En Libye, l’Europe se rend complice de violations des droits humains

Pour Amnesty International, les gouvernements européens se rendent sciemment complices des violences et des tortures infligées à des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants détenus par les services libyens de l’immigration dans des conditions épouvantables.

Entrainement des garde-côtes libyens par la mission de l’Union européenne d’assistance à la frontière (EUBAM). (© European External Action Service)

Dans un rapport intitulé Libya’s dark web of collusion, l’organisation dévoile que les gouvernements européens, afin d’empêcher les migrants de traverser la Méditerranée, soutiennent activement un système complexe d’abus et d’exploitation des réfugiés et des migrants qui implique les garde-côtes libyens, les services de détention et les passeurs.

« Des centaines de milliers de réfugiés et de migrants pris au piège en Libye sont à la merci des autorités, des milices, des groupes armés et des passeurs, qui travaillent souvent en bonne entente par appât du gain. Des dizaines de milliers d’entre eux sont maintenus en détention pour une durée indéterminée dans des centres surpeuplés, où ils sont soumis à des violations systématiques de leurs droits », a déclaré John Dalhuisen, directeur pour l’Europe à Amnesty International. Avant d’ajouter : « Les gouvernements européens ne sont pas seulement conscients de ces abus ; en apportant un soutien actif aux autorités libyennes pour stopper les traversées et bloquer les migrants en Libye, ils se rendent complices de ces crimes. »

Une politique visant à contenir les migrants

Depuis fin 2016, les États membres de l’Union européenne (UE), notamment l’Italie, ont mis en œuvre une série de mesures destinées à fermer la route migratoire qui traverse la Libye et la Méditerranée centrale, en se souciant bien peu des conséquences pour les personnes prises au piège à l’intérieur des frontières de la Libye.

Du fait de la criminalisation de l’entrée irrégulière sur le territoire en droit libyen et de l’absence de toute législation ou infrastructure pour la protection des demandeurs d’asile et des victimes de trafic d’êtres humains, la détention massive, arbitraire et illimitée est devenue le pilier du système de gestion des migrations dans le pays.

Les réfugiés et les migrants interceptés par les garde-côtes libyens sont envoyés dans les centres de détention du Service de lutte contre l’immigration illégale, où ils subissent des traitements terribles. Jusqu’à 20.000 personnes sont actuellement enfermées dans ces centres surpeuplés et insalubres. Les migrants et les réfugiés interrogés par Amnesty International ont raconté les violations qu’ils ont endurées ou dont ils ont été témoins, notamment la détention arbitraire, la torture, le travail forcé, l’extorsion et les homicides illégaux, aux mains des autorités, des trafiquants, des groupes armés et des milices.

Des dizaines de migrants et de réfugiés ont raconté le cycle avilissant d’exploitation auquel ils ont été soumis par la collusion entre les gardiens, les passeurs et les garde-côtes libyens. Dans les centres de détention, les gardiens les torturent pour leur extorquer de l’argent. S’ils peuvent payer, ils sont libérés. Parfois ils sont remis à des passeurs qui leur font quitter la Libye en coopération avec les garde-côtes. Les accords entre la garde côtière libyenne et les passeurs sont signalés par des marquages qui permettent aux bateaux de traverser les eaux territoriales libyennes sans être interceptés. On sait aussi que la garde côtière libyenne escorte des bateaux jusque dans les eaux internationales.

On ignore combien de garde-côtes collaborent avec les passeurs ; il est clair toutefois qu’en 2016 et 2017, le renforcement de leurs capacités, dû au soutien des États membres de l’UE, a donné lieu à une hausse du nombre d’opérations à l’issue desquelles les migrants sont ramenés en Libye.

« Il existe un moyen immédiat d’améliorer le sort des réfugiés et des demandeurs d’asile dans les centres du Service de lutte contre l’immigration illégale : les autorités libyennes doivent reconnaître officiellement le mandat du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), signer la Convention relative au statut des réfugiés et adopter une loi relative à l’asile. La détention automatique des migrants doit aussi cesser, car c’est dans ce cadre que se produisent les pires violations », a déclaré John Dalhuisen.

Repenser la coopération avec la Libye

Les membres de la garde côtière libyenne sont connus pour agir en collusion avec les réseaux de passeurs et se montrent menaçants et violents à l’égard des réfugiés et des migrants qui se trouvent à bord d’embarcations en détresse.

Des vidéos, des photos et des documents examinés par Amnesty International montrent qu’une frégate donnée par l’Italie en avril 2017, le Ras Jadir, a été utilisée par les garde-côtes lors d’un terrible incident le 6 novembre 2017, au cours duquel leurs manœuvres brutales ont contribué à la noyade d’une cinquantaine de personnes.

Si des procédés violents et dangereux des garde-côtes libyens ont déjà été recensés par le passé, il semble que ce soit la première fois qu’un bateau fourni par un gouvernement européen soit utilisé de manière avérée dans de tels faits.

« En apportant leur soutien aux autorités libyennes qui bloquent les réfugiés et les migrants en Libye, sans leur demander de remédier aux violations endémiques dont ils sont victimes, ni même de reconnaître l’existence des réfugiés, les gouvernements européens dévoilent leur vraie priorité : la fermeture de la route de la Méditerranée centrale, en faisant peu de cas des souffrances causées », a déclaré John Dalhuisen.

Le directeur pour l’Europe d’Amnesty International conclut d’ailleurs : « Ils doivent repenser leur coopération avec la Libye sur les questions migratoires et permettre aux migrants de gagner l’Europe par des voies légales, notamment via la réinstallation de dizaines de milliers de réfugiés. Ils doivent insister auprès des autorités libyennes pour qu’elles mettent fin aux politiques et pratiques d’arrestations et de détentions arbitraires des réfugiés et des migrants, libèrent immédiatement tous les étrangers enfermés dans les centres de détention et permettent au HCR d’agir librement. »

D’autres articles sur le sujet :

 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.