette reste immuable – ce cocktail immédiatement reconnaissable d’humour à froid et de poésie visuelle -, c’est peut-être la première fois que Kaurismäki aborde un film sous un angle aussi politique. mehr lesen / lire plus

Denzel Washington: Verhärtete Fronten

Die Filmadaptation des 1987 am Broadway uraufgeführten Theaterstücks „Fences“ überzeugt mit beeindruckenden Schauspielleistungen und einer minimalistischen Filmgestaltung.

Troys Träume mögen geplatzt sein, doch für Rose gab es nie eine Alternative zur Selbstaufopferung.

Troy Maxson (Denzel Washington), Anfang 50, Ehemann und Vater zweier Söhne, ist ein temperamentvoller, oft in Selbstmitleid versinkender Vielschwätzer, der im Pittsburgh der 1950er-Jahre mit seiner Arbeit als Müllmann die Familie unterhält. Gegenüber dem wenigen, das er hat, empfindet er ein unnachgiebiges Kontrollebedürfnis: „Ich baue mir einen Zaun um das, was zu mir gehört.“ Sein jüngster Sohn Cory (Jovan Adepo) träumt von einem Football-Stipendium – nichts wäre für ihn schlimmer, als wie sein Vater bei der Müllabfuhr zu enden. mehr lesen / lire plus

Danny Boyle : Les papys résistent


« Trainspotting 2 » pouvait-il être à la hauteur du premier film d’il y a vingt ans ? Non, mais ce n’est pas ce que Danny Boyle a essayé de faire et, après tout, ça sauve ce film pas comme les autres.

L’Écosse de 2017 est toujours aussi déprimante que celle de 1996.

Avant de commencer, une petite mise en garde : si vous appartenez à la génération qui a vu « Trainspotting » au ciné ou sur cassette VHS en 1996, « Trainspotting 2 » risque de vous donner un sacré coup de vieux ! Car, après plus de vingt ans, replonger avec les protagonistes d’antan joués par les mêmes acteurs est une expérience assez unique, pas seulement pour les nostalgiques. mehr lesen / lire plus

Lucas Belvaux
 : C’est arrivé près de chez nous


Non, « Chez nous » n’est pas le brûlot gauchisant qu’ont décrié les pontes du Front national. Le film est plutôt une analyse fine du populisme de droite et de ses enracinements sociohistoriques, qui se prend parfois les pieds dans son propre scénario.

Un peu trop voyante, la caricature de Marine… (Photos : © Synecdoche / Artémis Productions)

« Émules de Goebbels » pour caricaturer les instances françaises d’aide à la production, « pot à tabac » pour décrire la prestation de Catherine Jacob : si la fachosphère franchouillarde commence à émettre de tels pets nerveux à propos de son film, cela veut dire que Lucas Belvaux a rempli sa mission. mehr lesen / lire plus

Martin Scorsese: La toute dernière tentation du Christ

Avec « Silence », Scorsese choisit l’adaptation d’un roman japonais de Shusaku Endõ pour se plonger dans le Japon féodal du 17e siècle. Au cœur de ce film fleuve, l’interrogation de la foi catholique et de la spiritualité, thèmes qui traversent l’œuvre du cinéaste depuis plus de quarante ans.

En 1633, deux jeunes prêtres jésuites portugais embarquent pour le Japon à la recherche de leur maître spirituel, le père Ferreira, porté disparu depuis quelques années et dont des rumeurs racontent qu’il aurait renoncé à la religion catholique pour vivre comme un Japonais. À leur débarquement sur une des îles de l’archipel, le père Rodrigues (Andrew Garfield) et le père Garupe (Adam Driver) découvrent une population de paysans convertis mais apeurés, qui pratiquent leur religion dans la clandestinité, sous peine d’être soumis aux pires tortures par les seigneurs de guerre locaux. mehr lesen / lire plus

Barry Jenkins
: Ein Lichtschimmer im Dunkeln


Mit „Moonlight“ bringt der US-amerikanische Regisseur Barry Jenkins die einfühlsam gezeichnete Beschreibung eines schwierigen Erwachsenwerdens auf die große Leinwand. Der Film mag eine raue Realität zeigen, doch verliert er nie den Blick für das Schöne.

In der Schule muss Chiron ständig mit Angriffen seiner Mitschüler rechnen.

Was heißt es, ein „richtiger Mann“ zu sein? Bereitwillig Gewalt einzusetzen? Keine Schwäche oder Emotionen zu zeigen? Frauen zu begehren? Dem Regisseur Barry Jenkins war es bei seinem Film „Moonlight“ wichtig, zu verdeutlichen, dass sich diese Frage für schwarze Männer auf besonders eindringliche Weise stellt. „Growing up, you’re told that being a black man, you have to be that much better than your counterparts,“ erklärte der Athlet und Schauspieler Trevante Rhodes kürzlich dem Guardian gegenüber. mehr lesen / lire plus

Stephan Streker : Zone tribale

Une histoire d’amour impossible.

« Noces », la dernière coproduction belgo-luxo-franco-pakistanaise en date – la part luxembourgeoise a été assurée par Tarantula -, se base sur un fait divers impliquant un clash des civilisations autour de la tradition du mariage forcé.

S’ils n’ont pas gagné le gros lot, les Kazim ont tout fait comme il le fallait. La famille pakistanaise installée en Belgique gère une épicerie ouverte de jour comme de nuit, comme on en trouve par milliers en Belgique et en France. Les enfants ont tous accompli leur cursus scolaire et, tandis que la gestion de l’entreprise familiale est en train d’être transférée à Amir, le fils de la famille, les trois sœurs, elles, seront mariées selon la tradition. mehr lesen / lire plus