EXPOSITION: Voyage vers la foi

L’exposition « Glaubenssache – Question de foi » qui ouvrira ses portes au public ce vendredi au musée d’histoire, répond à un besoin de plus en plus actuel : savoir comment articuler sa foi ou l’absence de celle-ci.

Objets de culte incongrus: à chacun sa croix…

Deux portes ont été installées devant l’entrée en verre du musée. Deux portes par lesquelles les visiteurs peuvent entrer et qui déterminent déjà ce qu’ils attendent de l’exposition « Glaubenssache – Question de foi ». Pourquoi ? Parce que la porte de droite porte l’inscription « Non-croyants », tandis que les croyants sont invités à prendre celle de gauche. Une première décision à prendre, avant même de commencer le parcours didactique et interactif que le musée propose en cette fin 2008. mehr lesen / lire plus

POLITIQUE CULTURELLE: Finie la philanthropie ?

Avec la crise financière faisant ses ravages aussi près de nous, il est peut-être grand temps de se questionner sur le futur du sponsoring culturel.

Surtout, s’il n’en reste plus…

La politique culturelle du grand-duché du Luxembourg est axée sur le prestige, comme nous n’avons cessé de le constater sur ces pages. Combien de fois un projet glamour – souvent importé de l’étranger – a-t-il eu raison de productions moins connues, mais parfois plus osées et assez fréquemment d’une qualité artistique plus élevée que ceux dictés par la culture événementielle ? Mais l’heure de la revanche n’a pas sonné, et il n’est pas question pour nous d’approfondir les contenus de la politique culturelle du moment – mais de nous demander comment les diverses institutions pourront garder leur niveau en ces temps de crise. mehr lesen / lire plus

SALLES DE CONCERT: Deux salles d’un coup

Le week-end prochain, deux nouvelles salles de concert ouvriront leurs portes à Luxembourg. Le woxx s’est rendu sur les chantiers de l’Exit07 et du Verso.

Au milieu de leurs chantiers respectifs: Damiano Nigro (gauche) et Marc Hauser (droite).

La greffe a pris, du moins à première vue. En s’approchant du hall Paul Wurth – désormais connu sous la dénomination Carré-Rotondes – le visiteur constate que les anciennes portes en verre de l’Exit07 ont été installées sur le nouveau site. A l’intérieur, même le bar est importé et les tableaux noirs affichent toujours les derniers highlights de l’année culturelle 2007. Au beau milieu des nuages de poussière, Marc Hauser s’affaire en parlant dans son portable. mehr lesen / lire plus

FRAUEN UND INDUSTRIE: Zwischen Herd und Hochofen

Eine Ausstellung in Uckange macht die strategische Rolle der Frau in der Stahlindustrie transparent – und damit auch eine Lebensrealität, der noch heute zu wenig Beachtung geschenkt wird.

Vielseitig waren die Aufgabenfelder der Frauen. Sie emanzipierten sich von der Hausfrau hin zur Fabrikarbeiterin.

Auf dem einen Foto erkennt man eine junge Frau, am Küchentisch sitzend, mit adrett gescheitelten Haaren, um die Taille eine karierte Schürze gebunden. Sie gibt ihrem Mann und ihren zwei Kindern Essen auf den Teller. Auf einem anderen Foto sieht man eine Frau an einem mit Wachstuch ausgelegten Tisch stehen. Sie schält Kartoffeln. Ein weiteres Bild zeigt eine junge Frau, die sich über einen Küchentisch beugt und ein gestreiftes Kleid bügelt. mehr lesen / lire plus

POLITIQUE CULTURELLE: 2008 commence en 2010

La trêve estivale peut parfois être utile. Par exemple revoir les promesses faites par l’équipe de l’année culturelle à la fin de 2007 et les confronter à la réalité.

Décontamination imminente ?

Vers la fin de l’année 2007 se tenait une conférence de presse dans la halle Paul Wurth. Le choix du lieu n’était certes pas innocent, car c’est dans ce même lieu que devait ressusciter l’esprit du cerf bleu, dont on voulait présenter le bilan et les perspectives. A l’époque, il s’agissait surtout de voir quels projets allaient être reconduits et quels sites allaient pouvoir continuer d’abriter des activités culturelles dans le futur. mehr lesen / lire plus

PHOTOGRAPHIE: Capter le social

Avec Samuel Bollendorff, un des photojournalistes les plus remarqués des dernières années expose au Luxembourg.

