Collectif réfugiés : l’asile, un droit inaliénable

Le Collectif réfugiés (Lëtzebuerger Flüchtlingsrot), regroupant plusieurs associations et institutions travaillant dans l’intérêt des réfugiés, a dévoilé sa position sur la « crise des réfugiés » ce jeudi 17 septembre. Le collectif, qui se réjouit de l’élan de solidarité qui traverse la société, désire que la « réponse émotionnelle » des dernières semaines soit complétée par une « réponse politique ». Ainsi, il dénonce le « manque d’harmonisation » de la politique d’asile en Europe. Le « paquet asile » européen (woxx 1257) peinerait à être transposé en temps voulu, notamment au Luxembourg. Le Flüchtlingsrot plaide pour une révision approfondie du règlement Dublin, qui serait un « échec » absolu. À titre d’exemple, la Hongrie est citée. Sept personnes ont fait l’objet d’un « renvoi Dublin » vers la Hongrie en 2015, et ce alors que le pays ne remplirait pas du tout les conditions nécessaires pour une telle procédure. Le collectif voudrait donc qu’il n’y ait plus d’expulsions vers la Hongrie depuis le Luxembourg. En ce qui concerne l’accueil au grand-duché, le Flüchtlingsrot s’engage, entre autres, pour que les réfugiés puissent travailler le plus rapidement possible. Au niveau européen, des couloirs humanitaires devraient être mis en place afin de faciliter la fuite vers l’Europe, tout comme des « visas humanitaires ». « L’asile est un droit inaliénable », a martelé Sérgio Ferreira lors de la conférence de presse.

Manif pour les réfugiés : solidarité, maintenant !

200 personnes se sont retrouvées au Kirchberg, lundi 14 septembre, afin de manifester pour un accueil digne des réfugiés en Europe. La manifestation, organisée par une personne privée, avait le soutien de la grande majorité des organisations politiques de jeunes. Un hashtag, #solidaritynow, avait même été lancé sur les réseaux sociaux pour l’occasion. Dans leurs discours, Monique Dabé, l’organisatrice, et Serge Kollwelter ont critiqué l’immobilisme de l’Union européenne sur la question des réfugiés et appelé à plus de solidarité. Kollwelter a notamment insisté sur le traitement des « réfugiés économiques » : pour lui, des personnes qui ont fui la misère devraient être accueillies de la même façon que des réfugiés de guerre. L’ancien président de l’Asti a chiffré les moyens déployés pour « sécuriser » les frontières de l’Europe et les bénéfices des passeurs. Aucun doute pour lui : l’ouverture de voies légales d’entrée en Europe est le seul moyen d’empêcher des morts en Méditerranée et ailleurs. Le chanteur Guy Schons a arrondi le tout par l’interprétation du « Lidd vum Théiwesbuer ». Aucun incident n’a été à déplorer – contrairement à ce qui s’est passé deux jours plus tôt pas très loin du Luxembourg : à Metz, un « rassemblement humaniste pour les réfugiés » s’était vu attaquer par des militants d’extrême droite.

Passer à l’action grâce à l’internet – la suite

La semaine passée, nous avons mentionné plusieurs initiatives de soutien aux réfugiés qui se sont formées sur l’internet, et notamment les réseaux sociaux. Mais nous n’avons pas pu toutes les nommer – il y en a tout simplement trop. À côté des initiatives déjà présentées, il y a aussi, par exemple, la page Facebook « Mothers for Refugees / Jonk Mammen fir Flüchtlingskanner », qui collecte surtout des dons destinés aux enfants de réfugiés. Il y a également « Luxembourg helps Munich – Refugees Welcome », qui collecte vêtements, couvertures, nourriture et autres pour les emmener à Munich où des milliers de réfugiés arrivent. Finalement, il y a « CalAid Luxembourg », qui s’occupe de faire des collectes pour les réfugiés bloqués à Calais. Le groupe projette de faire une livraison à Calais les 25 et 26 septembre.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.