Loi archives : petits détails

Que le Luxembourg ne dispose ni d’une culture ni d’une infrastructure archivistique qui serait à la hauteur de ses ambitions en tant que pays européen n’est pas une nouveauté. La loi archives, qui vient de passer au parlement, était censée pallier cette situation intenable et au moins réglementer l’archivage au grand-duché. Ce qui est chose faite, même s’il reste plusieurs grands bémols. D’abord, l’infrastructure, car la construction de nouvelles Archives nationales est un dossier qui prend la poussière depuis au moins 18 ans, et la situation actuelle est catastrophique avec des fonds dispersés sur plusieurs sites, dont certains inadéquats. Sans parler du manque de moyens et de personnel qualifié. Le traitement des archives communales, pour lesquelles au nom de l’autonomie communale il n’a pas été prévu de forcer les municipalités à verser leurs documents aux Archives nationales, a aussi fait grincer des dents. Mais le pire reste la disposition sur le secret fiscal : tous les documents y faisant référence ne peuvent être consultés que 100 ans plus tard. Et encore, ce délai a été obtenu de haute lutte par la commission parlementaire, le ministère des Finances ne voulant rien entendre au début. Comme quoi, au Luxembourg, le secret fiscal est plus important que le secret défense…


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.