Un pas en avant suffit, et vous voilà plongé dans l’aventure. En ouvrant la porte de l’exposition qui se déroule à l’abbaye de Neumünster, les portes du monde – d’un monde souvent caché – s’ouvrent sans peine pour chaque visiteur. Le thème : la Chine. Mais pas celle de la globalisation, ni celle des jeux olympiques et même pas celle des répressions anti-tibétaines : celle de tous les jours.

Samuel Bollendorff est un homme assez petit, porte une barbe et possède un de ces regards hypnotisants et hypnotisés comme l’ont d’habitude les passionnés. mehr lesen / lire plus

TANZ: Tanz der Demokraten

Bernard Baumgarten ist Leiter des Trois C-L und brachte schon mit dem Dance Palace frischen Wind in die Luxemburger Tanzszene. Die woxx unterhielt sich mit ihm über das Festival „Le Transfrontalier“.

Bernard Baumgarten

woxx: Zum Stichwort grenzüberschreitendes Festival: Tanzt der blaue Hirsch unter ihrer Regie weiter?

Bernard Baumgarten: Also, eigentlich nicht. Das Festival gibt es schon seit 2005. Damals war es als dreijähriges Projekt geplant, das sich von 2005 bis 2007 erstrecken sollte. Wir wollten eine Plattform für zeitgenössischen Tanz in Luxemburg und der Großregion schaffen. Durch das Projekt „Dance Palace“ sind wir mit vielen Partnern in Kontakt gekommen und so kam die Idee, die Plattform und auch das Festival zu erweitern. mehr lesen / lire plus

THEATRE: Mammouth-Man

Avec « Mammuthus Exilis », l’ex-journaliste et désormais programmateur théâtral de la Kulturfabrik, Jérôme Netgen, a crée une pièce (auto-)ironique sur l’immobilisme intellectuel.

L’auteur, ses lunettes et son entourage naturel…

C’est un type hors d’âge, ce Netgen. Caché derrière ses lunettes de soleil et les ronds de fumée qui émanent de sa cigarette, on pourrait penser que ce type au t-shirt slacker – qui cache mal un petit tatouage – et en jean serait de la génération des twenty-somethings au climax de leur quarter-life-crisis. Mais les cheveux grisonnants, qui apparaissent ça et là au niveau des tempes et juste au-dessus des oreilles trahissent un homme qui n’a rien à voir avec ces créatures qui peuplent les terrasses des cafés en été, clope au bec et mains sur le clavier de leur MacBook dans une pose comme s’ils étaient en train de révolutionner le monde. mehr lesen / lire plus

GRAPHISME: La résurrection par le découpage

Le graphiste, peintre et illustrateur Marc Angel s’est trouvé une nouvelle passion : désormais il est aussi éditeur.

Ce n’est pas un hasard que Marc Angel ait sauté le pas et fondé sa propre maison d’édition. « Pour moi, cela représentait une suite logique dans mes activités », raconte-t-il. « J’ai toujours travaillé dans le graphisme et je voulais persévérer dans ma propre voie, c’est pourquoi j’ai choisi de me rendre indépendant avec ma propre petite maison d’édition. »

La petite maison se situe dans la prairie luxembourgeoise, à deux pas de la frontière belge cependant, et s’appelle « insitu-édition-création ». Vient d’y paraître le premier ouvrage, composé par Angel en personne. mehr lesen / lire plus

JOHN CAGE: Kein Klavierkonzert

Vor 50 Jahren stellte der Avantgarde-Komponist John Cage die Musikwelt auf den Kopf. Auch wenn seine Werke heute keine Skandale mehr provozieren, laden sie immer noch zum Nachdenken ein.

John Cage in concert, 1958

„Diese Noten können mit oder ohne andere Parts für andere Musiker vorgetragen werden. Es handelt sich daher um einen Posaunensolopart oder eine Stimme in einem Ensemble, einer Sinfonie oder einem Klavierkonzert. Obwohl es zwölf Notenblätter gibt, kann eine beliebige Anzahl von ihnen benutzt werden (auch überhaupt keines).“ So lauten die Anweisungen an den Posaunisten auf der 180. Seite der Partitur des Klavierkonzerts von John Cage, das vor 50 Jahren, am 15. mehr lesen / lire plus

JAZZ: Faïences qui swinguent

Avec son parcours peu orthodoxe, le contrebassiste Marc Demuth est une figure singulière de la scène de jazz locale.

