Iglika Marinova et Marco Kraus : Variations Goldberg

C’est un CD surprenant à plusieurs égards qu’Iglika Marinova et Marco Kraus ont récemment fait paraître. D’abord parce qu’il permet d’entendre une version rarement jouée ou enregistrée des « Variations Goldberg » de Jean Sébastien Bach, arrangée pour deux pianos par Josef Rheinberger puis révisée par Max Reger. Cette partition de Rheinberger-Reger est une sorte d’interprétation romantique du chef-d’œuvre de Bach, où s’invite, sur les harmonies baroques, un contrepoint plus moderne qui respecte pourtant l’esprit de l’original.

Dès l’aria du début, on est rapidement à la fois en terrain connu et inconnu, puisque la célèbre mélodie résonne aux oreilles du mélomane sans les ornements qui restent dans toutes les têtes, et se partage entre deux pianos qui ne cesseront de se répondre tout au long des quelque 80 minutes que dure l’enregistrement – excellente raison pour écouter le disque dans des conditions qui rendent au mieux la stéréophonie. Une expérience particulièrement troublante au départ pour les habitués des multiples versions pour clavier seul déjà portées au disque, mais qui prend tout son sens au fur et à mesure du déroulement de la pièce, tant la science de l’arrangement est ici maîtrisée.

D’autant qu’Iglika Marinova et Marco Kraus ne forcent pas le romantisme dans leur jeu, qui demeure ancré dans une certaine tradition baroque. Enregistrement surprenant également, car il s’agit d’une captation en direct d’un concert donné au conservatoire de Luxembourg en… 1994. Le duo explique avoir voulu jeter un regard en arrière pour mesurer le chemin parcouru, après une longue carrière qui l’a mené partout en Europe et a été distinguée en 1985 par le concours international Johannes Brahms à Hambourg. Mais l’intérêt de cet enregistrement est aussi qu’il a été réalisé en direct, sans filet et sans artifices. On peut donc y déceler les quelques failles qui rendent vivante une captation, mais surtout y sentir une ambiance particulièrement attentive, quasi hypnotique, avec un public qu’on imagine extrêmement concentré. Les variations rapides sont menées avec une soif de notes qui n’égale que le jeu très posé des variations plus lentes, où chaque trouvaille harmonique est soulignée avec presque gourmandise.

Ces « Variations Goldberg » à la sauce Rheinberger-Reger sont jouées par Iglika Marinova et Marco Kraus avec un amour de la musique communicatif. Une véritable surprise pour un CD à découvrir.

L’album est téléchargeable sur plusieurs plateformes en ligne (par exemple sur Deezer, où l’on pourra écouter des extraits), et peut être obtenu en virant 17 euros sur le compte des interprètes (LU 58 0019 5055 7923 5000).

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !

Flattr this!

Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.