Élections communales : Peut mieux faire

La participation des étrangers aux élections communales est un sujet aussi essentiel que brûlant au Luxembourg. Le woxx a eu accès au bilan provisoire de l’Olai.

(Photo: wikimedia commons)

« Attention, il ne s’agit que de chiffres provisoires », met en garde Sandy Fournelle, chargée de communication auprès de l’Olai. Car en effet, le nombre exact des inscrit-e-s sur les listes électorales en vue des élections communales d’octobre ne sera connu que fin août, à cause des recours possibles (woxx 1433). Pourtant, celui-ci ne devrait pas beaucoup varier par rapport à celui dont on dispose d’ores et déjà, selon la porte-parole. Et puis, plusieurs facteurs doivent être pris en compte quand il s’agit d’estimer le chiffre, car depuis 2011, plusieurs dispositions ont changé.

Mais d’abord le chiffre : 34.638 personnes (22,8 pour cent des résidents étrangers) étaient inscrites sur les listes électorales le 14 juillet 2017. Cela fait donc 9.502 nouvelles inscriptions depuis le 8 octobre 2016 – date d’ouverture des inscriptions. Avant, quelques 25.501 personnes étaient inscrites d’office, puisqu’elles avaient déjà voté aux communales précédentes. Si l’on compare ces 25.501 aux inscrits des communales de 2011 (30.937 – 16 pour cent des résidents étrangers), on constate une baisse. La raison pour celle-ci est simple et a priori positive, comme l’explique Sandy Fournelle : « C’est avant tout la conséquence de la loi sur la nationalité qui a montré ses premiers effets entre 2011 et 2016. Il y a eu beaucoup de naturalisations depuis, ce qui explique que le nombre d’inscrit-e-s est en baisse. ».

La loi sur la nationalité a fait son effet.

Autre facteur à prendre en compte: l’utilisation du registre national pour recenser les étrangers éligibles à s’inscrire. C’est une nouveauté qui fait que finalement, il s’avère difficile de comparer les chiffres de 2011 à ceux de 2017 : « Les chiffres avant et post-2016 ne sont donc pas comparables. Si on calcule le taux d’inscription d’octobre 2016 en tenant compte uniquement de la condition d’âge (comme ça a été fait avant 2016), nous avons un taux d’inscription de 11 au lieu de 16 pour cent », écrit l’Olai.

Ce qui veut dire que l’avancée des inscriptions en chiffres absolus ne correspond pas forcément aux pourcentages. S’y ajoute le fait que la population du Luxembourg connaît une croissance conséquente, aussi à cause de son modèle économique, ce qui rend encore plus difficile l’interprétation des chiffres. Une interprétation définitive ne pourra avoir lieu qu’au printemps 2018, quand le Cefis (Centre d’étude et de formation interculturelles et sociales) publiera son étude approfondie, comme il l’avait fait pour les communales de 2011.

Quant à la ventilation par nationalités, ce sont les Portugais-es qui remportent le palmarès avec 13.093 inscrit-e-s. Ils sont suivis par les Français-es, les Italien-ne-s, les Belges, les Allemand-e-s, les Néerlandais-es et les Anglais-es. Parmi les étrangers hors Union Européenne, les Monténégrins l’emportent avec 641 personnes inscrites.

Finalement, force est de constater que les journées nationales de l’inscription ont aussi eu un impact : le 13 mai 2017, quelque 327 personnes se sont inscrites et le 1er juillet 2017, 524, ce qui fait 851 inscriptions au total.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.