Fiscalité : le bouclier reste en place

Deux réponses à des questions parlementaires rendues publiques cette semaine devraient calmer les éventuelles craintes de ceux qui pensaient que l’État luxembourgeois serait sur le point d’augmenter sa transparence – surtout en ce qui concerne les intérêts étrangers. D’abord, il y a eu le député CSV Laurent Zeimet, qui s’est inquiété du fait que certaines firmes étrangères étaient directement approchées par le fisc de leur pays d’origine, alors que normalement et en vertu des traités de non-double imposition, les administrations étrangères doivent passer par leurs homologues locaux. Le ministre des Finances rassure le bourgmestre de Bettembourg : ces cas seraient rares et l’administration luxembourgeoise entrerait vite en contact avec lesdites administrations pour leur rappeler ces accords. En ce qui concerne la fuite de données de clients de la BCEE, une liste acquise par le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie l’année dernière, le même ministre campe sur ses positions : la BCEE aurait lancé une plainte, avoir des clients étrangers frontaliers n’est pas un crime et la banque s’en serait toujours tenue aux lois existantes. Circulez, y a rien à voir !


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.