Congés annulés
 : Finale furioso


La saison estivale touche petit à petit à sa fin – tout comme le fameux trou d’été. Pour fêter la fin des Congés annulés, les Rotondes misent sur un programme qui devrait attirer avant tout celles et ceux qui aiment danser.

Bello ? No, Bruno Belissimo – le DJ italo-canadien fera revivre l’italo-disco pour la clôture des Congés annulés.

Après avoir exploré avec l’éclectisme qu’on leur connaît presque toutes les tendances musicales contemporaines et même après avoir pris quelques risques, les Congés annulés version 2018 se terminent sur une note plus consensuelle, en mettant en avant des artistes dont la principale motivation est de faire bouger leur public.

Ainsi, la soirée du vendredi sera consacrée à un genre que d’aucuns croyaient déjà disparu dans les poubelles de l’histoire : l’italo-disco – qui régna en maître sur les années 1970 et 1980 et inspira une multitude d’artistes electro et de producteurs de l’époque. En 2018, cette inspiration est capitale pour le DJ et producteur italo-canadien Bruno Belissimo. Après un premier album consacré à la musique latino, qu’il mélangeait à de la house pour la rendre plus compatible avec les goûts contemporains, son deuxième opus, « Ghetto Falsetto », est justement une ode à ce genre (in)justement oublié. Que ce soit par nostalgie de son enfance ou parce que personne d’autre n’a osé ressortir l’italo-disco de son cercueil, peu importe. Pour Belissimo, ce qui compte est avant tout de faire bouger le public.

Mais les amatrices et amateurs de rock ne seront pas déçu-e-s non plus par cette dernière nuit d’été aux Rotondes. Car avant que l’italo-disco à la sauce Belissimo ne prenne contrôle des baffles, ce sera au trio Tijuana Panthers de servir le public avec du rock comme on l’aime. Même si les « Inrocks » les décrivent comme très assagis sur leur dernier album en date (« Poster », datant de 2015), leur rock a une belle odeur de garage avec des tendances de post-punk et quelques excursions dans le surf rock. Ce qui ne devrait étonner qu’à moitié, car les Tijuana Panthers ne sont pas mexicains, mais viennent de Long Beach en Californie, une Mecque du surf et de la musique rock bien connue du coin. Par contre, les panthères ne semblent pas avoir très bien compris le concept des Congés annulés : sur leur site, le festival est décrit comme « Congress Annulées »… bref, quelqu’un devra leur expliquer.

Par contre, quelqu’un à qui il ne faudra plus expliquer le concept, tant il fait partie du décor depuis ses débuts, c’est le DJ local Kuston Beater, qui inaugurera cette dernière soirée. Et rendez-vous l’année prochaine !

Ce vendredi aux Rotondes.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.