Freeport : blanchissement en cours

Depuis la création, en septembre, de la « pierre angulaire d’un futur cluster artistique », le Freeport a bien pris du plomb dans l’aile. Le propriétaire majoritaire du lieu de stockage haut de gamme, Yves Bouvier, fait les choux gras de la presse depuis son arrestation à Monaco en février. Qu’il soit victime d’un complot, comme il le prétend, ou qu’il soit vraiment un escroc ne change rien au fait qu’il est vite devenu trop gênant pour l’image du lieu. Pas étonnant donc que la société soit à la recherche d’un repreneur, selon nos collègues de la radio 100,7. Les députés CSV Gilles Roth et Diane Adehm ont tenté d’en savoir plus de la part du ministre des Finances. À leur question parlementaire, Pierre Gramegna a sèchement répondu qu’il « ne s’immisce pas dans les décisions et les affaires courantes d’une société de droit privé ». Dommage juste qu’il ne se soit pas privé – comme le reste du gouvernement d’ailleurs – de trinquer au champagne lors de l’ouverture du Freeport. Mais ça, c’était avant.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.