Réfugié-e-s : Les jeunes bougent…

Au Luxembourg comme ailleurs en Europe, la société civile semble enfin se réveiller et les initiatives en faveur d’une politique d’asile humaine se multiplient. Parmi les prises de parole qui sortent du lot, il y a l’appel signé par une cinquantaine d’organisations politiques de jeunes, dont les Jeunes démocrates, les Jeunesses socialistes, Jonk Lénk, Déi Jonk Gréng et la Chrëschtlech-Sozial Jugend. En effet, l’initiative émanait des Jeunes démocrates luxembourgeois et a vite été reprise par les autres organisations. « L’Union européenne doit agir et assumer sa responsabilité historique », revendiquent les signataires, qui d’ailleurs attendent des réponses rapides de la part de la présidence luxembourgeoise. Les organisations de jeunesse lancent un appel à la solidarité et disent vouloir empêcher l’intolérance et le racisme de l’emporter sur les « valeurs progressistes » de l’Europe. La jeunesse européenne ne serait pas prête à accepter de façon silencieuse la mort de milliers de personnes dont le seul but serait une vie meilleure. Enfin, les signataires revendiquent des solutions durables pour faire face à la « crise des réfugiés », faute de quoi les responsables européens seraient tenus pour responsables de chaque nouvelle mort aux frontières extérieures ou intérieures de l’Europe.

… et il n’y a pas qu’eux !

C’est sur initiative d’une personne privée qu’une manifestation aura lieu lundi 14 septembre, devant le Centre de conférences du Kirchberg, où se tiendra le Conseil des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur. Le mot d’ordre de la manif ? « Tout être humain a droit à l’asile ! » Pendant que des gens meurent en essayant d’atteindre l’Europe, le dossier « extrêmement urgent » des réfugiés serait reporté mois après mois par les responsables européens. « Nous avons élu ces gens qui font de la politique en notre nom », constate l’instigatrice de l’appel à manifester, « nous sommes donc responsables de ce qui se passe. » D’ailleurs, une des raisons qui pousserait des millions de personnes à fuir leur pays serait les livraisons d’armes européennes dans des régions en guerre. « C’est aussi de notre faute si nos dirigeants discutent et discutent sans qu’il ne se passe rien de concret », constate l’appel, avant de conclure :  « Nous sommes las d’assister à cette inaction, impuissants, et nous voulons que les choses changent enfin ! » L’appel à la manifestation serait notamment soutenu par plusieurs organisations de jeunesse. Rendez-vous lundi 14 septembre, à 18 heures, sur le parvis du Centre de conférences du Kirchberg.

Passer à l’action grâce à l’internet

C’est surtout sur l’internet – et sur les réseaux sociaux en particulier – que les initiatives œuvrant pour un meilleur accueil des réfugiés émergent. Ainsi, la page Facebook « Refugees Welcome to Luxembourg », dont l’idée est de regrouper toutes les personnes privées et les associations concernées et de coordonner les actions d’accueil, recueille déjà plus de 8.000 « likes ». « Refugees Luxembourg » compte moins de « J’aime », mais informe de façon régulière sur les développements en matière de politique d’asile, tant au niveau européen qu’au niveau luxembourgeois. Mardi, 70 personnes se sont retrouvées devant le foyer de réfugiés de Weilerbach pour souhaiter la bienvenue aux 50 réfugiés syriens fraîchement arrivés au Luxembourg – grâce à un évènement Facebook. Des gens désirant aider des réfugiés d’une façon ou d’une autre se retrouvent dans le groupe Facebook « Refugee Support Luxembourg ». Caritas et la Croix-Rouge, qui gèrent toutes deux des foyers de réfugiés, appellent aux dons – même si Caritas avoue avoir atteint ses limites en termes de stockage de dons matériels – et actualisent régulièrement leurs sites internet respectifs (www.caritas.lu / www.croix-rouge.lu). L’Olai est, lui, à la recherche de bénévoles pour différentes tâches (info@olai.lu).


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.