Hariko – fin programmée d’une aventure

Le Hariko, un projet socioculturel inspiré par la pensée antiélitiste d’Antonio Gramsci et porté par la fondation de la Croix-Rouge, est actuellement en voie de fermeture. Le vieux bâtiment de la Sogel dans lequel des artistes avaient établi leurs ateliers – qu’ils peuvent occuper gratuitement en échange contre des workshops offerts aux jeunes du quartier – vient en effet d’être vendu. L’acheteur, la société Crea Haus, un promoteur immobilier luxembourgeois sur le marché depuis plus de 25 ans, veut raser le bâtiment pour y réaliser ses propres projets. Jusqu’ici, Crea Haus a refusé tout dialogue avec les occupants du Hariko. Ce qui est vraiment dommage, car en presque deux ans d’existence, celui-ci est devenu un vrai lieu de rencontre entre jeunes, réfugiés et habitants du quartier. Bref, c’est un atout qui s’est rendu difficilement dispensable. Il s’agira donc pour les occupants, le nouveau propriétaire et la commune de trouver des solutions. Sinon, il reste toujours la possibilité d’une occupation, comme jadis à la Kulturfabrik d’Esch.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.