Conservation des données : le ministre persiste

Alors qu’en Allemagne le débat sur la loi sur la conservation des données avait fait rage dans les journaux et la société civile, une loi similaire que le gouvernement s’apprête à passer ne provoque pas de grand soulèvement au Luxembourg. L’ironie du sort veut que ce soit un ministre vert, Félix Braz, qui se révélerait comme représentant d’une ligne dure dans la conservation des données. Comme le Syndicat des journalistes – Luxembourg (SJ-L) le constate dans un communiqué, le gouvernement envisagerait de continuer à forcer les boîtes de télécommunications à conserver les connexions, numéros de téléphone, adresses IP et données de géolocalisation, et cela même après que la Cour de justice européenne a déclaré la directive sur la conservation des données comme démesurée et a notamment appelé à ce que certains corps de métier tenus au secret professionnel en soient protégés. Les médecins, les avocats et les journalistes entre autres devraient bénéficier d’une exemption de la suspicion générale, ce qui n’est pas le cas dans le projet de loi actuel. Dans ce cadre, le SJ-L met aussi l’accent sur la présidence luxembourgeoise et rappelle l’obligation du gouvernement à ne pas faire voter des lois qui pourraient être contraires à la législation européenne.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.