Lettre à la rédaction : Mobilité réduite ou mobilités tous azimuts ?

Pourquoi est-il possible de transformer Bruxelles en vaste zone piétonne – mais pas Luxembourg-ville, s’interroge l’auteur de la lettre.

À Paris aussi, on met le paquet. Les Champs-Élysées lors de la journée sans voitures de 2015. (Photo : Wikimedia / Ulamm / CC BY-SA 4.0)

La Semaine de la mobilité concentre un certain nombre d’activités sur le dimanche 17 septembre, il en sera ainsi par exemple à Luxembourg–ville tout comme à Bruxelles. Notre capitale affiche sur son site : « Les rues principales sont réservées à la mobilité active : à pied, à vélo ou en rollers, on compte sur vous ! ». À y regarder de près, il s’agira de trois voies interdites aux voitures : les avenues de la Gare et de la Liberté ainsi que le boulevard Roosevelt. Superbe idée que le pique-nique géant sur le pont Adolphe !

Tournons le regard vers Bruxelles. Dans la région de Bruxelles-Capitale, avec ses 19 communes, ses 1.181.272 habitants sur 16.100 ha, ce dimanche–là il n’ y aura de circulation automobile dans AUCUNE rue. Notre capitale plus les communes de Hesperange, Strassen, Bertrange, Walferdange, Niederanven et Kopstal occupent une surface semblable avec 7,5 fois moins d’habitants.

Les habitants (et touristes) de Bruxelles utiliseront les moyens de transports publics (gratuits ce jour). Pour les cyclistes et autres skateurs, un réel plaisir d’être seul maître des rues, ruelles, avenues et boulevards ! Comme les Journées du patrimoine s’étendent sur ce weekend, de nombreuses occasions supplémentaires s’offrent aux Bruxellois d’un jour et de toujours. D’autres animations et concerts se font dans les rues, des habitants sortent tables et chaises et font leur « fête des voisins ». Même les plus récalcitrants prendront le bus ou le métro pour aller voir des amis à l’autre bout de la ville.

Pendant ce temps–là, Luxembourg aura « célébré » la mobilité, évitant de faire du bien (du mal) à ses habitants. Peut- être que la Semaine de la mobilité 2018 permettra d’aller plus loin ?

Zut, encore une année électorale !


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.