Conférence lunch : « Vive la dette publique ! »

Bruno Tinel, maître de conférences à l’université Panthéon-Sorbonne, sera l’invité d’Etika le vendredi 30 septembre.

Bruno Tinel.

Bruno Tinel.

La dette publique a rarement bonne presse : au mieux trop importante, au pire en mesure d’anéantir les espoirs et les vies des générations futures qui devront la payer, elle est la source de nombreux fantasmes.

Lors d’une conférence-débat organisée par etika asbl, Bruno Tinel expliquera pourquoi la dette publique et celle d’un ménage n’ont pas grand-chose à voir, et l’utilité de cette- dernière pour servir l’intérêt général : elle sert à financer l’investissement public, à développer des systèmes d’éducation et de santé, etc. Et il rappellera que les dépenses publiques exercent un effet multiplicateur sur l’activité, qui se traduit en création d’emplois.

Contre les prêcheurs de la « saine gestion », il faut d’abord rappeler que le niveau d’endettement sanctionne quatre décennies d’orthodoxie néolibérale : la lutte contre l’inflation sur le dos des chômeurs ; une fiscalité inégalitaire ; le dispendieux sauvetage de la finance privée par les finances publiques ; l’austérité à tout prix.

Enfin, apparaissent les rapports de pouvoir qui sous-tendent le niveau de l’endettement. Plutôt qu’un conflit de générations, la question de la dette publique met à nu la question de la lutte des classes.

Bruno Tinel est maître de conférences habilité à diriger des recherches en économie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses domaines de recherches sont le rapport salarial (déterminants de la division du travail, formes de mobilisation de la main-d’œuvre, sous-traitance), l’analyse macrofinancière (dynamique macroéconomique et finances publiques, dette publique) et l’histoire de la pensée économique contemporaine (microéconomie, économie politique radicale, rapports de subordination).

Il a contribué à la rédaction de l’ouvrage collectif « À quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? Manifeste pour une économie pluraliste ». Il a aussi publié récemment « Dette publique : sortir du catastrophisme ». Il y soutient que la réduction de la dette ne doit pas borner l’horizon de la pensée : d’autres politiques économiques existent. Cet ouvrage, qui sera proposé en dédicace à l’issue de la conférence, a été salué par la presse. « Alternatives économiques » a pu ainsi écrire : « Un livre clair et subtil qui décrypte les arguments idéologiques développés par les contempteurs de la dette. »

Une fois levée l’hypothèque moralisatrice, il redevient possible d’expliquer les mécanismes de la dette publique. Comme indiqué précédemment, elle finance les infrastructures, les services publics et les conditions du bien-être ; à court terme, elle soutient la demande, pilier de l’activité économique. Ce livre propose au lecteur qui veut aller plus loin que les clichés souvent véhiculés sur la dette publique une véritable économie politique de la dette, où transparaissent les luttes de pouvoir et de classes qu’on ignore souvent à son sujet.

La conférence sera suivie d’un déjeuner (sandwiches et boissons) offert par etika. Pour des raisons d’organisation, prière de s’inscrire par courriel via events@etika.lu avant le 25 septembre en précisant le nombre de personnes qui assisteront à la conférence et celles qui resteront pour le déjeuner.

« Vive la dette publique ! », vendredi 30 septembre 2016 à 12h15, salle Rheinsheim à l’Altrimenti asbl – 5, avenue Marie-Thérèse, Luxembourg-ville.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.