Végétarien en blouson de cuir … Marc Demuth a plutôt l’air d’un rockeur que d’un jazzman.

Difficile de le cerner ce jeune homme. De noir vêtu, il a plutôt l’air d’un rockeur que d’un jazzman, et le fait qu’il commande des bières luxembourgeoises dans un restaurant italien ne rend pas les choses plus faciles. Et en plus il s’étonne du fait que sa piedina contient de la graisse de porc : « En fait », raconte Marc Demuth, « je suis végétarien, mais bon, je porte aussi des chaussures en cuir ». mehr lesen / lire plus

Viel (aber nicht nur) Harmonie

(RK) – Bereits nach drei Spielzeiten ist aus der Philharmonie ein fester Bestandteil der Luxemburger Kulturszene geworden  – und das Programm der vierten Saison – ein 200 Seiten starkes Büchlein – wurde mit Spannung erwartet.
Beeindruckend ist über den Umfang des Programms hinaus die Liste berühmter Namen, die vom internationalen Status der Konzerthalle zeugen. Besonders das „Luxembourg Festival“ zum Saisonbeginn klotzt mit Stars aus World music und Klassik: Allein im Bereich Klaviermusik werden zum Beispiel Alfred Brendel, Grigory Sokolov, Hélène Grimaud und Mitsuko Uchida auftreten.
Auch den „Rising Stars“ ist wieder eine Konzertreihe gewidmet, bei der junge KünstlerInnen vorgestellt werden. Das „Musique de chambre“-Abonnement wurde eingestellt, dafür ist „L’Orchestral“ neu hinzu gekommen – der Name steht für das Programm. mehr lesen / lire plus

Kulturkadaver


+++Des cadavres plutôt musicaux cette fois. En somme, une petite revue de concerts qui se sont passés ces dernières semaines. L’événement-phare, le festival Out of the Crowd en sa cinquième version n’a peut-être pas réussi à réitérer les succès du passé, mais on peut dire qu’il a vu pire, notamment en 2006. Cette fois, la programmation fut très éclectique, mais aussi condensée, puisque le festival s’est déroulé en une seule journée. Point de vue tendances, on a eu droit à une panoplie qui allait de la pop au hardcore en passant par l’indé dansable hippée de Forward Russia. Ces derniers, les headliners de la soirée, qui ont joué un concert exclusif pour tester leur nouvel album n’ont pas laissé le choix au public. mehr lesen / lire plus

THEATRE: La dernière nuit

En montant « La Nuit d’Helver », la jeune compagnie Jucam jouera pour la première fois au Grand Théâtre de Luxembourg. Un projet aussi audacieux qu’original.

Pas un vrai couple, mais plutôt des métaphores de notre société: Helver et Karla

« C’est un grand saut en avant pour nous », admet Fränz Hausemer, acteur, musicien et co-fondateur de la compagnie Jucam, « auparavant nous n’étions pas habitués à jouer sur de si grandes scènes et surtout à monter de si grosses productions. » Et d’admettre que les aléas de la bureaucratie et de l’organisation en gros ont parfois pris le pas sur les considérations artistiques. « Mais au bout du compte, nous sommes très contents de ce que nous avons fait », rajoute-t-il. mehr lesen / lire plus

FILM UND MUSIK: hör/sicht/bar

Am 13. April wird in der Philharmonie das Film- und Musikprogramm „Free Radicals“ aufgeführt. Über den Genuss ausgewählter Kurzfilme und Musikstücke hinaus geht es um das Nebeneinander und Miteinander von Bildern und Klängen abseits der Mainstream-Filmmusik.

Das Sein und das Nichts: Klänge und Bilder gleichberechtigt nebeneinander.

Der Dirigent betritt die Bühne. Er breitet seine Partitur auf dem Notenpult aus, hebt die Hand, zeigt den ersten Takt an. Auf der Leinwand über der Bühne tut sein Double das Gleiche. Synchron beginnen die gefilmten MusikerInnen oben und die wirklichen unten auf der Bühne zu spielen. Zuerst setzen die BläserInnen ein: Auf der Leinwand blickt man von oben in einen Probesaal, nur der Dirigent, eine Flöte und zwei Klarinetten sind zu sehen. mehr lesen / lire plus